jeudi 31 janvier 2013

Une 2e période fatale



Source : Rds.ca

Une deuxième période creuse en raison de l'indiscipline de Ryan White aura été à l'origine de la fin de la séquence de quatre victoires du Canadien, qui s'est incliné 5-1 mercredi devant les Sénateurs d'Ottawa à la Place Banque Scotia.

Cette victoire permet aux Sénateurs de rejoindre les Bruins au sommet de la section nord-est avec onze points. Boston a toutefois joué un match de moins. Ottawa n'a que deux défaites en sept parties, dont une en bris d'égalité, alors que le Canadien encaisse une deuxième défaite en six parties. C'est aussi un premier revers sur la route pour les hommes de Michel Therrien.

Des deux équipes, qui disputaient chacune deux matchs en l'espace de 24 heures, les Sénateurs semblaient avoir nettement plus d'énergie.

Après avoir été nonchalant sur le premier but marqué par Tomas Plekanec lors d'un avantage numérique à 5:31 de la première période, le gardien Craig Anderson, qui disputait un 300e match en carrière, n'a rien eu à se reprocher par la suite. Il a été à la hauteur de la situation et il a affronté 32 tirs, dont 13 au dernier tiers. Il s'est particulièrement signalé en troisième période alors que le Canadien a montré des dents. Il a notamment volé Brandon Prust qui a décoché un tir à bout portant.

Avec une passe sur le but de Plekanec, Andrei Markov a obtenu un point dans un sixième match de suite.

Le match s'est joué en deuxième période quand les Sénateurs ont explosé avec trois buts. Ils ont notamment profité de l'indiscipline de Ryan White, qui n'a pas été en mesure de contrôler ses émotions, ce qui a ouvert la porte aux Sénateurs, qui ont marqué trois buts en moins de quatre minutes.

« On a bien joué en première, a déclaré Therrien. La deuxième avait bien commencé et il y a eu une pénalité à Colby Armstrong, que j'ai regardé cinq fois et que je ne comprends pas encore, ce qui a brisé notre rythme. C'est sûr que la pénalité antisportive de White est inacceptable. »

Quand les journalistes ont demandé à Therrien s'il entendait avoir une discussion avec White, le pilote du Canadien a répondu après un silence, «On verra.»

Le bouillant joueur du Tricolore a écopé de quatre minutes de pénalité pour rudesse et conduite antisportive sur la même séquence. Ottawa en a profité et a brisé l'égalité de 1-1 en marquant sur les deux pénalités du joueur du Canadien. D'abord le capitaine Daniel Alfredsson a saisi une rondelle libre pour battre Peter Budaj d'un tir dans la partie supérieure. C'était son premier de la saison. Toujours pendant que White était au cachot, Mika Zibanejad a vécu un moment qui demeurera inoubliable dans sa vie en inscrivant son premier but dans la Ligue nationale.

Pour ajouter l'insulte à l'injure, Chris Phillips, à l'aide d'un puissant tir frappé, a donné une priorité de trois buts aux siens alors que les deux équipes jouaient à nouveau à égalité numérique.

« On a perdu beaucoup de bagarre devant le filet, a admis Therrien. Peter ne l'a pas eu facile pour son premier match de la saison. Il nous a gardés dans la rencontre en première période. »

Therrien a estimé que les unités spéciales de son équipe n'ont pas fait le travail malgré un but en six avantages numériques. « Notre jeu de puissance a souvent brisé notre momentum. En désavantage numérique, on n'a pas été trop fort. On ne s'attend pas à toujours marquer en avantage, mais on veut que notre jeu de puissance nous donne un momentum. »

Jim O'Brien avait profité du déséquilibre de Peter Budaj pour inscrire son troisième de la saison en première. En fin de partie, Chris Neil a aussi compté.

Andre Benoit, Colin Greening et Zack Smith ont récolté deux passes chacun.

La partie a été ponctuée de nombreuses pénalités, les deux clubs profitant d'un total de dix jeux de puissance. La première période a d'ailleurs donné droit à deux combats en l'espace de quelques minutes. Le match était vieux de moins de 90 secondes quand Ryan White et Zack Smith ont jeté les gants. Puis Chris Neil a invité Brandon Prust à danser quelques minutes plus tard. Pour le dur à cuire du Canadien, il s'agissait d'un troisième combat en six parties.

Les deux formations vont se retrouver dimanche sur la patinoire du Centre Bell.

Fiche comparative du Canadien

SAISONS--PJ--V--D--P/F--BP---BC--PTS----LP---LC---AVA----DÉS--
2011-2012--6---1--4---0-1---13----19------3----202---155---8,00%--84,00%
2012-2013--6---4--2---0-0---18----15------8-----167--158--27,27%--78,13%


(PJ : parties jouées ; V : victoires ; D : défaites ; P/F : prolongation-fusillade ; BP : buts pour ; BC : buts contre ; LP : lancers pour ; LC : lancers contre ; AVA : avantage numérique ; DÉS : désavantage numérique.)

mardi 29 janvier 2013

P.K. Subban est rentré dans le rang



Source : Rds.ca

MONTRÉAL - Conscient que son cas deviendrait une grande distraction chez le Canadien s'il persistait à exiger un contrat à long terme, P.K. Subban a finalement accepté l'offre de deux ans avancée par le directeur général Marc Bergevin, lundi, en fin d'après-midi.

« Plus longtemps ç'aurait duré, plus ç'aurait été une distraction, et c'est pourquoi je suis content que la décision a maintenant été prise et que nous en sommes venus à une entente », a déclaré Subban depuis Toronto, lundi soir, au cours d'une conférence téléphonique conjointe avec Bergevin.

« Par respect pour le processus de négociations, je ne voulais pas être une distraction. C'est pourquoi il s'agit de la meilleure décision à prendre. C'est la meilleure chose pour que tout le monde puisse aller de l'avant, et c'est surtout la meilleure chose pour le Canadien de Montréal », a ajouté Subban, après avoir initialement remercié Bergevin pour son professionnalisme pendant les négociations et avoir rendu hommage à ses coéquipiers - Andrei Markov en particulier - pour leur excellent début de saison.

Il s'agirait d'un pacte de 5,75 millions $ US sur l'ensemble des deux saisons, ce qui ressemble à ce que Carey Price a encaissé à son deuxième contrat chez les professionnels. Le gardien du Tricolore a empoché 5,5 millions $ à l'issue de sa propre entente de deux ans, qui s'est terminée l'hiver dernier avant l'entrée en vigueur de son nouveau contrat de six ans.

L'entente avec Subban permet à Bergevin de respecter la politique du Canadien, qui vise à imposer des contrats dits « de transition » aux joueurs qui en sont à leur deuxième contrat professionnel, avant de leur accorder des ententes plus généreuses par la suite. Subban, qui a terminé son contrat de recrue l'hiver dernier, visait initialement un pacte de plus longue durée en vertu de ses succès de l'an dernier, alors qu'il a été le joueur le plus occupé du CH (24:18 par match en moyenne). C'est pourquoi les négociations se sont éternisées et qu'il a décidé de ne pas se rapporter à l'équipe en guise de moyen de pression.

« Le fait qu'il ait accepté ce contrat et veuille faire partie de l'équipe montre qu'il n'est pas un joueur égoïste, a affirmé Bergevin depuis le Centre Bell. C'est une questions d'affaires et dans la vie, chacun a un petit côté égoïste. C'est normal quand tu veux avoir du succès. Mais en prenant cette décision, P.K. montre qu'il met les intérêts de l'équipe à l'avant-plan et qu'il veut bien faire. »

Subban a dit avoir décidé de mettre fin à ce processus, plus long qu'il ne l'aurait souhaité, après avoir profité des conseils des membres de sa famille et de ses amis au cours du week-end.

« Quand tu es jeune, parfois tu n'as pas autant d'expérience que tu voudrais, et dans ces moments-là c'est particulièrement utile d'avoir sa famille et ses amis près de soi. À ce stade-ci, c'était la meilleure décision à prendre pour moi », a-t-il noté.

« Parfois, certaines négociations sont plus longues que d'autres, a de son côté commenté Bergevin. Chaque cas est différent. Avec son agent Don Meehan, on a eu de bonnes discussions et Don a avancé de bons arguments, tout comme je trouve que j'en ai avancé des bons aussi. Mais à travers tout ça, j'ai toujours tenu à ce que P.K. fasse partie de notre club. Il a beaucoup d'atouts et je suis fier qu'il puisse maintenant se joindre à l'équipe le plus vite possible. »

Bergevin a dit ignorer à quel moment Subban pourra disputer son premier match, n'ayant pas encore eu le temps d'en discuter avec l'entraîneur Michel Therrien. Le Canadien recevra les Jets de Winnipeg au Centre Bell, mardi soir, puis rendra visite aux Sénateurs à Ottawa, mercredi, avant de disputer un programme double à domicile, samedi et dimanche.

Subban, qui a raté les quatre premiers matchs du Tricolore jusqu'ici, a indiqué qu'il rejoindra ses coéquipiers mercredi matin, en vue de l'entraînement matinal qui aura lieu à Ottawa. Il s'est dit prêt à jouer dès le moment où Therrien aura besoin de lui.

Le défenseur de 23 ans a dit avoir patiné régulièrement, pendant le lock-out et ces dernières semaines, avec les Steelheads de Mississauga, l'équipe de son patelin qui évolue dans la Ligue junior de l'Ontario.

lundi 28 janvier 2013

À Montréal pour y rester

Source : Rds.ca

La question était sur toutes les lèvres, à savoir ce qu'il adviendrait d'Alex Galchenyuk pour le reste de la saison, et le Canadien de Montréal a finalement confirmé sur son compte Twitter que l'attaquant recrue poursuivrait son cheminement dans le giron de l'équipe, à l'instar de son coéquipier Brendan Gallagher.

Le directeur général de l'organisation Marc Bergevin et l'entraîneur-chef Michel Therrien les ont avisé de la bonne nouvelle lundi matin.

Gallagher a contribué au tout premier but en carrière de Galchenyuk le 22 janvier dernier face aux Panthers de la Floride et ce dernier lui a rendu la pareille dimanche, le 27 janvier, contre les Devils du New Jersey.

dimanche 27 janvier 2013

Pacioretty absent de 3 à 4 semaines

Source : Rds.ca Lourde perte pour le Canadien de Montréal qui a annoncé que Max Pacioretty sera absent pour une durée de trois à quatre semaines.

Pacioretty a dû subir d’urgence une appendicectomie samedi soir à Montréal.

L'ailier gauche a été le meilleur pointeur du Canadien la saison dernière, amassant 33 buts et 32 mentions d'assistance en 79 rencontres. Il a aussi mis la main sur le trophée Bill-Masterton remis annuellement au joueur de la LNH qui représente le mieux la persévérance, l'esprit sportif et le dévouement au hockey.

L'Américain, qui a été repêché 22e au total en 2007 par le Canadien, avait raté les 15 derniers matchs de la saison 2010-2011 après avoir été frappé par le défenseur des Bruins de Boston, Zdeno Chara. Il avait alors souffert d'une fracture à la quatrième vertèbre cervicale et d'une commotion cérébrale.

