jeudi 30 septembre 2010

Les joueurs sont unanimes: Gionta était LE candidat espéré


Plusieurs voyaient Andrei Markov comme capitaine du Canadien. Le principal intéressé a toutefois dit que le choix de Brian Gionta s'imposait. Et le défenseur étoile du Tricolore est satisfait de demeurer l'un des deux assistants en compagnie de Hal Gill.

« Brian le mérite, a d'emblée dit Markov. C'est tout un joueur de hockey et il a démontré son leadership. Les joueurs le respectent et je ne suis pas du tout déçu qu'il ait été choisi et que je n'ai pas hérité du titre. Je vais simplement conservé mon rôle et tenter d'aider l'équipe sur la glace soir après soir. J'espère que nous serons meilleurs en tant qu'équipe.»

Le bon, la brute et ... le gars dans le milieu !


Laissons un des deux adjoints (Hal Gill) résumer comment il voit l'intéraction entre les assistants, le capitaine et l'ensemble des joueurs de l'équipe.

«Tout le monde a son opinion mais j'ai l'impression qu'une fois que tout le monde aura exprimé son opinion, nous serons en mesure de bien travailler ensemble, a dit Gill. De la façon dont je vois les choses, Markov sera le policier dur et moi le bon policier qui pardonne. En tant que capitaine, Brian tranchera entre les deux», a résumé Gill en blaguant.

Les joueurs unanimes

« Aucun doute, Brian aurait été mon choix, a renchéri un autre des vétérans de l'équipe, Roman Hamrlik. Il est prêt à jouer ce rôle. Il a sûrement beaucoup appris quand Scott Stevens occupait ce poste au New Jersey et avec l'expérience qu'il a, il choisira le bon moment pour passer ses messages. Je suis aussi convaincu qu'il saura manoeuvrer avec les médias et qu'il sera bien appuyé par les joueurs. Nous sommes heureux d'avoir un capitaine », a-t-il ajouté.

« C'était le choix le plus logique, a commenté Maxim Lapierre. Un capitaine n'a pas toujours besoin de parler pour donner l'exemple. Être calme dans une situation de panique, c'est aussi montrer le bon chemin à suivre. Lors des dernières séries, il n'a jamais instauré un climat de stress dans le vestiaire ou sur la patinoire et c'est pour ça qu'on avait toujours l'impression que tout allait bien. »

Pourquoi avoir attendu si longtemps ?

« Pour moi le choix du capitaine se résume à comment un joueur se comporte à tous les jours, estime de son côté Mathieu Darche. C'est la manière qu'un joueur se comporte sur la glace, dans le gymnase, dans les avions, comment il traite les partisans. Brian, c'est peut-être le joueur le plus petit de l'équipe, mais il marque ses buts devant le filet à se faire frapper. C'est un travailleur acharné. C'est l'ensemble de ce qu'il est et la manière qu'il agit qui font que c'est un bon capitaine. »

Les réactions des joueurs à l'annonce du nouveau capitaine semblent donner raison à Jacques Martin qui ne voulait pas hâter son choix la saison dernière avec l'arrivée de plusieurs noubeaux joueurs-clés.

« Plusieurs des leaders arrivaient avec l'équipe et j'avais besoin de temps avant de nommer le bon capitaine, a confirmé Jacques Martin.. En attendant, cette année m'a permis de choisir non seulement le candidat de l'organisation mais qui allait aussi s'avérer le choix des joueurs. »

Source : Ckac.com


Nouvelle LNH :

Halak est la personne la plus médiatisée au Québec!


Serez-vous surpris d'apprendre que l'ancien gardien du Canadien, Jaroslav Halak, est la personnalité la plus médiatisée au Québec au cours des neuf premiers mois de 2010?

Écoutez l'entrevue de l'animateur Ron Fournier avec le président d'Influence Communication, Jean-Francois Dumas...

Selon une étude du courtier en information Influence Communication, Halak est toujours la personne la plus médiatisée au Québec, toutes catégories confondues, depuis le début de l'année en cours et devrait conserver sa première place au classement lorsque la présente année va prendre fin.

Bien sûr, les performances électrisantes du gardien slovaque lors des dernières séries d'après-saisons et la très impopulaire transaction qui l'a envoyé aux Blues de St-Louis sont en grande partie responsables de cette situation.

Au classement des personnalités les plus médiatisées depuis janvier dernier, Halak devance plusieurs politiciens et...joueurs du Canadien de Montréal:

1- Jaroslav Halak (gardien des Blues de St-Louis)

2- Jean Charest (premier ministre du Québec)

3- Barack Obama (président des États-Unis)

4- Jacques Martin (entraîneur-chef du Canadien de Montréal)

5- Stephen Harper (premier ministre du Canada)

6- Michael Cammalleri (attaquant du Canadien de Montréal)

7- Sidney Crosby (attaquant des Penguins de Pittsburgh)

8- Brian Gionta (attaquant du Canadien de Montréal)

9- Tomas Plekanec (attaquant du Canadien de Montréal)

10- Carey Price (gardien du Canadien de Montréal)

Selon le président d'Influence Communication, Jean-Francois Dumas, la popularité des joueurs du Canadien est telle que même un joueur marginal comme Travis Moen est plus connu par la population que la plupart des ministres du cabinet Charest, selon lui.

Toujours selon notre expert, le gardien numéro un du Tricolore, Carey Price, devrait grimper de quelques échelons et terminer l'année au sein des cinq premiers de ce classement puisque les médias suivent à la loupe ses performances sur la glace.

Concernant la 7e place de Sidney Crosby, elle s'explique principalement par ses exploits réalisés lors des jeux Olympiques de Vancouver en février dernier. ''Sid the kid'' était devenu un héros national en inscrivant le but décisif en prolongation qui a procuré un gain de 3 à 2 au Canada contre les États-Unis lors du match pour l'obtention de la médaille d'or.

Source : Ckac.com

mercredi 29 septembre 2010

« Alexander Avtsin s'en va à Hamilton » - Pascal Vincent



Pascal Vincent et le Junior de Montréal ne pourront pas compter sur les services d'Alexander Avstin pour les prochaines semaines puisque le Russe a finalement rejoint les Bulldogs de Hamilton.

En audio, écoutez l'entrevue réalisée avec Pascal Vincent.

En entrevue à l'émission "Parlons Hockey", Pascal Vincent a indiqué que l'organisation du Canadien lui avait fait savoir qu'Alexander Avtsin participera au camp d'entraînement de son club-école.

« Nous sommes toujours en attente de la Ligue canadienne pour prendre une décision. Il nous appartenait et on se l'est fait enlever de sur notre liste. Nous sommes allés en appel et nous attendons toujours une décision de la Ligue. J'ai parlé avec Trevor Timmins hier et le plan demeure le même. Alexander Avtsin s'en va avec Hamilton et ils vont prendre la décision qui sera la meilleure pour le jeune et pour l'organisation. Il semble que physiquement, il soit prêt pour la Ligue américaine, mais le problème est peut-être au niveau de son adaptation au style de jeu nord-américain », a souligné l'entraîneur-chef du Junior de Montréal.

Le Junior pourra heureusement compter sur le retour de plusieurs joueurs qui ont participé aux camps d'entraînements d'équipes de la Ligue nationale de hockey.

« Chaque individu réagit de façon différente. C'est blanc ou c'est noir. Soit que le joueur est vraiment excité de sa première expérience et d'avoir laissé une bonne impression, soit que le joueur est déçu parce qu'il réalise que la marche est très haute et qu'il a beaucoup de travail à faire avant d'obtenir une chance de jouer dans la Ligue nationale. Tous les joueurs qui sont revenus de leur camp sont très positifs, sont très heureux », a expliqué Vincent.

Selon l'entraîneur-chef du Junior, la simple présence de Louis Leblanc aura un impact positif sur l'équipe.

« Louis est un leader naturel. Il s'est préparé en fonction du camp du Canadien alors il était en excellente forme physique. Sa condition mentale était parfaite. Il a un plan de carrière bien établi sur plusieurs années. Il sait où il s'en va. Qu'il ait un entraînement à 10 h le matin ou qu'il joue devant 21 000 personnes le vendredi soir, il déploie la même intensité. Quand les autres joueurs voient comment il est intense, comment il se prépare juste pour un entraînement régulier, c'est un élément très positif et ça facilite un peu le travail des entraîneurs. »

Source : Ckac.com


Nouvelle LNH :

Flyers : Le prix de jouer à tout prix



Ian Laperrière désirait absolument revenir au jeu en séries et il en paye le prix aujourd'hui.

Laperrière restera à l'écart du jeu pour une période indéterminée en raison des syndromes d'une commotion cérébrale.

« Je prendrais la même décision aujourd'hui, a confié le vétéran de 36 ans à Radio-Canada Sports, mardi. Avant de penser que je suis fou, on doit se placer dans mes souliers. Je joue dans la LNH depuis 16 ans et je n'avais jamais eu la chance de participer à la finale de la Coupe Stanley. Je voulais vivre ce moment. Et en plus, les médecins me disaient que j'étais correct. »

Paul Holmgren, le directeur général des Flyers, a confirmé au site Philly.com que son combatif attaquant n'a pas toujours été honnête avec l'équipe médicale de l'équipe au printemps dernier.

Laperrière reconnaît que son patron n'avait pas tort.

« Honnêtement, je ne mentais pas à l'équipe ou aux médecins, je me mentais à moi-même, a expliqué le Québécois. J'avais mal à la tête, mais j'associais cette douleur à mes problèmes de cou ou à mon nouveau casque. J'avais déjà subi des blessures au cou et je croyais que c'était lié à mes maux de tête. »

« Quand je jouais, je ressentais une bonne douleur, mais l'adrénaline me permettait de l'endurer », a ajouté Laperrière.

Il refuse maintenant de projeter une date de retour au jeu.

« Je veux maintenant prendre mon temps, je ne peux rien risquer. Je n'ai aucune idée quand je pourrai renouer avec la compétition. »

Retour sur la blessure

Le 22 avril, Laperrière a été victime d'une contusion au cerveau et d'une commotion cérébrale quand il a été atteint par un tir près de l'oeil droit dans le cinquième match contre les Devils.

« Si les médecins peuvent m'assurer qu'il n'y a pas de danger à un retour, je le ferai sans aucune hésitation, avait affirmé Laperrière le 17 mai à Radio-Canada Sports. Quand tu as des enfants et une femme, tu ne peux pas mettre ta vie en jeu. »

Cinq jours plus tard, Laperrière renouait avec l'action pour le quatrième match de la finale de l'Est contre le Canadien. Il le regrette peut-être aujourd'hui.

Au cours de l'été, Laperrière a ressenti des maux de tête, des étourdissements et des problèmes de vision.

« Il n'a jamais admis au cours de l'été qu'il avait des symptômes à la suite de sa commotion, a affirmé Holmgren aux journalistes de Philadelphie. Après des conversations avec lui dernièrement, j'ai compris qu'il nous a parfois caché la vérité pour revenir au jeu. »

Un mois sans Leighton

Les Flyers ont appris plus qu'une mauvaise nouvelle, mardi. Le gardien Michael Leighton souffre d'une hernie discale et s'absentera pour un mois.

Brian Boucher occupera donc le rôle de numéro un en début de saison.

Le Suédois Johan Backlund et le Russe Sergei Bobrovsky lutteront pour remplacer Leighton.

Source : Yahoo.com(Sports)

mardi 28 septembre 2010

Le jeune CH : Lars Eller s'attire les louanges de ses coéquipiers




Avec une récolte de trois aides et un différentiel de plus-2, Lars Eller s'est attiré les éloges de ses compagnons de trio, Tomas Plekanec et Mike Cammalleri, après la victoire de lundi, face aux Panthers de la Floride.

Écoutez les propos de Lars Eller...

«Il est prêt pour la Ligue nationale, a avancé Plekanec. Il n'y a pas grand chose à dire de plus. C'est un bon joueur. Je ne sais pas où il évoluera, mais c'est un grand joueur. Il a tout ce qu'il faut pour évoluer dans la LNH.»