En fin de soirée samedi, le Canadien a rappelé l'attaquant Michael Blunden de sa filiale de Hamilton. Celui-ci avait été cédé aux Bulldogs, mercredi dernier. Il n'a pris part à aucun match dans la Ligue nationale cette saison.

Eller de retour

Par ailleurs, le purgatoire de Lars Eller va s'arrêter à deux matchs. L'attaquant danois sera de retour dans la formation du Canadien, dimanche, à l'occasion de la visite de Martin Brodeur et des Devils du New Jersey au Centre Bell.

Plus tôt en journée, Michel Therrien avait indiqué que la présence d'Eller était assurée peu importe l'état de Pacioretty qui était ennuyé par des symptômes de grippe à ce moment.

Tomas Kaberle, qui a été atteint au visage par une rondelle en dernière portion d'entraînement. Il a dû quitter la glace avant la fin.

« Max faisait un peu de fièvre, alors on lui a dit de rester à la maison », a dit Therrien de Pacioretty.

Retranché de la formation lors des deux derniers affrontements du CH après avoir affronté les Maple Leafs de Toronto lors du match inaugural, Eller a pris la place de Pacioretty au sein du trio complété par David Desharnais et Erik Cole, samedi. Et ce, tant lors des exercices réguliers que ceux impliquant le jeu de puissance.

Les trois autres trios sont restés les mêmes qu'au cours des deux derniers matchs, tous deux remportés par le Tricolore.

Therrien a fait savoir que la décision de réintégrer Eller dans la formation a été prise vendredi, avant qu'il apprenne que Pacioretty était malade.

« On veut une compétition à l'interne dans l'équipe, mais une compétition qui est saine, a expliqué l'entraîneur. Il ne faut pas oublier que Lars Eller est un jeune joueur qui nous tient à coeur, avec qui on veut travailler afin qu'il s'améliore. C'est une priorité pour nous. On ne veut pas qu'un joueur attende en espérant que l'équipe joue mal pour revenir dans l'alignement. L'esprit d'équipe est une chose importante pour moi, parce que ça peut te permettre d'aller loin.

« (Eller) a la bonne attitude, il a compris le message et il sait quelles sont nos attentes, a ajouté Therrien, qui a reconnu plus tôt cette semaine qu'il voulait que l'attaquant de 23 ans augmente son niveau d'intensité. Et (dimanche), il va avoir une occasion de montrer non seulement aux entraîneurs, mais aussi à ses coéquipiers, qu'ils pourront compter sur lui cette saison. »

Therrien n'a pas voulu spéculer sur l'identité de l'attaquant qui serait retranché pour le duel de dimanche, qui commencera exceptionnellement à 18h. On peut penser que Ryan White, qui évolue au centre du quatrième trio, pourrait être un candidat.

« On aime beaucoup son intensité, a toutefois dit Therrien de White. Il a déjà joué au poste de centre mais il faut quand même continuer à travailler avec lui dans ce contexte-là. On pense qu'il fait du bon boulot.

« On se sent très à l'aise avec ce quatrième trio, a aussi dit l'entraîneur de l'unité composée de White, Travis Moen et Colby Armstrong. Ce sont des gars qui font du bon travail défensivement, qui créent des revirements et qui écoulent bien les punitions.

« Ils jouent un rôle très important. Pour moi, c'est très important de donner des rôles à chaque individu dans une équipe, et qu'ils en retirent une fierté. Je n'ai jamais cru à la philosophie où on mise toujours sur les quatre mêmes défenseurs et les six mêmes attaquants en avantage et désavantage numérique. Parce que ça, ça ne forme pas un bon esprit de famille.

« Tout le monde a un rôle important et se sent apprécié dans cette équipe, et c'est comme ça qu'on pourra avoir du succès. »

Chez les défenseurs, Kaberle a généralement été jumelé à Francis Bouillon avant de se blesser, tandis que Raphael Diaz s'est surtout aligné avec Josh Gorges et Andrei Markov, avec Alexei Emelin. Il y a quand même eu alternance en raison de la présence de Yannick Weber.

Aperçu des trios à l’entraînement :

Eller-Desharnais-Cole
Bourque-Plekanec-Gionta
Prust-Galchenyuk-Gallagher
Moen-White-Armstrong

samedi 26 janvier 2013

Deux clubs s'informent de Y. Weber

Source : Rds.ca

Le défenseur Yannick Weber, qui ronge son frein avec le Canadien de Montréal cette année, intéresserait au moins deux équipes qui ont contacté la haute direction du Tricolore.

C'est le panelliste de l'émission L'Antichambre à RDS, Guy Carbonneau, qui a fait cette déclaration alors que François Gagnon a révélé que les Sénateurs d'Ottawa et les Hurricanes de la Caroline avaient l'oeil sur l'arrière suisse.

Weber, considéré comme le 7e défenseur de l'équipe, n'a pas encore enfilé l'uniforme lors des trois premiers matchs cette saison. L'an dernier en 60 parties, il a marqué quatre fois en plus de se faire complice sur 14 autres buts.

Selon Gagnon, Weber pourrait être une police d'assurance pour une formation de la LNH alors que selon Carbonneau, l'arrière du Canadien ne coûterait pas cher à une équipe, qui pourrait céder un choix au repêchage pour ses services.
En Caroline, l'entraîneur des Hurricanes, Kirk Muller, qui a été adjoint chez le Canadien au cours des dernières années connaît bien Weber qui pourrait dépanner son équipe, qui est ennuyée par des blessures.

Le choix de troisième ronde du Canadien en 2007 (73e au total) a disputé un total de 109 parties depuis le début de sa carrière. Il a marqué cinq buts et amassé 30 points.

vendredi 25 janvier 2013

Le Canadien sans forcer

Source : Rds.ca WASHINGTON – Tomas Plekanec et Andrei Markov ont donné le ton en touchant la cible en avantage numérique et le Canadien a pris la mesure des Capitals de Washington 4-1, jeudi, en route vers sa première victoire contre eux depuis le 1er février 2011.

Le CH a explosé avec quatre buts sans riposte au deuxième tiers, et il a du même coup mis un terme à une série de six défaites contre les Capitals (0-3-0), qui ont entamé leur saison avec trois revers consécutifs pour la première fois depuis 1993.

S'ils ont été efficaces en supériorité numérique, les hommes de Michel Therrien ont également menotté les Capitals en infériorité numérique, les blanchissant en quatre occasions.

« Les joueurs embarquent beaucoup dans le style de jeu qu'on veut adopter. Ils retirent beaucoup de fierté. Lorsque les gars sont sur la patinoire, ils prennent leurs responsabilités avec les résultats qu'on connaît », a affirmé l’entraîneur-chef du Tricolore.

Brian Gionta et Josh Gorges ont complété la marque à cinq-contre-cinq pour le Canadien (2-1-0), tandis que Raphael Diaz et Max Pacioretty terminaient la soirée avec deux mentions d'aide chacun. Le défenseur suisse a désormais cinq points cette saison, ce qui le place au premier rang des pointeurs chez les défenseurs de la LNH avec Kevin Shattenkirk.

Une victoire d'équipe

« On se supporte offensivement et défensivement. Les attaquants reviennent aider les défenseurs et cela nous rend la vie plus facile et Carey a encore été excellent, a mentionné Diaz. Je crois que toute l’équipe joue avec confiance. On sait ce qui est arrivé l’an passé et nous avons appris de cela. Si nous continuons à suivre le système, nous allons connaître du succès. »

« C'est un travail d'équipe. Tout le monde contribue. La rondelle circule bien, nous avons du succès. C'est tant mieux », a indiqué le no 79.

Joey Crabb a empêché Carey Price de réaliser le jeu blanc en marquant avec 2:23 à faire au match. Il s'agissait du premier but accordé à égalité numérique pour le Canadien cette saison. Néanmoins, Price a mérité la victoire en repoussant 30 tirs. Son adversaire, Michal Neuvirth, qui disputait son premier match cette saison, a réalisé 18 arrêts.

« C'est dommage d'avoir accordé le dernier but, mais l'équipe joue très bien en défense. Nous dégageons les retours depuis le début de la saison. C'est super. Le fait de garder l’avance dans les derniers matchs nous met en confiance puisque nous avons eu difficulté à le faire l’an dernier », a déclaré le gardien no 1 des Glorieux.

« Nous avons eu un petit relâchement, mais nous voulons être une équipe difficile à jouer à cinq contre cinq », a pour sa part relaté le capitaine Brian Gionta.

Des erreurs coûteuses pour les Caps

Alex Ovechkin a offert une autre performance en demi-teinte, n'affichant pas la même intensité que celle qui le caractérisait lors de ses premières campagnes dans le circuit Bettman. Le Russe et Troy Brouwer étaient d'ailleurs au cachot au deuxième tiers lorsque le CH a inscrit son premier filet du match.

«Je dirais que certaines de nos erreurs se sont produites malgré l'effort. C'est très frustrant. Nous n'appuyons pas sur le bouton de panique, mais c'est frustrant», a admis l'entraîneur des Capitals Adam Oates.

«'Embarrassant' est presque le bon terme en ce moment. 'Pathétique' serait encore meilleur», a ajouté le défenseur Troy Brouwer.

Plekanec a ouvert la marque à 3:47 en battant Neuvirth de vitesse sur un déplacement latéral. Le Tchèque a accepté une passe de Markov à l'embouchure gauche, après que le puissant tir de Diaz eut atteint Karl Alzner devant le filet.

Puis, tandis que Matt Hendricks était au cachot pour obstruction sur Price, Markov a inscrit son troisième but en avantage numérique en deux matchs en récupérant le retour de lancer de Pacioretty, à 4:44.

Quatre minutes plus tard, Gionta a creusé l'écart à trois buts en redirigeant habilement la passe de Rene Bourque dans la lucarne, au-dessus du gant de Neuvirth. Bourque venait d'offrir un bel effort en remportant sa bataille contre un défenseur des Capitals, dans le coin gauche de la patinoire.

Gorges a enfoncé le dernier clou dans le cercueil des Capitals à 18:21 en décochant un puissant tir de la pointe qui s'est frayé un chemin derrière Neuvirth, tandis que David Desharnais lui cachait la vue devant le filet.

L'autre Alex, Galchenyuk celui-là, a de nouveau offert une belle performance en compagnie de Brendan Gallagher et Brandon Prust — qui disputait son 200e match consécutif dans la LNH. Il a d'ailleurs célébré cet événement en engageant un combat en fin de match contre Hendricks.

Lars Eller et Yannick Weber ont été laissés de côté pour un deuxième match d'affilée. Le prochain match du CH sera présenté dimanche soir contre les Devils du New Jersey.

jeudi 24 janvier 2013

Diaz fait oublier l'absence de Subban

Source : Rds.ca

BROSSARD, Qc - Quand un joueur vedette s'absente, ça donne l'occasion à un autre hockeyeur de prendre sa place et de se faire un nom à son tour. Raphael Diaz en est fort conscient et jusqu'ici, il profite pleinement du vide laissé par P.K. Subban.

Et si Diaz continue de la sorte - le Suisse de 27 ans est présentement le meilleur pointeur du Canadien avec trois points, en vertu d'autant de mentions d'aide - il risque de donner des munitions à son directeur général Marc Bergevin, qui refuse de donner un contrat à long terme au récalcitrant défenseur torontois afin de ne pas déroger à la politique du club.