«C'est évident que plusieurs joueurs se disputent quelques postes et qu'il est l'un de ceux-là, a de son côté analysé Cammalleri. Je ne sais pas ce que le directeur général et l'entraîneur-chef ont comme plan pour lui, mais j'ai trouvé qu'il avait apporté de belles choses ce soir. Il a fait preuve d'une belle intensité.»

Même l'entraîneur-chef, Jacques Martin, avait un bon mot pour lui.

«J'ai aimé sa performance, a-t-il dit. C'est son troisième match. Comme plusieurs joueurs, il doit s'adapter. On a vu ce soir qu'il avait bien réagi. C'est une belle opportunité pour lui. Le fait qu'il puisse jouer au centre et à l'aile est un atout pour lui.»

Plusieurs jeunes ont disputé un bon match face aux Panthers: Ben Maxwell, Ryan White et Tom Pyatt, pour ne nommer que ceux-là, se sont illustrés.

White, pour un, a montré qu'il n'avait pas peur de se salir les mains, étant impliqué dans deux combats au cours d'un match ponctué de plusieurs échauffourées. Il a indiqué ne pas vouloir se faire oublier par l'état-major du club.

«Je voulais être certain de laisser bonne impression, a déclaré White, qui en était à son troisième match préparatoire. Vous devez saisir chaque opportunité qui vous est offerte.»

«Ryan a connu un très bon camp, a ajouté Martin. J'aime la façon dont il se comporte. Il donne tout ce qu'il a à chaque soir. Nous avons quelques matchs encore et nous continuerons à l'évaluer.»

S'il a vanté les recrues, Martin a aussi pris le temps de souligner le travail des vétérans.

«Je crois qu'au début d'un camp, ton attention n'est pas du tout sur ces gars-là. Mais Plekanec, de la façon dont il joue depuis le début du camp, ça démontre toute son implication et le genre d'homme, de leader qu'il est. Nos vétérans ont bien fait ce soir.»

Source : Ckac.com

Nouvelle LNH :


Tomas Vokoun veut participer aux séries



Le mot qui revient souvent lorsque l'on parle des Panthers de la Floride est «futur», mais le vétéran gardien Tomas Vokoun veut seulement parler du présent.

Âgé de 34 ans, Vokoun a connu trois bonnes saisons dans l'uniforme des Panthers, mais n'a pas joué avec eux en séries éliminatoires. Il faut dire que les Panthers, qui ont de la difficulté à marquer des buts, ont raté les séries au cours des neuf dernières saisons.

«Nous avons beaucoup de bons jeunes joueurs, mais personne n'aborde une saison en se disant qu'on va être bons dans trois ans — tu penses à la saison que tu joues», a dit Vokoun, lundi, avant le match préparatoire contre le Canadien de Montréal, l'équipe qui l'a repêché au 226e rang en 1994.

Il y a beaucoup d'optimisme dans le camp des Panthers depuis que Dale Tallon a été embauché comme directeur général, lui qui a contribué à la reconstruction des Blackhawks de Chicago, champions de la coupe Stanley.

La présence du trio de jeune défenseurs repêchés au cours des dernières années — Keaton Ellerby, Dmitry Kulikov et le troisième choix au dernier repêchage Erik Gudbranson — contribue aussi à ce vent d'optimisme.

Les Panthers compteront sur une défensive de qualité au cours des prochaines années, mais l'obsession de Vokoun sur le présent est compréhensible.

Il écoule la dernière année d'un contrat qui lui rapportera 6,3 millions $US en 2010-2011, et il y a de fortes chances que Tallon ne lui offre pas de nouveau contrat. Pas avec Jacob Markstrom, considéré par plusieurs comme le plus bel espoir à la position de gardien.

«Je prends les choses une année à la fois maintenant, a dit Vokoun. Je suis certain qu'il y a assez d'endroits et que si ce n'est pas ici, ce sera ailleurs.

«Mes résultats et mes statistiques parlent d'elles-mêmes. Au cours des quatre dernières saisons, j'ai toujours terminé dans le top-3 du circuit pour le pourcentage d'arrêt, donc je ne suis pas inquiet. J'aime jouer. Je vais gérer les situations quand elles se présenteront à moi. Ça n'a pas de sens de s'inquiéter pour quelque chose qui va se produire dans 10 mois.»


Source : Yahoo.com(Sports)

lundi 27 septembre 2010

CH : Vers un 4e trio avec Pacioretty, Boyd et White?



Dustin Boyd au centre de Max Pacioretty et Ryan White. C'est là un trio qui a si bien joué, dimanche face au Wild du Minnesota, qu'on se surprend à contempler les succès que ces joueurs-là pourraient obtenir en saison régulière au sein d'une quatrième unité à l'attaque.

Ce scénario reste peu probable. Après tout, le Canadien joue encore à deux équipes complètes et les postes disponibles sont rares. On ne peut dire que la porte est grande ouverte pour Pacioretty et White, deux athlètes qui ont joué dans la LNH ces dernières saisons, mais qui auront fort à faire pour prouver qu'ils n'ont pas été dépassés par d'autres dans la hiérarchie des espoirs du CH.

«Nous jouons tous des styles similaires, a dit Pacioretty du trio réuni dimanche au Centre Bell. Nous aimons tous être combatifs et donner du fil à retordre à l'adversaire. C'est un plaisir pour nous de jouer ensemble.»

Pacioretty réalise que les chances qu'il soit retenu au sein du grand club sont moins bonnes qu'il y a deux ans. Mais son objectif reste de forcer la main de la direction.

«Je veux les faire hésiter longuement avant qu'ils ne me relèguent aux mineures, a-t-il souligné. Je veux jouer de mieux en mieux à chacune de mes présences sur la glace. La saison dernière, mon niveau de jeu avait régressé en cours de route, mais cet hiver, je veux qu'il aille en s'améliorant.

«Je sais que je dois jouer un certain rôle, a ajouté Pacioretty. Je dois être le premier en échec-avant, pour gagner possession de la rondelle et la refiler à mes coéquipiers.»

Et c'est ce qu'il a justement fait si bien, dimanche. Tout comme White a fait ce qu'il fait de mieux, c'est-à-dire se distinguer par sa combativité.

«Je connais mon meilleur camp, et c'est dans l'intention de faire ma place même s'il n'y a pas de place, a commenté White. Je vais continuer de travailler fort à tous les jours et voir ce qui pourrait arriver.»

«Ryan White n'a jamais été en aussi bonne condition physique. Il a beaucoup progressé à ce niveau, a noté l'entraîneur du CH Jacques Martin. (Pacioretty) semble mieux comprendre ce qu'il doit faire pour être efficace.

«(Boyd) est un vétéran qui ne cesse de s'améliorer à ce camp», a par ailleurs dit l'entraîneur de celui qui a été obtenu des Predators de Nashville en échange de Sergei Kostitsyn durant la saison morte. «Son jeu est le reflet de l'évaluation qu'on a fait de lui cet été.»

Picard à toutes les sauces

À la ligne bleue, Alexandre Picard a continué d'être utilisé à toutes les sauces par Jacques Martin. Il a passé 24:55 sur la patinoire, dimanche, alors qu'il a récolté une aide et affiché un différentiel neutre.

«Je ne m'attendais pas à ça, a dit Picard de son généreux temps de glace. Mais c'est allé vite, ça n'a pas eu l'air de 25 minutes du tout. Reste que c'est encore tôt à ce camp, bientôt on va ne faire jouer que les vétérans... Je me croise les doigts pour que je continue de faire partie de l'équipe.»

«C'est un vétéran qui a joué dans la LNH et il peut jouer dans toutes les situations», a dit Martin du défenseur qui a été embauché à titre de joueur autonome le 31 juillet dernier. «Il fait ce qu'on attend de lui.»

Même si Martin continue, à ce stade du camp, d'utiliser plusieurs jeunes au sein des unités spéciales, il a reconnu que le jeu de puissance du Tricolore n'a été guère éclatant face au Wild. Celui-ci a été blanchi en quatre occasions, malgré une séquence de plus d'une minute à cinq contre trois, notamment.

«Il faut attaquer le filet davantage en avantage numérique, même s'il faut dire qu'on essaie de nouvelles choses à ce camp et qu'on aura besoin de temps pour s'ajuster», a indiqué l'entraîneur du Tricolore.

Source : Yahoo.com(Sports)

NOUVELLE LNH :

LNH : Dandenault, le retraité serein


Trois bagues de la Coupe Stanley plus tard, Mathieu Dandenault est satisfait de sa carrière.

C'est pourquoi l'ancien du Canadien a annoncé sa retraite en toute sérénité, dimanche.

Une double déchirure à l'aine subie en novembre dernier, quand il tentait de séduire les Rangers de New York en défendant les couleurs de leur filiale, le Wolfpack de Hartford, a mis un terme à sa tentative de retour dans la Ligue nationale.

« Ça allait super bien, on parlait de contrat avec les Rangers, et je me suis blessé, a dit Dandenault avant le match du Canadien contre le Wild. C'est plate, car une semaine après ma blessure, ils ont descendu un de leurs jeunes. J'ai été sur la touche trois mois, j'ai essayé de revenir et ça ne marchait pas. J'ai quitté l'équipe en mars. »

Dandenault a réfléchi à sa décision tout au long de l'été. Une opération aurait pu le guérir, mais l'ancien défenseur et attaquant ne voulait pas « repartir à zéro ».

« Une couple d'équipes m'ont appelé pour m'inviter à leur camp, mais j'ai décliné. Tout l'été, j'étais sûr à 90 % de ma décision », a assuré le Québécois de 34 ans.

Ses trois bagues de la Coupe Stanley, acquises en 1997, 1998 et 2002 avec les Red Wings de Détroit, ont facilité sa décision.

« J'ai fait partie d'une dynastie à Détroit. Ensuite, j'ai réalisé mon rêve de jouer avec le Canadien. Si je n'avais pas gagné la coupe, j'essaierais peut-être une opération, mais je l'ai fait, j'ai pas mal tout accompli. C'est plus facile pour moi de me retirer. »

Bilan

Choix de 2e tour (49e au total) des Red Wings en 1994, Dandenault aura finalement disputé 868 matchs en 13 saisons dans la LNH.

Le Sherbrookois d'origine a inscrit 203 points (68 buts, 135 passes). Il a connu sa meilleure saison offensive en 2000-2001 avec des sommets personnels de 10 buts, 15 passes et 25 points.

Après avoir joué pour les Wings de 1995 à 2004, Dandenault a porté les couleurs du Tricolore pendant quatre saisons à compter de 2005. À l'issue de la campagne 2008-2009, Bob Gainey a purgé l'équipe de plusieurs de ses vétérans, et le numéro 25 était du nombre.


Source : Yahoo.com(Sports)


dimanche 26 septembre 2010

Malgré la défaite, Carey Price est encouragé



Il a peut-être accordé six buts samedi soir contre les Sénateurs d'Ottawa, mais Carey Price s'est dit encouragé par cette performance.

Écoutez les propos de Carey Price après la rencontre.

Cliquer ici


À son deuxième départ en matchs préliminaires, Carey Price a beaucoup mieux performé et ce, malgré la défaite des siens. En conférence de presse après la rencontre, le jeune gardien a indiqué qu'il s'était senti plus à l'aise devant son filet samedi soir que lors du dernier match contre les Bruins. «Je me sentais beaucoup mieux. Les statistiques ne le démontreront peut-être pas... Évidemment, j'aurais préféré que le résultat final soit différent. Mais je vois qu'il y a du progrès. C'est encourageant», a souligné Price qui a arrêté 24 des 30 tirs dirigés en sa direction.

Price a également commenté les nombreuses bévues commises par ses coéquipiers. «C'est toujours comme ça en matchs préliminaires. On fait beaucoup d'erreurs d'exécution, les jeunes joueurs sont nerveux et la communication entre nous n'est pas à son maximum. Mais ce sont des situations que nous allons corriger au fur et à mesure qu'on va apprendre à jouer ensemble», a-t-il indiqué.

Appelé à commenter la prestation de son gardien numéro un, l'entraîneur-chef Jacques Martin a reconnu que Price avait mieux joué samedi soir. «Il a connu une meilleure performance que lors du match de mercredi soir dernier. Il s'est quand même bien débrouillé. Quand nous n'étions même plus dans la partie, il a fait de bons arrêts, c'est encourageant. Il doit continuer à travailler et on doit donner une meilleure performance comme équipe», a souligné Martin.