L'absence de Subban fait d'autant moins mal, pour l'instant, que Diaz s'est découvert des affinités avec Andrei Markov en avantage numérique, mardi soir. Leurs permutations rapides à la ligne bleue ont forcé les Panthers de la Floride à ouvrir le jeu, ce qui a donné à Markov juste assez d'espace pour décocher deux boulets qui ont résulté en buts.

« On tente des expériences et parfois ça fonctionne, parfois ça ne fonctionne pas... Celle (de mardi) a fonctionné », a dit Michel Therrien de sa décision de jumeler Diaz, qui n'en est qu'à sa deuxième saison avec le Canadien, à Markov sur le jeu de puissance. J'ai aimé la chimie qu'ils avaient ensemble. Ils ont très bien fait circuler la rondelle, et ils ont dirigé la rondelle vers le filet quand c'était le temps. »

« J'aime aussi son niveau d'intensité à cinq contre cinq », a par ailleurs dit l'entraîneur du Tricolore de Diaz.

Celui que le Tricolore a embauché à titre de joueur autonome au mois de mai 2011 a également été à l'origine du premier but du match de mardi, celui de Tomas Plekanec. Diaz a alors fait preuve d'adresse et d'une belle vision du jeu en choisissant de lancer Brian Gionta en zone neutre plutôt que d'effectuer la passe facile de l'autre côté du filet de Carey Price.

« Lui et (Alexei) Emelin, je m'attendais à ce qu'ils soient meilleurs cette saison étant donné qu'ils ont une année d'expérience maintenant, a noté Therrien. Diaz est alerte, il n'a pas peur de se faire frapper si ça lui permet de compléter un jeu. Il veut être le premier sur la rondelle dans sa zone quand c'est le temps. Ce n'est pas un gars qui cherche à faire le jeu spectaculaire, il cherche davantage les jeux moins risqués, et jusqu'à maintenant ça fonctionne bien. »

« La clé, c'est d'être patient avec la rondelle et de s'assurer de faire le bon jeu. Markov, par exemple, est si patient avec la rondelle, il réalise des jeux incroyables », a dit Diaz du vétéran défenseur russe.

« Raphael joue avec beaucoup de confiance et ça, c'est quelque chose qui vient avec l'expérience », a ajouté Therrien.

En plus de l'expérience acquise l'hiver dernier, à sa première saison dans la LNH, Diaz a emmagasiné du vécu de qualité pendant l'automne, alors qu'il a évolué avec le club de Zoug, en Suisse. Il a alors joué de 30 à 35 minutes par match. Le fait de jouer un rôle de premier plan, dans un contexte où il pouvait être dominant au lieu de simplement chercher à survivre, lui a permis de rehausser son niveau de jeu d'un cran.

« Ça aide à être prêt à bien réagir à différents jeux sur la glace, a noté Diaz après l'entraînement de mercredi à Brossard, à la veille du match que le CH disputera à Washington contre les Capitals. Tu te sens en confiance. Et aussi, à force de travailler fort à l'entraînement, tu te mets à compléter des jeux avec la même efficacité que tu le fais à l'entraînement. »

Évoluer aux côtés d'un joueur de la trempe de Henrik Zetterberg, comme il l'a fait à Zoug, a aussi eu ses avantages.

« Nous avons eu plusieurs discussions, il m'a expliqué bien des choses à propos du jeu en avantage numérique. C'était vraiment bien », a affirmé Diaz.

mercredi 23 janvier 2013

Soir de premières à MTL

Source : Rds.ca

Un but pour Alex Galchenyuk, une mention d’aide pour Brendan Gallagher et une victoire… Pas de doute, c’était soir de premières mardi au Centre Bell, alors que le Canadien a disposé des Panthers de la Floride par la marque de 4 à 1.

Le tout premier choix du Canadien au dernier repêchage n’aura donc mis qu’un peu plus de quatre périodes avant de briser la glace.

Alors que son équipe s’était déjà dotée d’une priorité de 3 à 1 au tableau indicateur en deuxième période, Galchenyuk a fait dévier un lancer de Brandon Prust par-dessus la tête du gardien des Panthers Scott Clemmensen.

Galchenyuk, qui a été utilisé au centre après une première sortie à l'aile, samedi, a célébré son filet en sautant de joie et en fonçant délibérément dans la baie vitrée, à la façon d'Alexander Ovechkin. La foule lui a accordé une ovation debout.

« Je ne voulais pas faire dévier son tir, je ne sais pas comment j'ai fait pour compter, mais je suis chanceux et j'en suis très heureux », a décrit la nouvelle coqueluche des partisans du CH.

<
Un but qui fera toutefois peut-être un malheureux. Récoltant une mention d’aide sur le jeu, Brendan Gallagher devra sans doute faire son deuil de la rondelle de son premier point dans le circuit Bettman.

« Récolter mon premier point sur le premier but d’Alex c’est spécial puisqu’on passe beaucoup de temps ensemble depuis le début du camp d’entraînement », s’est réjoui Gallagher, le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

Inséré dans la formation en remplacement de Lars Eller, qui avait été invité à regarder le match des estrades, Gallagher effectuait ses débuts dans la grande Ligue.

« Ces deux jeunes-là, avec Brandon Prust, ont apporté beaucoup d'énergie en raison de leur éthique de travail, a noté Therrien. Ils étaient constamment sur le porteur de la rondelle, ce qui leur a permis de provoquer des revirements.

« Alex se sentait plus à l'aise ce soir. Il cherchait davantage à réaliser des jeux, a ajouté l'entraîneur-chef du CH. Brendan a affiché de l'intensité, il se retrouvait toujours autour du filet. Il a fait du bon travail. »

S’il n’en est pas à ses débuts dans la LNH, Andrei Markov a quant à lui renoué avec de bonnes vieilles habitudes. Après avoir passé plus de deux ans sans déjouer le moindre gardien, le défenseur russe a secoué sa torpeur en première période. Sur un jeu de puissance, il a alors déjoué Clemmensen d’un lancer frappé du point d’appui. Il s’agissait alors de son premier but depuis le 9 novembre 2010.

Et tant qu’à y être, Markov a ouvert les vannes.

Dans les mêmes circonstances et à nouveau à l’aide d’un boulet de la ligne bleue, Markov a récidivé au deuxième vingt, connaissant ainsi sa cinquième soirée de deux buts en carrière. Il donnait alors la réplique au seul but des Panthers dans la rencontre, marqué par Tomas Kopecky sur une mise en scène parfaite sur l’attaque à cinq.

« Quel général, a lancé Therrien au sujet de Markov. En plus de contribuer à l'offensive, il a contrôlé l'ensemble du jeu et freiné les meilleurs attaquants adverses. »

Cohésion et rapidité

Visiblement, le Canadien a apporté les correctifs qui s’imposaient. À son deuxième match de la campagne, la troupe de Michel Therrien a affiché davantage de cohésion et de rapidité dans ses sorties de zone que lors de son premier match de la campagne face aux Maple Leafs, samedi.

« On a imposé notre rythme dès le départ et on a su gardé ce tempo jusqu'à la toute fin de la rencontre », a observé Therrien.

Filant à vive allure le long de l’aile droite dès la quatrième minute de jeu de la rencontre, le capitaine Brian Gionta s’est alors amené en zone ennemie pour ensuite refiler le disque en plein centre à Tomas Plekanec, qui a aussitôt trompé Clemmensen entre les jambières.

Le Tricolore a ensuite profité d’un jeu de puissance de deux hommes pour doubler son avance, gracieuseté de Markov.

Pendant que Clemmensen encaissait sa première défaite en sept départs face au Canadien, Carey Price a quant à lui été solide, repoussant 27 des 28 tirs des Panthers, qui disputaient un troisième match en quatre jours.

Michel Therrien a ainsi signé sa première victoire dans la LNH depuis le 11 février 2009, alors qu'il dirigeait les Penguins de Pittsburgh. Après avoir reçu la rondelle de la victoire des mains de Price, le pilote du Tricolore l'a remise à son patron, le directeur général Marc Bergevin.

« Des premières victoires, j'en ai déjà eu. Celle-là, je l'apprécie, mais mes pensées étaient d'abord pour Marc », a expliqué l'entraîneur-chef.

Le Canadien profitera maintenant d’une journée de congé avant de rendre visite aux Capitals de Washington, jeudi.

mardi 22 janvier 2013

Bientôt la chance du jeune Gallagher?



Source : Rds.ca

MONTRÉAL - Brendan Gallagher en uniforme, Alex Galchenyuk au centre, Lars Eller mis de côté et Rene Bourque promu au sein du deuxième trio: c'est un peu là un résumé des changements qu'il pourrait y avoir chez le Canadien, mardi soir au Centre Bell, à l'occasion de la visite des Panthers de la Floride.

Mais attention, a prévenu Michel Therrien. Il ne faut pas nécessairement se fier à l'allure de l'entraînement de lundi pour prédire ce qui se passera face à Alex Kovalev, José Théodore et compagnie.

«On a tenté des expériences aujourd'hui, mais c'est (mardi) qu'on va prendre des décisions, à savoir si ça va rester comme ça», a indiqué l'entraîneur du Tricolore.

Il est quand même fort à parier que Bourque se retrouvera aux côtés de Tomas Plekanec et Brian Gionta, au sein d'un nouveau trio que Therrien a concocté une première fois, samedi, lors de la troisième période du match perdu 2-1 aux mains des Maple Leafs de Toronto. Le vétéran entraîneur a encore répété, lundi, qu'il a aimé la prestation de Bourque face aux Leafs, alors que le no 17 a amorcé la rencontre aux côtés d'Eller et Travis Moen.

«Il s'est impliqué, il a patiné, et c'est ça qu'on lui demande de faire, a dit Therrien de Bourque. Ç'a amené une énergie à Plekanec et Gionta, j'ai trouvé qu'ils ont bien joué ensemble.»

Outre le trio de Plekanec et l'habituelle unité pivotée par David Desharnais, Galchenyuk s'est retrouvé au centre de Gallagher et Brandon Prust lors de l'entraînement de lundi. Ryan White s'est aligné avec Colby Armstrong et Moen, quoiqu'il était parfois remplacé par Eller au cours des exercices.

Galchenyuk a joué à l'aile, samedi, tout comme il l'a fait pendant le camp d'entraînement du Canadien, la semaine dernière, ainsi qu'avec le Sting de Sarnia dans la Ligue junior de l'Ontario avant les Fêtes. Gallagher a quant à lui été laissé de côté en vue du duel contre les Leafs, retardant ainsi ses débuts dans la LNH.

«Pendant le camp d'entraînement, on voulait qu'il apprenne le rythme de la Ligue nationale à l'aile, mais il ne faut pas oublier que c'est un joueur de centre, a dit Therrien de Galchenyuk. On pense à court terme, mais à long terme aussi. Donc, on a tenté des expériences (lundi) matin, on verra si on l'utilise au centre (mardi).»

Ni Galchenyuk, ni Gallagher n'a été mis à la disposition des journalistes après l'entraînement de lundi. Prust a quant à lui noté que les deux joueurs recrues ont «de bonnes habiletés et de la vitesse».

«Moi, je vais m'en tenir à mon style, c'est-à-dire jouer avec robustesse et essayer d'aller chercher la rondelle pour ces deux-là», a indiqué le vétéran de 28 ans en parlant de l'approche qu'emprunterait le trio s'il est mis de l'avant face aux Panthers.

Ce serait par ailleurs intrigant de voir comment Galchenyuk réagirait au centre après avoir disputé son premier match à vie dans la LNH à l'aile.

«Il a les habiletés pour (jouer au centre), aucun doute, et il en a la capacité mentale aussi, a souligné Prust, qui a joué au poste de centre à ses débuts dans la LNH, avec les Flames de Calgary. Ce sera un bon test, en espérant qu'on verra de bonnes choses de sa part.»

Invité à préciser sa pensée sur Eller, Therrien est resté vague, ne voulant pas mettre son joueur inutilement dans l'embarras.

«On en reparlera (mardi), voir si ça reste comme ça, parce qu'il n'y a pas de décision prise à 100 pour cent», a-t-il tout simplement dit.

Et quand on lui a demandé de commenter la performance d'Eller face aux Leafs, samedi, Therrien a évité le piège, conscient qu'une réponse franche pourrait trahir le sort qu'il réserve au Danois de 23 ans, ou encore donner une fausse impression.

«Le match de samedi est derrière nous et j'aime autant me concentrer sur le match (de mardi)», a lancé l'entraîneur.

Therrien est par ailleurs revenu à des duos plus classiques chez les défenseurs, lundi, alors qu'il a jumelé l'offensif Tomas Kaberle au plus défensif Francis Bouillon, ainsi que Josh Gorges à Raphael Diaz. La paire composée d'Andrei Markov et Alexei Emelin est restée la même.

D'autre part, ce ne sera pas José Théodore devant la cage des Panthers face au Tricolore mardi, puisqu'il sera en action ce soir, face aux Sénateurs. Scott Clemmensen affrontera le Canadien, lui qui a gagné ses trois derniers matchs contre Montréal.

lundi 21 janvier 2013

Le duo Kovy-Huberdeau impressionne



Source : Rds.ca

SUNRISE, États-Unis - Alex Kovalev a donné ses premiers coups de patin dans la Ligue nationale avant la naissance de Jonathan Huberdeau et même avant le premier match de l'histoire des Panthers de la Floride.

On peut donc affirmer sans se tromper qu'il détient déjà un certain bagage d'expérience.

À 39 ans, Kovalev n'a plus grand chose à prouver lui qui a son nom gravé sur la Coupe Stanley et qui cumule 429 buts en carrière. À 19 ans, Huberdeau a encore tout à apprendre même s'il a enregistré un but et deux mentions d'assistance à son premier match en carrière dans la ligue.

Les Panthers ont donc décidé de les jumeler lors du camp d'entraînement et ce duo fait déjà écarquiller les yeux.

Kovalev et Huberdeau ont tous deux récolté trois points dans la victoire des Panthers face aux Hurricanes de la Caroline, samedi. Kovalev a plus du double de l'âge du jeune Québécois, et les deux joueurs proviennent d'époques différentes, mais leurs performances lors du camp d'entraînement et lors du premier match de la saison sont prometteuses.

«On peut voir qu'il est un jeune talentueux, a déclaré Kovalev. Il est très patient avec la rondelle et il peut la contrôler facilement. Il est fort sur ses patins et c'est agréable de jouer avec ce type de joueur. Tu sais que tu vas recevoir la rondelle lorsque tu lui fais une passe.»

Dans un sens, les deux compagnons de trio font face à de hautes attentes.

Aucun d'entre eux n'a évolué en Floride la saison dernière quand les Panthers ont mis fin à une séquence de 12 ans sans participer aux séries éliminatoires en décrochant le titre de la division Sud-Est. S'il y avait une faiblesse dans le jeu des Panthers la saison dernière, c'est bien le manque de talent en attaque.

Huberdeau a été repêché troisième au total lors du repêchage de 2011 et on s'attend à ce qu'il devienne la pierre angulaire de l'attaque des Panthers dans le futur. Kovalev, qui n'a pas joué dans la LNH l'an dernier, doit quant à lui prouver qu'il est encore en mesure de se démarquer. Ensemble, l'un devrait aider l'autre à atteindre ces objectifs.

«C'est génial. Ils s'entendent bien ensemble. Ils ont une bonne chimie sur la patinoire, a expliqué le défenseur Brian Campbell. Ce sont des joueurs intelligents et tout le monde veut jouer avec ce type de joueurs.»

L'ajout d'un deuxième trio composé de Kovalev et Huberdeau pivoté par Peter Mueller laisse entrevoir de grands espoirs pour les Panthers en 2013.

dimanche 20 janvier 2013

Bonne note pour Galchenyuk et Prust



Source : Rds.ca

MONTRÉAL – Si Alex Galchenyuk était envahi d’une émotion particulière - n’importe laquelle - au terme de son premier match dans la Ligue nationale, il le cachait comme un vrai pro.

Galchenyuk, qui a officiellement complété samedi soir son saut du niveau junior à la LNH, fait jaser comme peu de recrue avant lui depuis son arrivée à Montréal. Lorsqu’il a soulevé à bout de bras le flambeau que chacun de ses coéquipiers se sont relayé au centre de la patinoire lors de la présentation des joueurs, la réaction qu’il a suscitée se comparait à celle obtenue par Carey Price et Francis Bouillon, deux autres favoris de la foule.

Difficile de quantifier l’intensité sonore que renfermait le Centre Bell à ce moment, mais on serait à l’aise de parier que Galchenyuk n’a jamais rien vécu de tel dans l’uniforme du Sting de Sarnia.

« C’était spécial, a exprimé le jeune de 18 ans, stoïque et peu bavard après son baptême de feu. Je n’avais jamais joué ici, alors je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais c’était fantastique. Il y avait beaucoup de choses qui me passaient par la tête à ce moment. »

Utilisé à la gauche de Tomas Plekanec sur un trio complété par Brian Gionta, Galchenyuk a dû attendre que ses coéquipiers purgent deux pénalités mineures avant de donner ses premiers coups de patins à la sixième minute. Le numéro 27 n’a pas tardé à se faire remarquer, entrant rapidement sur l’aile après avoir capté une passe de son capitaine pour décocher un bon tir des poignets qui a donné du mal à Ben Scrivens.

Modeste contributeur en première période, Galchenyuk a terminé la rencontre avec un peu plus de treize minutes de temps de jeu, dont 1:51 en avantage numérique. Il a effectué 18 présences sur la patinoire.

« Il a bien paru, a évalué l’entraîneur Michel Therrien. Il n’a pas mis l’équipe dans le trouble, il a tenté de créer quelques jeux et a lancé au but quand il devait le faire. On a aussi vu qu’il avait la vitesse pour tenir son bout. »

« Pour lui comme pour nous tous, c’était un premier match. J’ai trouvé qu’il s’est bien tiré d’affaire », a complimenté Plekanec.

« Je voulais travailler fort et éviter les erreurs. Plus le match avançait, plus je me sentais confortable. C’était une grosse étape pour moi qui arrivais du junior », a laissé tomber le jeune Américain en guise d’auto-évaluation.

Un trio d’instigateurs

Deux autres joueurs disputaient, comme Galchenyuk, leur premier match dans l’uniforme du Canadien. Flanqué du fougueux Ryan White sur la quatrième ligne d’attaque, Brandon Prust et Colby Armstrong n’ont pas attendu qu’on leur faire un dessin pour démontrer qu’ils avaient compris la raison pour laquelle ils avaient été ajoutés à l’effectif montréalais.

Envoyé dans la mêlée peu de temps après la mise en jeu initiale, le trio d’instigateurs croyait avoir généré le premier but de la saison quand Prust a poussé la rondelle derrière la ligne rouge à la 46e seconde. L’officiel positionné à proximité a toutefois coupé court aux célébrations en signifiant que White avait suffisamment gêné le travail du gardien pour mériter deux minutes de réflexion.

« Notre équipe était bien préparée. On a même marqué dès la première minute, mais nous avons touché au gardien », a rappelé Therrien sur un ton qui laissait facilement transparaître son désaccord avec la décision rendue.

Prust, plus particulièrement, a laissé une bonne impression à ses débuts dans son nouvel uniforme. Il a jeté les gants face à Mike Brown, un rude combat qui a éclaté à la septième minute, et a remporté quelques mises en jeu en territoire offensif en deuxième période. Armstrong et lui ont formé une paire en désavantage numérique et les statistiques officielles lui donnent trois mises en échec.

« Ce sont des joueurs à qui on demande d’apporter de l’énergie et ils ont bien fait leur travail ce soir », a remarqué Francis Bouillon.

« Ils ont fait du bon travail, ils ont rendu la tâche difficile à l’adversaire », a approuvé Therrien.

samedi 19 janvier 2013

CH: Un rare match inaugural à Montréal

Source : Rds.ca

(Collaboration spéciale Roger Leblond) - Le Canadien de Montréal, qui avait pris l’habitude de disputer son match inaugural à l’étranger depuis un bon bout de temps, fera les choses d’une manière différente cette saison, car cela aura lieu au Centre Bell.

En effet, la formation montréalaise, qui avait disputé de 2000-2001 à 2011-2012, son match inaugural 11 fois de suite sur les patinoires adverses, offrira ce plaisir à ses partisans locaux pour la première fois depuis la saison 1999-2000, alors qu’il avait subi un revers de 4 à 1, face aux Maple Leafs de Toronto.

Le Tricolore a déjà disputé son match d’ouverture 27 fois de suite à domicile !


Le CH, qui avait disputé ses 11 derniers matchs d’ouverture à l’étranger, a déjà connu une période où il semblait être le roi à domicile, à ce chapitre, car de 1935-1936 à 1961-1962, il avait disputé son match inaugural 27 fois de suite au Forum de Montréal, un record de l’histoire de la LNH sur ce plan.

Le CH a une superbe fiche à domicile dans les matchs d’ouverture

Le Canadien, qui affiche un excellent dossier à vie de 49-28-15 (0-2) en 94 matchs d’ouverture (moy. de ,612), a une fiche superbe de 34-13-10 (0-0) pour une moyenne de ,684 en 57 matchs d’ouverture à Montréal et une fiche respectable de 15-15-5 (0-2) (,500) en 37 rencontres du genre à l’étranger.

Le dernier gain local dans un match d’ouverture remonte à 1998 !

Soulignons que le Tricolore n’a pas gagné un match d’ouverture devant ses partisans depuis le 10 octobre 1998, alors qu’il avait remporté un massacre de 7 à 1, face aux Rangers de New York.

Ce gain local est le seul du Canadien dans un match d’ouverture depuis la saison 1993-1994, alors qu’il avait défait les anciens Whalers de Hartford, 4 à 3, le 6 octobre 1993.

Le Canadien aime disputer son match inaugural contre les Maple Leafs de Toronto

Le CH semble avoir pris une habitude de disputer son match inaugural face aux Maple Leafs de Toronto, car cela va se produire pour la quatrième fois de suite, depuis la saison 2009-2010, les trois précédents ayant eu lieu dans la ville reine.