Source : Ckac.com


Nouvelle LNH :

Des changements salutaires pour Roberto Luongo ?

Du côté des Canucks de Vancouver, cet été comme les précédents, tous les yeux ont été braqués sur Roberto Luongo.

Son contrat de 12 ans et 64 millions de $, le nouvel entraîneur de gardiens (Roland Melanson), son abandon du « C »... Luongo a été de toutes les discussions.

Alors que les doutes concernant sa capacité à porter les Canucks vers les sommets se font de plus en plus persistants chez les partisans de Vancouver, Pierre LeBrun, du réseau ESPN, résume la situation dans laquelle il se trouve.

« Les détracteurs de Luongo vous diront qu'il n'a pas été très bon lors des deux défaites consécutives en deuxième ronde des séries face aux Blackhawks de Chicago. Ses partisans vous diront que c'est lui qui se trouvait devant le filet quand Équipe Canada a gagné la partie de hockey qui comportait le plus de pression dans l'ère moderne en février dernier, lors des Jeux olympiques de 2010 dans cette même ville. Quelque part entre ces deux affirmations se trouvent la vérité : un grand gardien avec des médailles d'or aux Championnats du monde et aux Jeux olympiques, mais pas dans la LNH. »

Mais pour le gardien québécois de 31 ans, il n'y a pas d'inquiétude à avoir. « Je sais qu'il y a beaucoup de sceptiques, mais je n'ai rien à prouver, dit Luongo. Je l'ai fait toute ma carrière. J'ai rencontré du succès à tous les niveaux. Je ne crois pas qu'il y ait de plus grande scène dans le monde que celle de février dernier (lors des Jeux olympiques). Malheureusement, ça ne s'est pas encore produit dans la LNH, mais nous avons une bonne chance avec ces gars-là et nous avons quelques années pour que ça arrive. »

Une nouvelle relation à construire

Afin de se donner de meilleures chances de ne penser qu'au jeu et de mieux performer, Luongo a décidé de ne plus porter le « C » pour les Canucks.

« Nous sommes dans une situation où je pense que nous avons de bonnes chances (de remporter la Coupe Stanley). Je veux que toute mon attention soit portée à mon rôle de gardien. Je ne veux pas m'inquiéter sur d'autres sujets. Pas que ça ait été le cas lors des matchs l'année passée, mais peut-être que ç'a été le cas inconsciemment. Je veux juste me concentrer sur le fait d'arrêter la rondelle. »

On sait bien à quel point la relation entre un entraîneur de gardien et un gardien doit être fusionnelle pour que les résultats soient au rendez-vous. Alors qu'Ian Clark a été remplacé par Roland Melanson durant l'été, Luongo confie que les premiers pas avec son nouveau coach se passent bien.

« Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu de nouvel entraîneur des gardiens. Rollie est un gars génial et bien sûr, il sait de quoi il parle. Nous essayons de construire une relation et tout se passe bien jusqu'à présent. Plus nous allons passer de temps ensemble, mieux ça ira. C'est bien qu'il soit là toute l'année », a-t-il conclu (Clark n'était qu'à temps partiel).

Source : Ckac.com

samedi 25 septembre 2010

De bons mots pour David Desharnais



David Desharnais continue de frapper à la porte. Et il n'arrêtera qu'au moment où on lui ouvrira.

Comme il l'a fait à ses (brefs) séjours précédents avec le Canadien, le petit attaquant s'est illustré, vendredi, lors du gain de 4-2 contre les Sénateurs d'Ottawa en match préparatoire au Centre Bell.

Il a amorcé le match au centre d'un trio complété par les jeunes Max Pacioretty et Ryan White, mais il a vite eu droit à une promotion, alors que Jacques Martin l'a jumelé aux vétérans Andrei Kostitsyn et Mathieu Darche en cours de rencontre.

Cette unité a fait mouche deux fois en deuxième période, menant le Canadien à sa première victoire en deux matchs préparatoires jusqu'ici.

"Ç'a bien été pour tout le monde, c'est parfait comme ça, a lancé un Desharnais souriant après la rencontre. En me retrouvant avec (Kostitsyn et Darche), je me suis dit qu'il fallait que je sois plus offensif. J'ai essayé des choses, il aurait peut-être fallu que je sois un peu plus vite pour les réussir, mais l'idée était là et je vais m'ajuster."

"Desharnais a reconnu que ça lui a fait un petit velours d'être ainsi promu. Mais il a aussi souligné qu'il ne faut pas trop y penser dans le feu de l'action.

"Parfois, tu ne sais pas si c'est une promotion, a-t-il noté. C'est peut-être parce que l'entraîneur veut équilibrer les trios ou quelque chose comme ça. Ce n'est pas nécessairement parce que ça va bien. Alors tu n'y penses pas et tu essaies de performer avec les gars qui jouent avec toi."

Auteur d'un but, Darche était satisfait d'avoir aussi bien fait dès son premier match préparatoire du camp.

"La recette est toujours la même pour moi, même dans les mineures. Pour marquer des buts, il faut que je sois devant le filet. David m'a donné une très belle passe _ même mon garçon de sept ans aurait réussi à la mettre dedans", a lancé le vétéran qui a souvent été relégué à la galerie de presse, la saison dernière.

"Les gens me parlent de mon contrat à un seul volet. Je suis avec l'équipe, mais je veux quand même faire ma place dans l'équipe, je ne veux pas que les entraîneurs songent à me retirer de la formation. Je veux qu'ils se sentent obligés de me faire jouer à tous les matchs", a souligné Darche.

Lars Eller a livré une performance moins spectaculaire, mais il s'est quand même dit relativement satisfait, compte tenu qu'il doit s'acclimater à la position d'ailier, en plus de s'habituer à de nouveaux coéquipiers.

"J'aurais peut-être dû retenir la rondelle un peu plus longtemps dans certaines circonstances, a indiqué celui qui a été impliqué dans la transaction qui a envoyé Jaroslav Halak aux Blues de St. Louis. J'ai peut-être été un peu trop prudent à certains moments. Au fur et à mesure que le match avançait, ça allait de mieux en mieux et je suis certain que le prochain match ira mieux."