Ce sera la 14e fois que le Tricolore amorcera une saison contre ses rivaux de Toronto et il affiche un dossier de 4-8-0 (1-0) dans les 13 duels précédents, dont 4-1-0 (0-0) dans les cinq rencontres qui ont été disputées à Montréal, subissant son seul revers le 2 octobre 1999, 4 à 1, alors que l’équipe était dirigée par Alain Vigneault et que le gardien débutant avait été Jeff Hackett.

Soulignons que ce match du 2 octobre 1999 fut le dernier match inaugural à domicile pour le Canadien.

LES 12 DERNIERS MATCHS D’OUVERTURE DU CANADIEN DEPUIS 1999-2000

DATES-RÉSULTATS


2 octobre 1999-Toronto 4 à Montréal 1

6 octobre 2000-Montréal 4 à New Jersey 8

4 octobre 2001-Montréal 6 à Ottawa 4

11 octobre 2002-Montréal 4 à Rangers de NY 1

9 octobre 2003-Montréal 2 à Ottawa 5

En 2004-2005 (lock-out)

5 octobre 2005-Montréal 2 à Boston 1

6 octobre 2006-Montréal 4 à Buffalo 5 (fus.)

3 octobre 2007-Montréal 3 en Caroline 2 (prol.)

10 octobre 2008-Montréal 1 à Buffalo 2 (fus.)

1 octobre 2009-Montréal 4 à Toronto 3 (prol.)

7 octobre 2010-Montréal 2 à Toronto 3

6 octobre 2011-Montréal 0 à Toronto 2

FICHE DU CANADIEN EN MATCHS D’OUVERTURE

ENDROIT-PJ-V-D-N-(P-F) PTS-MOY.


Domicile-57-34-13-10-(0-0)-78-(,684)

Étranger-37-15-15-5-(0-2)-37-(,500)

TOTAUX -94-49-28-15-(0-2)-115-(,612)

LES 13 MATCHS D’OUVERTURE DU CANADIEN DISPUTÉS CONTRE LES MAPLE LEAFS DE TORONTO

DATES-RÉSULTATS


17 décembre 1921-Montréal 2 à Toronto 5

16 décembre 1922-Montréal 2 à Toronto 7

15 décembre 1923-Montréal 1 à Toronto 2

29 novembre 1924-Toronto 1 à Montréal 7

10 novembre 1934-Montréal 1 à Toronto 2 (prol.)

6 octobre 1955-Toronto 0 à Montréal 2

6 octobre 1960-Toronto 0 à Montréal 5

9 octobre 1986-Montréal 4 à Toronto 7

3 octobre 1991-Toronto 3 à Montréal 4

2 octobre 1999-Toronto 4 à Montréal 1

1 octobre 2009-Montréal 4 à Toronto 3 (prol.)

7 octobre 2010-Montréal 2 à Toronto 3

6 octobre 2011-Montréal 0 à Toronto 2

19 janvier 2013-Toronto à Montréal

(N.B. : le 10 novembre 1934, le Canadien avait perdu 2 à 1, en prolongation, mais cela comptait comme un revers ordinaire à cette époque.)

vendredi 18 janvier 2013

Une chaleureuse ovation pour Bouillon



Source : Rds.ca

MONTRÉAL - Les amateurs de hockey du Québec ont peut-être vécu beaucoup de frustration pendant le lock-out, mais ils savent reconnaître les hockeyeurs qui ont le coeur à la bonne place. Ce n'est pas donc pas surprenant si Francis Bouillon a fait l'objet d'une brève mais chaleureuse ovation, jeudi, pendant le match intra-équipe disputé devant plus de 17 000 personnes au Centre Bell.

C'est arrivé quand le défenseur, qui est de retour avec le Canadien après trois saisons passées avec les Predators de Nashville, s'est présenté sur la glace afin d'effectuer le neuvième tir en fusillade pour les rouges. Le vétéran de 37 ans a répondu en saluant la foule du bâton à l'occasion de sa première sortie au Centre Bell dans l'uniforme bleu-blanc-rouge depuis le printemps 2009.

« C'était plaisant de renouer comme ça avec la foule, a déclaré Bouillon, qui était visiblement heureux quand il a commenté sa soirée devant le même casier qu'il occupait dans le vestiaire à son passage précédent avec le CH. Ç'a fait du bien. On ne sait jamais comment les gens vont réagir. Depuis que je suis revenu, j'ai toujours eu de bons commentaires de la part des gens qui me rencontraient dans la rue.... Mais une ovation comme celle-là, ça fait plaisir. »

Michel Therrien, qui a dirigé Bouillon il y a une décennie à Montréal ainsi que dans les rangs juniors, a apprécié l'ovation accordée au joueur qu'il a décidé de rapatrier peu après son embauche, l'été dernier.

« J'en avais la chair de poule. C'est mérité, a souligné l'entraîneur du Tricolore. Les gens l'aiment et ils ont de bonnes raisons de l'aimer. Premièrement, c'est une bonne personne, et aussi il met toujours tout son coeur dans l'équipe. C'est bien qu'il soit de retour. »

Therrien n'a par ailleurs pas été surpris que la foule scande le nom de P.K. Subban pendant la soirée.

« On savait que nos partisans aiment P.K. Alors ce n'est pas une surprise », a-t-il souligné.

Alex Galchenyuk en est un autre qui a vécu des sensations particulières au contact de la foule. Celui que le CH a repêché au troisième rang, en juin dernier, a reconnu qu'il a regardé vers les gradins plusieurs fois quand il était au banc, entre ses présences sur la glace aux côtés de Brian Gionta et Lars Eller.

« C'était incroyable comme sensation. Tu rêves à ça depuis que tu es un enfant... La prochaine fois, je vais essayer de rester mieux concentré!, a lancé l'attaquant de 18 ans. Je considère que c'était presque comme mon premier match dans la LNH, compte tenu qu'il y avait tellement de gens pour y assister. »

De son premier tir en fusillade, Galchenyuk a dit que c'était « les 10 secondes les plus longues de ma vie ».

« Je n'ai même pas entendu le sifflet de l'arbitre tellement le bruit (de la foule) était assourdissant. Je n'ai jamais entendu autant de bruit de ma vie », a-t-il affirmé.

Selon Therrien, le match intra-équipe a été utile parce qu'il aura notamment permis à Galchenyuk, et aussi à d'autres jeunes qui en étaient à leur première sortie au Centre Bell, de « briser la glace en vue de notre match de samedi » au chapitre de la nervosité.

On peut presque considérer cette déclaration comme un aveu que Galchenyuk restera à Montréal, du moins en début de saison. Mais le tout sera rapidement confirmé de toute manière, puisque Therrien et ses adjoints ne garderont que les joueurs qui commenceront la saison à l'occasion de l'entraînement de vendredi matin au Centre Bell. Les autres apprendront donc avant 11h s'ils ont été retranchés.

« On va avoir des discussions (jeudi) soir et on va prendre des décisions finales tôt (vendredi) matin », a dit Therrien en précisant que le match intra-équipe de jeudi a permis de clarifier plusieurs choses.

jeudi 17 janvier 2013

CH : pas de panique avec Louis Leblanc



Source : Rds.ca

BROSSARD - Louis Leblanc connaît une saison difficile. Après un début de saison prometteur, le premier choix du Canadien en 2009 a souffert d'une entorse sévère à la cheville droite qui l'a considérablement ralenti.

« C’est sûr que la cheville, ça n’a pas aidé, a concédé Leblanc mercredi lorsque les journalistes l’ont entouré dans le vestiaire de l’équipe. Je travaille présentement pour retrouver mon synchronisme. Je la sens encore un peu, mais elle est presque guérie. C’est sûr que je n’ai pas les statistiques que je veux, mais il y a plus que ça. Je travaille fort et j’essaie de m’améliorer. »

La production offensive de Leblanc a effectivement été grandement affectée par son étant de santé, lui qui n'a inscrit que cinq points en 24 matches. Pour cette raison, il ne s'attendait pas à recevoir une invitation du Canadien pour l'ouverture du camp d'entraînement dimanche.

« C’est décevant, mais je n’ai pas eu le début de saison que je voulais, n’a pas caché le jeune joueur de centre. Je veux être ici à 100% et au-dessus de ma game. »

La direction du Tricolore n'est toutefois pas inquiète du rendement de l’un de ses plus beaux espoirs. Il est surtout important qu'il soit bien entouré et de voir une progression constante chez l’attaquant de 21 ans.

« C’est sûr que sa blessure ne l’a pas aidé. Quand il a recommencé, il était un peu en arrière des autres, ce qui est tout à fait normal. Pour un joueur de hockey, une entorse à une cheville, c’est long et ça peut être pénible de s’en remettre. Je l’ai vécu avec Sidney Crosby, donc à l’interne, on n’appuie pas du tout sur le bouton de panique », assure l’entraîneur Michel Therrien.

Leblanc a encore une chance de poursuivre son séjour avec le Canadien puisqu'il disputera le match intra-équipe jeudi. Therrien a encore déclaré que les plus méritants allaient demeurer encore un peu avec l'équipe, qu'ils aient été rappelés dimanche ou mardi.

Des éloges pour Tinordi

Un autre joueur des Bulldogs, Jarred Tinordi, qui est au camp depuis dimanche, se tire bien d'affaire avec l'équipe. Le défenseur de 6 pieds 6 pouces se dit même prêt à accéder immédiatement à la Ligue nationale.

Tinordi démontre non seulement de belles aptitudes, mais aussi une confiance étonnante pour un jeune de 20 ans. De plus, Michel Therrien a été très élogieux à son égard.

« On est très heureux de sa progression, confirme le coach. Pour un jeune homme de son âge, il fait preuve d’une maturité exceptionnelle. Il a été un leader au niveau junior, où il était capitaine de son équipe, et s’impose déjà dans la même veine à Hamilton. On a décidé de l’intégrer dans notre groupe pour les entraînements pour voir comment il allait se comporter avec des gars de la LNH. »

« C’est difficile à dire. Je crois être prêt, mais l’opinion du joueur diffère souvent de celle de la direction, a dit Tinordi en riant. J’essaie de ne pas trop y penser. Je veux connaître un bon camp et ce que doit arriver arrivera. »

St-Denis, un mentor

À l'instar de Leblanc, Frédéric St-Denis a lui aussi eu certaines difficultés en début de saison, alors que la direction l'a invité à agir comme mentor auprès des jeunes espoirs du CH chez les Bulldogs.

«J'ai essayé d'en faire trop, puis (les entraîneurs des Bulldogs) Donald Dufresne et Sylvain Lefebvre m'ont conseillé de m'en tenir à du hockey simple, a indiqué St-Denis, qui tentera de faire la même chose jeudi soir. Je suis conscient que je ne commencerai peut-être pas la saison à Montréal, mais je pense que je vais avoir une (autre) chance de prouver que j'ai ma place dans la Ligue nationale.»

Même si St-Denis a bien fait en fin de saison dernière avec le Canadien, alors qu'il a affiché un différentiel de plus-3, il était conscient que tout serait à recommencer. Le vétéran de 26 ans n'a donc pas été surpris que Tinordi soit invité au camp et pas lui.

«C'est une bataille constante à l'interne et Tinordi méritait autant qu'un autre de se faire inviter», a souligné St-Denis.

St-Denis n'a pas régressé, a pris le soin de noter Therrien. Mais l'entraîneur a laissé entendre que le temps était venu de donner à Tinordi une chance de se faire valoir. Et si Mike Commodore a lui aussi été invité au camp plutôt que St-Denis, c'est parce qu'on lui a promis qu'on le ferait quand il a signé un contrat à l'essai avec les Bulldogs en novembre.

*D’après un reportage de Chantal Machabée et la Presse Canadienne.

mercredi 16 janvier 2013

Scott Gomez pourra jouer cette saison



Source : Rds.ca

Une entente survenue entre la Ligue nationale et l’Association des joueurs permettra à Scott Gomez de tester le marché des joueurs autonomes dès cette saison.

En réaction à la récente décision du Canadien de renvoyer Gomez à la maison de façon à pouvoir racheter son contrat selon les règles de la nouvelle convention collective au terme de la saison, la LNH et l’AJLHN ont accepté de consentir aux équipes qui le désirent une option de « rachat accéléré ».

Ainsi, si cette voie est empruntée avant le début officiel du calendrier samedi, le Canadien rachètera immédiatement le contrat de Gomez. Le salaire de ce dernier sera comptabilisé dans son intégralité dans la masse salariale de l’équipe pour la durée de la saison écourtée, mais ne pèsera plus sur les épaules de la direction à compter de la saison 2013-2014.

Gomez, dont le salaire amputera la masse salariale du Canadien de 7,35 M$ cette saison, serait quant à lui libre de marchander ses services aux 29 autres équipes de la LNH dès cet hiver.

Wade Redden, notamment, se retrouve dans la même situation que Gomez.

mardi 15 janvier 2013

L'effort des troupes satisfait le pilote



Source : Rds.ca

BROSSARD, Qc - Michel Therrien, s'est dit satisfait de l'effort déployé par ses protégés, plus particulièrement par l'ardeur que démontrent les jeunes joueurs de l'organisation. Mais l'entraîneur-chef du Canadien de Montréal s'attend aussi à voir une progression dans leur jeu.

« On s'attend à ce qu'ils soient meilleurs », a-t-il déclaré à l'issue de la deuxième journée du mini-camp d'entraînement - ou plutôt semaine d'entraînements, comme il l'a qualifiée - que l'équipe tient en vue de cette saison écourtée qui s'amorcera samedi, par un duel face aux Maple Leafs de Toronto.

« Ça fait partie du processus de développement d'un joueur de hockey. En tant que recrues, ce ne sont pas des recrues de 19-20 ans, ils ont une certaine expérience professionnelle, que ce soit en Europe (ou ailleurs), on s'attend à ce qu'ils connaissent une meilleure saison. Je m'attends à ce que l'expérience acquise l'année dernière les aide beaucoup. Mais ceci dit, nous sommes très satisfaits de ce que nous avons vu jusqu'ici. »

Raphaël Diaz, pour un, compte mettre à profit l'expérience acquise en Suisse au cours des derniers mois. Celui qui n'a pas toujours eu l'occasion de se mettre en valeur la saison passée a récolté 29 points, dont sept buts, avec la formation de Zug.


« C'est bon pour la confiance, sans aucun doute. Mais le jeu est différent ici, chacun a son rôle, a-t-il nuancé. Même le jeu est différent. »

Si, de façon générale, les Gabriel Dumont, Brendan Gallagher, Jarred Tinordi Alexei Emelin et Raphaël Diaz ont bien paru, mardi, c'est surtout Alex Galchenyuk qui a retenu l'attention. Le premier choix du Tricolore au dernier repêchage a démontré toute l'ampleur de son talent lors de la séance de fusillade en déjouant coup sur coup Petr Budaj et Carey Price avec des feintes, « des majeures ».

Très terre à terre, le jeune patineur qui aura 19 ans dans quelques semaines ne s'en cache pas : il est anxieux à l'idée d'être de la formation pour le match de samedi.

« J'espère que je serai là. Mais il reste encore plusieurs jours d'entraînement d'ici-là et j'espère m'améliorer à chaque séance. »

Malgré la période plutôt brève dont il dispose pour impressionner l'état-major du club et tailler sa place dans la formation, Galchenyuk ne fait pas les choses différemment.

« Je ne ressens pas la pression de devoir impressionner à chaque présence que je fais sur la patinoire, a-t-il expliqué. Je crois juste que je doive être le joueur que je suis et je pense que si je suis capable d'accomplir cela, je me trouverai en bonne position. »

« Il réagit bien aux différentes situations et il est réceptif quand on lui parle des ajustements qu'on aimerait le voir apporter. On aime ce qu'on voit, a ajouté Therrien. On prend ça une journée à la fois, mais on aime ce qu'on voit. »

Un peu de pression pour Eller

Malgré tous ces bons mots, un des beaux espoirs de l'organisation, Lars Eller, quitte peut-être cette deuxième journée d'entraînement avec de la pression supplémentaire sur les épaules.

« J'ai vu Lars jouer au cours des deux dernières années et je crois qu'il arrive à une étape de sa carrière où il doit passer à un autre niveau. Du moins, c'est ma perception, a dit l'entraîneur. Il a du potentiel, il est jeune et toujours en développement, mais vient un temps où on veut voir un joueur passer à un autre niveau et c'est le cas pour lui. »

Therrien a cependant pris soin d'ajouter que le Danois de 23 ans disposerait de toutes les chances de se faire valoir.

« Absolument. Est-ce que ça veut dire qu'il se retrouvera sur l'un des deux premiers trios, on verra. Mais vous savez, tout le monde doit contribuer. Qu'on joue en compagnie de (Tomas) Plekanec ou sur le troisième trio, on doit contribuer. Je vais mettre de la pression sur tout le monde pour obtenir des résultats. »

Eller est prêt à saisir toutes ses chances, au centre ou à l'aile.

« Je suis toujours ouvert à jouer n'importe où, vous savez. J'en ai beaucoup parlé avec Rich Peverley en Finlande. C'est un centre naturel, mais avec les Bruins, ils ont cinq ou six centres, alors il joue à l'aile. Tout le monde ne peut pas jouer au centre, mais une équipe peut connaître du succès quand tout le monde connaît son rôle et je suis certain qu'il y a de la place pour tout le monde au sein de cette équipe. »

Deux initiatives pour les amateurs

Par ailleurs, le Canadien a annoncé qu'il comptait offrir deux « cadeaux » aux amateurs afin de renouer les liens qui auraient pu être rompus par le lock-out.

Ainsi, le Canadien accueillera gratuitement les spectateurs pour le match intra-équipe de jeudi soir ainsi que pour les entraînements matinaux du Canadien et des Leafs en vue du match de samedi.

Lors de ces deux occasions, un hot-dog, un sac de croustilles et une boisson gazeuse seront offerts gratuitement à chaque partisan et les places seront attribuées selon l'ordre d'arrivée des spectateurs. Les portes ouvriront à 17 h 30 jeudi et 9 h samedi.

lundi 14 janvier 2013

Gomez restera à la maison cette saison

Source : Rds.ca

Tout comme les amateurs, le Canadien de Montréal a perdu patience avec Scott Gomez, dont le contrat sera racheté par l'équipe à la fin de la saison.

Le directeur général Marc Bergevin a expliqué que Gomez a été invité à rester à la maison tout en recevant son salaire. L'équipe va procéder au rachat de son contrat à la fin de la saison de 48 parties.

Le salaire de Gomez affectera la masse salariale de l'équipe pour 7,3 millions cette saison.

Il ne sera donc plus dans l'entourage de l'équipe.

Bergevin et le reste de la direction du Tricolore ont pris cette décision, tard samedi soir, après avoir pris connaissance des détails exacts de la nouvelle convention collective, devenue officielle quelques heures auparavant. Cette entente prévoit que chaque club pourra racheter le contrat de deux joueurs avant le début de la saison 2013-14, sans que cela ne compte au plafond salarial.

Toutefois, les équipes ne pourront racheter le contrat de joueurs s'étant blessés dans le cadre de leurs fonctions de hockeyeur et qui le seront encore pendant la période de rachat. C'est pourquoi le Canadien a demandé à Gomez de ne pas patiner, dimanche, à l'occasion de la première journée officielle du camp d'entraînement à Brossard, et de rester chez lui jusqu'à l'été. On veut éviter qu'il ne subisse une blessure à long terme qui l'empêcherait d'être admissible.

« On a envisagé tous les scénarios et une fois que nous avons pris connaissance des détails exacts de la nouvelle convention collective, (le rachat) devenait la seule option possible, a déclaré Bergevin. C'est ce qui était le mieux pour le bien du club. On ne pouvait pas se permettre qu'il se blesse. »

La direction du Canadien a pris cette décision en pensant à l'avenir à long terme du club, a fait savoir Bergevin. Cette approche permettra de dégager une somme importante au sein du plafond salarial, l'hiver prochain, et donnera au club une meilleure marge de manoeuvre pour accorder de nouveaux contrats _ nécessairement plus généreux _ à ses jeunes joueurs l'été prochain. Bref, le club jouira d'une meilleure marge de manoeuvre pour s'améliorer à moyen et long terme, a noté le d.g. du CH.

« Quand on considère que le plafond salarial va baisser la saison prochaine, ça devenait impossible (de garder Gomez) », a souligné Bergevin.

Le patron du Canadien serait ouvert à une transaction si une équipe manifestait de l'intérêt pour le vétéran.

« Il a pris la nouvelle de manière très professionnelle, a affirmé Bergevin. Il a compris pourquoi on a choisi cette voie. »

Gomez, âgé de 32 ans, a marqué deux buts et obtenu neuf passes en 38 parties l'an dernier.

Cette saison, son salaire comptera à hauteur de 7 357 143 millions $ US au sein du plafond salarial. Ç'aurait été la même chose la saison prochaine, à l'occasion de la dernière année de son entente de sept ans d'une valeur totale de 51,5 millions $ qu'il a signée à l'origine avec les Rangers de New York.

Trois autres joueurs n'ont pas participé à la première séance d'entraînement officielle du camp en raison de blessures, dimanche, devant une foule imposante à Brossard: les attaquants Tomas Plekanec et Petteri Nokelainen, ainsi que le défenseur Mike Commodore.

Nokelainen en aura encore pour encore deux semaines à se remettre, tandis que le statut de Plekanec, légèrement blessé aux côtes, sera réévalué quotidiennement.

La fiche de Scott Gomez

QUELQUES NOTES SUR SA CARRIÈRE

Il a remporté la Coupe Stanley deux fois, en 1999-2000 et en 2002-2003.

Il n’a atteint le plateau des 20 buts qu’une seule fois, en 2005-2006, alors qu’il avait atteint un sommet personnel de 33 buts et aussi de 84 points, en 82 matchs.
Il a raté 44 matchs durant la saison 2011-2012, lui qui n’avait raté que 38 matchs lors de ses 11 premières saisons dans la LNH.