Eller a dit ne pas avoir trop cherché à analyser le jeu de Scott Gomez et Brian Gionta, ses compagnons de trio.

"On a surtout joué par instinct, et je pense que c'est allé plutôt bien à ce chapitre, a dit le Danois. J'ai essayé de ne pas trop penser à ce que je faisais. Mon jeu, en partie, c'est de créer de l'espace pour mes coéquipiers. Et, comme je suis plutôt un fabricant de jeu, je vais chercher à les rejoindre quand ils sont libres."

Alex Auld a pu aiguiser ses réflexes devant le filet montréalais sans avoir la foule sur son dos. Même si les partisans du Centre Bell sont souvent durs avec leurs gardiens - Carey Price peut en témoigner -, il n'a jamais craint de subir leurs foudres en cas de contre-performance, vendredi.

"Je me sentais bien, a dit Auld de son match. Je voulais me concentrer sur le positionnement, bien bouger devant le filet, mettre ma patience à l'épreuve. J'ai le sentiment que tout s'est bien déroulé à ces niveaux-là."

Sur le but qu'il a accordé à Mike Fisher, Auld n'a pas eu le temps de s'avancer pour défier le tir de l'attaquant des Sénateurs, décoché sans entrave depuis l'enclave.

"J'aurais peut-être pu sortir de mon filet un peu plus, mais c'était un jeu bizarre, où le disque a changé de direction. Au moins, j'étais arrêté et prêt à faire l'arrêt, ce qui est mon objectif. Il faudrait que je revoie le jeu, mais il faut dire que (Fisher) a un bon tir, il décoche rapidement ses lancers", a affirmé Auld.

Jacques Martin a eu de bons mots pour Desharnais, Kostitsyn, Darche et Eller après le match, mais aussi pour le jeune gardien Robert Mayer, le défenseur Brendon Nash - qu'il a qualifié de patient et habile à effectuer une bonne première passe - et l'attaquant Andreas Engqvist, qu'il a trouvé bon en désavantage numérique et lors des mises en jeu.

L'entraîneur a aussi louangé Ryan White, un joueur qui a passé une partie de la dernière saison avec le Tricolore. L'attaquant qui n'a pas craint d'enguirlander P.K. Ss

"Nous aimons le caractère dont il fait preuve. Nous savons à quel point il est dévoué, a dit Martin. Il vient de connaître son meilleur été. Il a travaillé plus fort, de manière plus intelligente. C'est l'un des joueurs que nous surveillons de près."

Source : Rds.ca


Nouvelle LNH :

Sénateurs: Alex Kovalev veut revenir au sommet de sa forme

Opéré au genou en avril dernier, Alex Kovalev n'a recommencé à patiner qu'à la fin du mois d'août. Il espère néanmoins revenir au sommet de sa forme le plus vite possible. Pour contribuer aux succès des Sénateurs d'Ottawa, mais aussi parce qu'il en est à la dernière année de son contrat.

Kovalev réalise que le marché des joueurs autonomes, qu'il pourra tester de nouveau l'été prochain, n'est plus ce qu'il était. Plusieurs vétérans, ces derniers mois, n'ont pas trouvé preneurs ou ont dû accepter une baisse de salaire.

Le Russe de 37 ans sait donc qu'il est loin d'être garanti qu'il signe une nouvelle entente, au-delà de celle qui lui permettra d'empocher cinq millions $US cet hiver.

«Personne ne peut prédire l'avenir, mais ce serait formidable de continuer à jouer dans la LNH', a déclaré Kovalev, vendredi, avant d'affronter le Canadien en match préparatoire au Centre Bell. Tout va dépendre de la façon dont je joue cette saison. Qui sait, il y a peut-être un lock-out qui s'en vient, peut-être pas... Dans mon cas, si j'obtiens un poste à nouveau, je serai heureux.

C'est sûr que ce n'est pas aussi facile de nos jours. Mais je vais trouver quelque chose, j'en suis sûr. Si ce n'est pas ici, j'imagine que j'irai jouer en Russie. Mais mon premier choix serait de jouer (dans la LNH) aussi longtemps que je le peux et de prendre ma retraite sans devoir aller en Russie», a ajouté le Russe de 37 ans, qui a indiqué ne pas avoir entrepris de pourparlers avec les Sénateurs en vue d'une nouvelle entente.

«Je n'aime pas discuter de ces choses-là quand la saison approche, ni pendant. Je veux juste faire mon travail. Le reste, on réglera ça à la fin de la saison.»

Kovalev a bien l'intention de connaître une meilleure saison que la dernière, au cours de laquelle il a totalisé 18 buts et 31 aides en 77 matchs. C'était sa première campagne avec les Sénateurs, qu'il a rejoints après avoir été incapable de s'entendre avec le Canadien le 1er juillet 2009, à l'ouverture du marché des joueurs autonomes.

«Tu cherches toujours à mieux faire que la saison précédente, a-t-il fait remarquer. Il faut laisser le négatif de côté, se concentrer sur le positif et y aller avec ça. Si tu fais de ton mieux, les choses vont finir par bien tourner.»

Kovalev sait que la tâche ne sera pas facile puisqu'il se remet d'une importante chirurgie au genou gauche. Celle-ci avait pour but de corriger la déchirure ligamentaire qu'il a subie le 8 avril contre le Lightning de Tampa Bay. Cela l'a d'ailleurs empêché d'aider la cause des Sénateurs en séries.

Kovalev a reconnu qu'il a été frustrant pour lui de gaspiller' son été à devoir reposer son genou et le soumettre à un programme de rééducation, au lieu de s'entraîner de façon à renforcer son corps et d'ajouter de nouvelles cordes à son arc.

Il se console toutefois avec le fait que contrairement à la saison 1996-1997, alors qu'il s'était déchiré un ligament du genou droit, il a eu le luxe d'attendre une guérison complète avant de recommencer à patiner.

«En 1996, quand je me suis déchiré un ligament à l'autre genou, c'était en milieu de saison et j'ai dû travailler comme un forcené dans le but de revenir au jeu en vue des séries. J'ai réussi, mais les Rangers ne se sont pas qualifiés», a raconté l'attaquant russe.