Il a connu une léthargie de plus d’un an, étant incapable de marquer un but du 6 février 2011 au 8 février 2012, une séquence de 60 matchs consécutifs, dont sept lors des éliminatoires de 2011.

dimanche 13 janvier 2013

Une nouvelle ère commence



Source : Rds.ca

BROSSARD - Vingt-sept joueurs prendront part au camp du Canadien, qui va s'amorcer sur la glace dimanche (10h) et RDS sera au coeur de l'action.

La rentrée des joueurs du Canadien marquera le début d'une nouvelle ère avec la présence du nouvel entraîneur Michel Therrien, qui en sera à un deuxième séjour derrière le banc du Tricolore, alors que le nouveau directeur général Marc Bergevin pourra finalement épier ses joueurs pour la première fois, lui qui a été nommé dans ses nouvelles fonctions au début du mois de mai.

Alex Galchenyuk, seul joueur d'âge junior invité, et quatre éléments de l'équipe-école de Hamilton se grefferont aux vétérans. Il s'agit des attaquants Gabriel Dumont et Brendan Gallagher ainsi que des défenseurs Mike Commodore et Jarred Tinordi.

Galchenuyk sera le point de mire. Le premier choix de l'équipe, troisième au total de la séance de repêchage de 2012, a brièvement chaussé les patins, samedi, au Complexe sportif Bell de Brossard.

« C'est incroyable d'être ici, un sentiment formidable, a affirmé le jeune homme de 18 ans. Je suis simplement heureux d'être ici et j'aborderai les journées une à la fois », a-t-il ajouté, quand on lui a demandé s'il estimait avoir de bonnes chances de demeurer avec l'équipe.

Réservé et modeste, l'attaquant du Sting de Sarnia a dit avoir hâte de se frotter à des hommes du calibre de la LNH.

« Je ne sais pas à quoi m'attendre parce que je n'ai pas encore pris part à une séance d'entraînement avec le groupe. Vous me reposerez la question demain. »

Il brûlait la Ligue de l'Ontario avant de joindre les rangs de l'équipe junior américaine médaillée d'or des Championnats du monde, au début de l'année. Même s'il a été appelé à jouer un rôle effacé, il a apporté une bonne contribution.

Repêché comme joueur de centre, Galchenyuk peut également tirer son épingle du jeu comme ailier. Il ne connaît les plans de l'équipe à son endroit.

« Ça n'a pas d'importance pour moi. Je suis âgé de 18 ans et c'est mon premier camp dans la LNH... », a-t-il souligné.

« Je suis à l'aise aux deux positions, je n'ai pas de préférence, a-t-il renchéri. J'estime que si vous jouez avec de bons joueurs et qu'il existe une bonne cohésion, ça ne fait pas de différence. C'est plus facile principalement dans la LNH en raison de la qualité de joueurs. »

Leblanc absent

L'attaquant Louis Leblanc, premier choix de 2009, est le grand absent du camp. Même s'il connaît une saison ordinaire chez les Bulldogs (trois buts, deux passes en 24 matchs), reste qu'il a disputé 42 matchs avec le Tricolore, la saison dernière (5-5-10).

L'absence du défenseur Frédéric St-Denis est aussi notoire. St-Denis, qui a pris part à 17 rencontres du CH en 2011-12, montre un dossier de trois buts et de 11 passes en 35 matchs dans la Ligue américaine cette saison.

Les attaquants Aaron Palushaj et Michael Blunden n'ont également pas reçu d'invitation.

Mais l'absence du défenseur P.K. Subban, qui est sans contrat, est celle qui retient le plus d'attention. Le directeur général Marc Bergevin avait dit espérer cette semaine conclure une entente avec Subban avant le début du camp. Or, il lui reste quelques heures afin de régler le dossier qui pourrait s'avérer une source conflictuelle.

Samedi, les joueurs ont été soumis à des examens médicaux en avant-midi. Quelques-uns d'entre eux ont par la suite sauté sur la patinoire pour une séance d'entraînement facultative.

Le premier patineur a été le Tchèque Tomas Plekanec qui a manié la rondelle et effectué quelques tirs en solitaire pendant une trentaine de minutes. Plekanec, qui a évolué dans son pays pendant le lock-out, est incommodé par une blessure aux côtes. Des rumeurs laissent entendre qu'il ratera le début de la saison. On en saura sans doute davantage, dimanche, Plekanec devant rencontrer les médias au début du camp.

Le joueur de centre Petteri Nokelainen est le seul à l'écart du jeu en raison d'une blessure (dos).

samedi 12 janvier 2013

Les résultats plus tard

Source : Rds.ca

L'annonce des résultats du vote des joueurs de la LNH sur l'entente intervenue au cours de la dernière semaine devrait se faire en après-midi samedi. Le vote des joueurs s'est terminé à 8 heures ce matin.

La fin du lock-out signifiera que les activités normales de la LNH pourront reprendre après un arrêt total durant le conflit.

La LNH devrait d'ailleurs publier son calendrier écourté au cours de la journée.

Ainsi, les joueurs du Canadien vont se soumettre à des examens médicaux ce soir et ils amorceront le camp d'entraînement dimanche à Brossard.

Les équipes pourront de nouveau procéder à des transactions, des mises sous contrat et à des rappels. À Montréal, on sait déjà que le jeune Alex Galchenyuk du Sting de Sarnia sera présent pour la semaine.

Le dossier le plus chaud chez le Tricolore est la mise sous contrat du défenseur P.K. Subban.

 La saison s'élancera samedi prochain. Le Canadien recevra la visite des Maple Leafs de Toronto pour lancer sa saison.

Détails à venir

vendredi 11 janvier 2013

Heureux d'être à Montréal


Source : Rds.ca

Les blessures ont considérablement ralenti la carrière d'Andrei Markov au cours des trois dernières saisons. À l'aube de la prochaine campagne, le défenseur russe, qui est arrivé à Montréal jeudi, se dit prêt et en santé.

Après avoir disputé 21 matchs dans la KHL, Markov est de retour en ville et s'est dit heureux de renouer avec l'environnement de la Sainte-Flanelle. « Je me suis ennuyé de Montréal », a-t-il admis avec sa timidité habituelle.

 « Je me suis ennuyé des partisans du Canadien et cette saison écourtée s'annonce amusante. »

Markov, qui a décidé de prolonger son séjour en Russie en disputant un dernier match mardi, a admis que de jouer dans la KHL pendant le lock-out était la meilleure décision qu'il pouvait prendre. De plus, il affirme être en santé et ajoute ne pas être ennuyé par une blessure aux côtes subie il y a quelques semaines.

« Je me sens au sommet de ma forme. Je suis heureux d'être en santé et je suis anxieux de commencer à jouer. » Markov retrouvera Michel Therrien, pour qui il avait évolué au début des années 2000. Therrien était l'entraîneur-chef du Canadien lorsque Markov a fait ses débuts dans la LNH. D'après un reportage de Félix Séguin

jeudi 10 janvier 2013

Gary Bettman s'excuse



Source : Rds.ca

NEW YORK - Gary Bettman dit qu'il est désolé.

Le commissaire de la LNH a présenté des excuses aux amateurs de hockey pour le lock-out qui a retardé le début de la saison de trois mois.

« Aux joueurs qui auraient clairement préféré jouer au lieu de prendre part à des négociations contractuelles, à nos partenaires qui soutiennent la ligue financièrement et, plus important encore, à nos amateurs, qui adorent et à qui le hockey de la Ligue nationale a manqué énormément, je suis désolé », a lu Bettman d'une déclaration écrite préparée.

« Je sais que des explications ou des excuses n'effaceront pas le mécontentement ou la colère qui n'a cessé d'augmenter ces derniers mois, mais je leur dois des excuses. »

Les excuses ont été formulées lors de la conférence de nouvelles dévoilant que les propriétaires de la LNH avaient voté unanimement en faveur de la ratification de la nouvelle convention collective avec les joueurs.

Les deux parties avaient conclu une entente de principe, tôt dimanche matin.

Bettman n'a pas précisé quelles actions concrètes la ligue fera afin de se faire pardonner.

Il a ajouté qu'à titre de commissaire il doit parfois prendre des décisions difficiles qui decevront les amateurs et qui occasionnellement frustreront les joueurs et les amateurs.

« Ç'a été de longues et extrêmement difficiles négociations, a-t-il poursuivi. Des négociations qui ont perduré beaucoup plus longtemps que quiconque l'aurait souhaité.

« Je sais qu'elles ont provoqué de la frustration et de la déception chez beaucoup de personnes qui soutiennent la LNH de diverses façons. »

Afin de respecter le processus de ratification des joueurs, Bettman n'a pas voulu répondre à des questions au sujet du déroulement des négos.

« Au final, aucune des parties n'a obtenu tout ce qu'elle désirait et tout le monde est perdant à courte échéance », a-t-il souligné.

« Mais la LNH a obtenu une entente de longue durée qui sera bénéfique pour les joueurs et pour les équipes. Elle assure la pérennité de la LNH pour les années à venir. Elle va permettre au sport de croître, assurant une plus grande stabilité financière pour toutes les équipes. »

Depuis la conclusion de l'entente de principe, on laisse entendre que le poste de Bettman pourrait être menacé.

Il a qualifié cela « de rien d'autre que des spéculations sans fondement ».

« Je veux continuer de contribuer à l'essor du sport, tant sur la glace qu'à l'extérieur, comme nous l'avons tous fait au cours des 20 dernières années, a-t-il affirmé. J'estime que les perspectives sont excellentes et je veux continuer d'apporter ma contribution. »

Les propriétaires ont accordé un vote de confiance à Bettman et à son adjoint Bill Daly, mercredi.

« Gary et Bill ont le soutien entier et inconditionnel du bureau des gouverneurs, ainsi que toute sa gratitude », a conclu le propriétaire des Bruins de Boston Jeremy Jacobs, président du bureau des gouverneurs de la LNH.

Le vote de ratification des joueurs devrait commencer jeudi. Il se déroulera par voie électronique pendant deux jours et il faudra là aussi qu'une majorité des 740 joueurs environ soit en faveur pour que l'entente soit ratifiée.

Si tout va comme prévu, le processus sera complété d'ici samedi et les camps d'entraînement s'amorceront dimanche un peu partout dans la ligue.

La LNH vise de disputer un calendrier de 48 matchs par équipe à partir du 19 janvier, ce qui ne laissera pas le temps aux clubs de disputer des matchs préparatoires. Le calendrier devrait être publié au cours des prochains jours.

Le processus de mise en place de la convention collective se poursuivra en coulisses même après le début de la saison régulière. La ligue et l'Association des joueurs ont convenu de se rencontrer pendant 10 journées d'affilée, en février, afin de compléter la rédaction d'un document qui aura plusieurs centaines de pages une fois qu'il sera terminé.

mercredi 9 janvier 2013

Tanguay s'excuse et comprend les fans

Source : Rds.ca

«C’est frustrant et je tiens à m’excuser en mon nom et celui de mes coéquipiers. Ce n’est pas une situation que nous voulions imposer aux amateurs». Alex Tanguay tenait à s'exprimer de la sorte quand il a été rencontré par l’équipe de L’antichambre mardi parce qu'il dit comprendre les partisans.

L'attaquant des Flames de Calgary et son ami Simon Gagné ont participé à un entraînement des Remparts de Québec avant de retourner auprès de leur formation respective de la LNH.

«C’était une période très difficile. Avant de devenir joueur de hockey, tu es un partisan de ce sport. En 1994-95, j’étais un fan des Nordiques et je me souviens de la frustration que peuvent ressentir les amateurs qui comprennent difficilement un arrêt de travail quand les joueurs touchent de tels salaires», a ajouté Tanguay en souhaitant que le problème soit résolu pour longtemps.

Gagné ressentait des émotions semblables et il avait hâte de reprendre le rythme de son travail.

«On est content de retrouver notre routine, ce n’était pas facile de s’entraîner à un haut niveau. Disons que ce n’était pas évident pour le moral durant les Fêtes», a admis le champion de la coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles.

Confrontés au scénario d’une saison écourtée, Tanguay et Gagné sont conscients que plusieurs détails seront cruciaux pour connaître du succès.

«Je vais m’informer auprès de mon entraîneur physique et de celui des Kings pour utiliser les meilleures façons de récupérer afin d’être le plus près du sommet de mes capacités», a notamment soulevé Gagné.

Bien sûr, le début de saison sera crucial pour les formations de la LNH qui ne pourront guère se permettre une série de défaites dans les premières semaines.

«Le départ sera très important surtout pour nous qui avons un nouvel entraîneur en Bob Hartley que j’ai connu au Colorado. Je sais à quoi m’attendre, mais peu de coéquipiers sont dans la même situation. Ce sera important de bien l’écouter durant ce court camp d’entraînement. On a raté les séries l’an dernier et on ne pourra pas commencer du mauvais pied pour se réveiller par la suite», a confié Tanguay, un vétéran de 33 ans.

Source : Rds.ca

mardi 8 janvier 2013

Crosby regrette décembre

   


Source : Tvasports.ca

Nous aurions pu avoir du hockey dès décembre, si on se fie à Sidney Crosby.
Tous les amateurs se rappelleront la «Journée du podium», le 6 décembre dernier, quand Donald Fehr, président de l’Association des joueurs (AJLNH), avait annoncé que le syndicat était près d’une entente avec la Ligue nationale de hockey (LNH).

Quelques minutes plus tard, il revenait pour indiquer aux médias que les pourparlers étaient interrompus. Ensuite, le commissaire de la LNH, Gary Bettman, et son adjoint Bill Daly lui succédaient sur le même podium pour exprimer leur frustration quant à l’état de la situation.

Or, selon Crosby, les deux parties étaient bel et bien très près d’en venir à un pacte lors ce soir-là à New York, au point où la vedette des Penguins de Pittsburgh croit que la convention collective sur le point d’être ratifiée est très similaire de ce qui aurait pu être signé en décembre.

«C’est très près de ce qu’on avait à New York, a indiqué Crosby lundi à la Presse canadienne. Il n’y a pas d’explication à ça. Ce sont des négociations et, malheureusement, c’est comme ça que ça se passe.

«Je sentais que nous avions fait beaucoup de progrès en quelques jours et, quand (Bettman et Daly) ont annoncé que leur offre n’était plus sur la table après plusieurs longs jours, j’étais découragé.»

Crosby était près de «l’action» ce soir-là, et son visage dépité pendant les longues minutes d’attente entre les interventions des leaders respectifs du syndicat et de la partie patronale en disait long.

Le joueur de centre de 25 ans est sans doute l’un des joueurs à qui le hockey a le plus manqué. Crosby n’a disputé que 22 matchs en 2011-2012 (8 buts, 29 aides, 37 points) à cause d’une commotion cérébrale.

Source : Tvasports.ca

lundi 7 janvier 2013

Ça recommence


Source : Tricolore.ca


Le &$%*?% de lockout est terminé!

Le hockey va recommencer très bientôt!

La LNH et l'AJLHN a commencé à négocier samedi en début d'après-midi et ça s'est terminé dans la nuit de samedi à dimanche. Un marathon de 16 heures! L'an dernier, ça avait prit un marathon de 14 heures pour régler le dossier dans la NBA. Une autre point en commun avec le conflit de la NBA.

Voici les points majeurs jusqu'à présent qu'on sait de la nouvelle convention:

- La durée de la convention est de 10 ans, qui peut être interrompue après 8 ans.

- Les joueurs vont avoir 50% des revenues reliés au hockey.

- Chaque équipe peut racheter 2 contrats (été 2013 et été 2014), sans que ça compte sur le cap salariale de l'équipe.

- Le cap de cette saison va être l'équivalent de 70,2 millions, au pro-rata de la saison de 48 ou 50 parties

- La saison 2012-2013 va être soit de 50 parties (qui commencerait le 15 janvier) ou 48 parties (qui commencerait le 19 janvier)

- Le salaire d'un contrat ne peut pas varier de plus de 35% par saison, et la dernière saison du contrat ne peut pas varier de plus de 50% de la saison avec le salaire le plus élevé.

- Les contrats des joueurs autonomes ne peuvent pas être plus long que 7 ans; 8 ans si le joueur appartient déjà à l'équipe.

- Le système de loterie pour le repêchage va changer: la limite de pas pouvoir monter ou descendre de 4 positions va être enlevée, donc les 14 équipes éligibles au repêchage vont avoir une chance de gagner le 1er choix.

- Les suspensions vont être géré par Brendan Shanahan, mais les suspensions vont pouvoir aller en appel et ça va passer par Bettman. Pour les suspensions de 6 parties et plus, ça va être la responsabilité d'un comité indépendant.

- Le partage des revenues entre les équipes riches et les équipes pauvres va être de 200 millions de la ligue, et 60 millions de l'association des joueurs pour les nouvelles équipes.

- En arbitrage, une équipe pourra quitter le processus seulement si le salaire du joueur va être plus de 3.5 millions.

- Cet été, le date limite pour l'autonomie des joueurs va être autour du 10 juillet.

Sur Tricolore.ca, ça été tranquille depuis septembre, car personnellement je me foutais du lockout. Je ne voulais pas tomber dans le même 'pattern' que les autres médias qui rapportaient le peu d'informations d'une manière, comment dire, excessive. Quoi que la page Facebook de Tricolore.ca a toujours été très active malgré le lockout.

Là le hockey recommence. Correction, le chialage recommence.

Exemple: Je me lève ce matin et la première chose que j'entend c'est Bernard Brisset à RDS Info parler du fait que les Canadiens étaient pourris la saison dernière, pis Brunet dit que va falloir s'occuper de PK Subban vu que c'est un problème.

Ça commence ben...*soupir*

Comme plusieurs savent, j'étais du côté des propriétaires et je voulais absolument qu'ils cassent les joueurs; ils gagnent trop d'argent selon ceux qui pensent comme moi. J'étais prêt que ce lockout dure une saison. Mais je suis content que ça recommence.

J'ai hâte de voir comment les joueurs vont répondre à Michel Therrien. J'ai hâte de voir comment Marc Bergevin et son équipe vont aider au développement des joueurs. J'ai hâte de voir l'alignement de 23 joueurs et qui va jouer régulièrement. J'ai hâte de jouer aux gérants d'estrades.

Ah oui, j'ai hâte de voir si Galchenyuk et Collberg vont percer l'alignement. J'ai hâte de voir si Markov va être en forme (il joue présentement avec une des pires équipes de la KHL).

Est-ce que PK Subban va faire son difficile? Est-ce que les Russes vont tenter de bouder la LNH? J'ai bien hâte de voir ça.

Mais surtout, j'aimerais tu ça de fermer la grande trappe de Régis Labeaume pis de gagner une Coupe Stanley avant que les &%$#"! de Nordiques revienne à Québec!

Et vous, qu'est-ce que vous avez hâte de voir? Qu'est-ce que vous n'avez pas hâte de voir?

Source : Tricolore.ca

dimanche 6 janvier 2013

La fin d'un long conflit





À 5 h 11 ce matin, notre informateur LNH Renaud Lavoie confirmait qu'une entente de principe avait été conclue pour un nouveau contrat de travail d'une durée possible de dix ans entre la Ligue nationale de hockey et l'Association des joueurs. Le lock-out qui paralysait les activités du circuit depuis 113 jours est terminé.

Le soleil écoulait ses dernières heures de sommeil à Montréal lorsque les deux parties ont conclu un long blitz de pourparlers qui s’était amorcé en après-midi samedi. C’est le médiateur fédéral américain Scot L. Beckenbaugh qui a réussi le tour de force de ramener tout le monde à la table de négociations.

À 4 h, alors que les informations sur ce qui se tramait derrière les portes closes étaient filtrées au compte-goutte, Renaud Lavoie écrivait sur son compte Twitter que « visiblement, les négociateurs ont pris leur deuxième souffle et veulent s'entendre. À minuit, les progrès étaient faibles. Maintenant, ça avance. »

Un peu plus d’une heure plus tard, le conflit était réglé. On ignore toujours la date du début de la saison et le nombre de matchs dont sera composé le calendrier. Selon Pierre Lebrun, d'ESPN.com, une saison de 50 matchs débuterait le 15 janvier tandis qu'une saison de 48 parties prendrait son envol le 19 janvier.

La convention collective est d'une durée ferme de huit ans - avec des options qui pourraient la prolonger de deux années supplémentaires - et elle limite la durée des contrats à sept ans.

Le pl
afond salarial a été établi à 64,3 M$ et le plancher à 44 M$ pour la saison 2013-2014. Il sera possible d’effectuer deux rachats de contrats (amnistie) par équipe avant cette campagne. Les montants qui y seront rattachés ne se retrouveront pas sur le plafond salarial de l'équipe, mais plutôt sur la partie des revenus reliés au hockey des joueurs.

« Now let’s get back on the ice! Enfin!!! », a écrit Mathieu Darche, l’un des joueurs les plus impliqués au sein du syndicat, à ses quelque 50 000 abonnées sur Twitter.

La reprise des négociations avait provoqué un vent d'optimisme - surtout que les échos laissaient entendre que les deux parties avaient accepté de faire des concessions - mais il n'y avait aucun indice qui portait à croire qu'une entente était enfin à portée de la main.

Le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, avait indiqué en soirée par le biais d'un courriel qu'il y avait eu un peu de progrès et que les deux parties continuaient de travailler fort afin de conclure une entente.

Pendant ce temps, on croyait que les joueurs avaient à nouveau donné le pouvoir au comité exécutif de déposer une motion de déni d'intérêt. Les joueurs avaient voté en grande majorité en faveur d'accorder ce pouvoir le mois dernier et on s'attendait à un résultat semblable cette fois-ci, même si l'AJLNH a refusé de dévoiler les résultats.

Les deux parties s'étaient rapprochées à la suite d'une série d'échanges de propositions à partir du 27 décembre, mais certains enjeux clés demeuraient au centre du conflit, soit le montant du plafond salarial la saison prochaine, la durée maximale des contrats des joueurs, la variation du montant des salaires d'une année à l'autre, la durée de la convention collective et le plan de pension des joueurs, entre autres choses.

La LNH et l'AJLNH espéraient conclure une entente rapidement afin que les camps d'entraînement débutent le 12 janvier et qu'elles puissent organiser une saison de 48 rencontres. C'était le 112e jour du lock-out samedi, ce qui en fait le deuxième plus long conflit de travail dans l'histoire de la LNH.

Source : Rds.ca