«Cette fois-ci, je n'ai pas eu à me presser. J'ai laissé la blessure guérir complètement avant de commencer à m'entraîner. La reprise de l'entraînement (hors-glace) est la phase la plus difficile, parce que pendant le repos, tu perds de la masse musculaire et il faut revenir au même niveau qu'avant.

C'est un long processus, et ça va probablement prendre encore une demi-saison, peut-être une saison avant que les muscles reviennent comme avant. Mais c'est normal.»

Montréal toujours spéciale

Même s'il a quitté le Canadien voilà plus d'un an, revenir à Montréal a toujours quelque chose de spécial aux yeux de Kovalev. D'ailleurs, il continue de le faire régulièrement, même pendant la saison morte, notamment à cause de son implication auprès de la Fondation Kovalev et amis pour les enfants. Le tournoi de golf tenu récemment au club St-Raphaël, à l'Île-Bizard, a permis d'amasser 250 000 $.

«Les gens me reconnaissent encore, me souhaitent encore bonne chance, a-t-il indiqué. C'est encore un peu spécial, mais je dois faire mon travail et le faire de mon mieux, que ce soit ici ou ailleurs.»

Kovalev n'est plus qu'à 10 points du cap des 1000 en carrière dans la LNH, mais il préfère ne pas en parler pour l'instant. Sauf que, comme l'a lui-même souligné le numéro 27, il pourrait bien franchir cette étape contre le Canadien. Le Tricolore et les Sénateurs s'affronteront deux fois dès le premier mois du calendrier régulier.

Le Canadien recevra les Sénateurs le samedi 16 octobre, puis se rendra à Ottawa une semaine plus tard.

Source : Ckac.com

vendredi 24 septembre 2010

Les Canadiens appuient le retour de la LNH à Québec






Selon un nouveau sondage, la population canadienne appuie le retour de la Ligue nationale à Québec ou à Winnipeg, mais elle ne désire pas que le gouvernement fédéral investisse pour réaliser ces projets.

Selon un sondage réalisé par "The Angus Reid Public Opinion", 62% des répondants croient que c'est une bonne idée que la LNH effectue un retour à Winnipeg, alors que 52 % d'entre eux sont favorables au retour des Nordiques à Québec.

Cependant, 57 % des personnes interrogées s'opposent à ce que le gouvernement fédéral investisse de l'argent afin de déménager une équipe déjà existante dans une ville canadienne.

Sans grande surprise, ceux qui se décrivent comme étant des amateurs de hockey appuient davantage la venue d'une équipe de la LNH à Winnipeg (82 %) et à Québec (75%)

L'idée d'utiliser des fonds publics pour réaliser ce projet plaît beaucoup plus aux amateurs de hockey (54%), mais même parmi les plus fervents partisans, 40 % s'y opposent.

Les populations de la Colombie-Britannique (71 %) et de l'Alberta (64 %) demeurent les plus critiques face à cette idée. Au Manitoba et en Saskatchewan, 33 % sont favorables à ce que le gouvernement fédéral collabore alors que 56 % sont contre.

Enfin, deux cinquièmes des Québécois (44 %) ne voient pas d'inconvénients à ce que les fonds publics soient utilisés.

Le sondage a été réalisé entre le 17 et le 19 septembre auprès de 1 009 personnes.

Source : Ckac.com


Nouvelle du CH :

Canadien : Après Palushaj, Eller




Les expériences se poursuivront au camp du Canadien vendredi.

Jacques Martin a confirmé jeudi qu'il emploiera « probablement » Lars Eller aux côtés de Scott Gomez et de Brian Gionta, dans le premier match de la série aller-retour contre les Sénateurs d'Ottawa.

« Probablement que Lars va travailler avec Gomez et Gionta. C'est une des combinaisons qu'on devrait voir demain (vendredi) », a dit le toujours loquace entraîneur-chef du Canadien.

Les principaux intéressés, eux, semblaient prendre ce « probablement » pour un « assurément ».

« Je veux montrer que je peux apporter ma contribution, jouer intelligemment sans la rondelle et, idéalement, marquer quelques buts », a indiqué Eller, un choix de premier tour des Blues de St. Louis en 2007.

Comme pour Aaron Palushaj, employé la veille en compagnie de Tomas Plekanec et de Michael Cammalleri, Eller reçoit un signe de confiance indéniable de la part de ses entraîneurs. La tape dans le dos est d'autant plus rassurante qu'on lui fera confiance à l'aile, même si sa position naturelle est au centre.

« Je suis tout aussi à l'aise à l'aile qu'au centre. Je vais jouer où les entraîneurs me disent de jouer », a assuré le Danois.

Martin, lui, a relativisé la portée du match pour Eller.

« Ce n'est pas plus important qu'autre chose. C'est important pour Lars, c'est une première occasion de le voir jouer. Mais ça ne veut pas dire qu'il va être là en début de saison. »

Deux paires

« Si on regarde nos deux premiers trios, on a des paires. On a Cammalleri et Plekanec, et on a Gomez et Gionta. Les individus qui vont jouer avec eux ne le feront pas toujours sur une base régulière. Des individus vont rentrer et sortir de ces positions. »

Les formations des deux premiers matchs confirment en effet la situation. Martin tente des expériences avec Palushaj et Eller, pendant que les deux autres attaquants jugés offensifs de l'équipe, Andrei Kostitsyn et Benoît Pouliot, sont relégués sur des trios au style plus défensif.

Mercredi, Pouliot a patiné en compagnie de Ben Maxwell et de Travis Moen. Vendredi, Kostitsyn sera jumelé à Dustin Boyd et à Mathieu Darche.

Comme Darche le rappelle, plusieurs équipes fonctionnent avec ce système de duos.

« C'est dur de garder trois gars toujours ensemble, explique le Québécois. Dans la ligue, plusieurs équipes marchent comme ça. À Washington, t'as Alexander Ovechkin, Nicklas Backstrom, et le troisième gars change souvent. Des fois, c'est Brooks Laich, d'autres fois, c'est un autre. C'est plus facile à gérer comme ça. »

David Desharnais et Ryan White formaient un autre duo. Alexander Avstin et Max Pacioretty alternaient à leurs côtés, si bien qu'un des deux pourrait être retranché vendredi.

Le quatrième trio devrait être formé de trois joueurs parmi James T. Wyman, Andreas Engqvist, Jimmy Bonneau et Dany Massé.

Source : Yahoo.com(Sports)



jeudi 23 septembre 2010

Le CH a quand même bien fait dans le revers



Le Canadien a offert une bonne performance à son premier match préparatoire. Le score de 4-2 en sa défaveur est un pâle reflet du déroulement de la rencontre.

«Nous sommes déçus du résultat, mais on retient plusieurs bonnes choses, a noté l'entraîneur Jacques Martin, en ajoutant que l'équipe avait commis des erreurs de début de calendrier préparatoire. Nous avons exercé un bon échec-avant et des joueurs se sont démarqués.»

Martin a mentionné en premier le nom d'Aaron Palushaj, qui a bien paru en compagnie de Tomas Plekanec et de Michael Cammalleri.

«Il a montré beaucoup de vitesse et de la rapidité d'exécution», a-t-il dit.

L'entraîneur a par la suite eu de bons mots à l'endroit des jeunes Louis Leblanc et Jarred Tinordi.

«Ils ont tous deux démontré du sang-froid. Tinordi, après avoir connu un début chancelant, s'est amélioré à mesure que le match avançait. Il a le potentiel de s'établir comme un très bon défenseur dans la ligue.»

Leblanc s'est dit satisfait de son rendement. Il souhaite ravoir la chance de jouer un autre match.

«Le Centre Bell est le meilleur endroit au monde où jouer. Je n'oublierai pas ma première expérience c'est sûr.

«J'estime avoir mieux fait en deuxième moitié de rencontre. En première moitié, je m'habituais à la vitesse du jeu et à la taille de mes adversaires. J'ai commencé à être plus à l'aise vers la fin de la deuxième période et en troisième.»

Leblanc a été impressionné par Plekanec, son voisin dans le vestiaire.

«C'est un gars extraordinaire. Il fait des jeux et marque des buts. J'ai eu la chance d'être assis à ses côtés dans le vestiaire. C'est un véritable professionnel.»

Comme Martin, Cammalleri a qualifié cette performance d'entrée en la matière d'encourageante.

«J'ai été impressionné par l'effort que les jeunes ont déployé. Ils ont redoublé d'ardeur en deuxième et en troisième périodes.»

Martin a également parlé en bien du jeune Gabriel Dumont, «un joueur qu'on aime beaucoup dans l'organisation».

«Il se fait remarquer à chacune de ses présences. C'est un jeune qu'on apprécie.»

Dumont aurait souhaité se faire remarquer autrement, à ses débuts chez le CH, qu'en écopant deux pénalités pour avoir accroché.

«Ça allait un cran plus vite que dans la Ligue américaine, à la fin de la dernière saison. Ce n'était pas mon but d'avoir deux punitions à mon premier match. Ce sont des choses qui arrivent. Je ne voulais pas placer l'équipe dans le pétrin.»

Le jeune défenseur Frédéric St-Denis estimait avoir bien tenu son bout, à sa première expérience également dans la LNH.

«J'étais un peu nerveux. La journée avait été éprouvante. Je voulais bien faire. Mis à part ma première présence, je suis satisfait. En espérant maintenant obtenir un autre match hors-concours. Je sais que je dois améliorer des aspects, notamment préconiser un style plus physique en zone défensive.»

Source : Yahoo.com (Sports)

Mon commentaire :

Le match a été un test pour beaucoup, ont peut dire que Price doit retrouver son aplomb assez rapidement. Mais en même temps il ne faut pas s'inquiéter c'était le premier match de nos glorieux. J'ai trouvé que l'exécution en général n'était pas mauvaise, ont avait de vitesse et les jeunes comme Leblanc, Tinordi et Dumont m'ont surpris. J'ai bien hâte de voir si les dirigeants vont prendre des décisions surprenantes, comme de conserver des jeunes ou vont-ils garder le même effectif que la plupart des gens connaissent déjà.

Alors, préparons-nous pour le prochain match, espérons que Jacques Martin ira avec un peu plus de joueurs offensifs comme Gomez, Gionta, Cammalleri, Plekanec et AK-47. Que notre ami Price sera capable d'arrêter plus de rondelles et que la défensive ne laisse pas le devant du filet aussi facilement libre.


mercredi 22 septembre 2010

Pool de hockey

Avis aux intéressés.

Voici les règlements de mon nouveau pool.

Vous devez choisir 12 attaquants, 6 défenseurs, 2 gardiens de but et 1 équipe. Les joueurs et l’équipe seront sélectionnés selon le nombre de points qu’ils ont fait l’an passé (les gardiens seront pointés selon un système propre au pool). Vous disposez d’une limite de 1000 points (maximum) pour effectuer vos choix.

Tous les joueurs peuvent être choisis, aucune limite de joueur provenant de la même équipe.

Système pointage pour le pool :

Attaquants et défenseurs : 1 point = But et 1 point = Passe

Gardiens : 2 points = Victoire et 2 points = Blanchissage

Équipe : 2 points = Victoire et 1 points = Défaite (prolongation et fusillade)

Le montant de participation est de 20 $ et le montant du prix gagnant peut varier selon le nombre de personnes qui participe au pool.


Si ca vous intéresse vous pouvez communiquer avec moi, a mon adresse email meninblackwill@hotmail.com.

« Je ne me vois pas jouer ailleurs qu'à Montréal » -Josh Gorges




Si le Canadien tient réellement à Josh Gorges après cette saison, les négociations ne traîneront pas en longueur parce que le jeune défenseur ne se voit pas jouer nulle part ailleurs qu'à Montréal, la saison prochaine ainsi que les suivantes.

Gorges amorce la dernière année de son contrat, au salaire de 1,3 million $ US. Il pourrait obtenir le statut de joueur autonome avec compensation l'été prochain, à l'âge de 25 ans. Mais ce n'est abolument pas dans ses plans.

« Plusieurs membres de ma famille et amis me posent des questions quant à mon statut. C'est la première fois de ma carrière que je me retrouve dans cette position », a-t-il souligné, mardi.

« Je vous répondrai la même chose qu'à tous les autres. Si on veut entamer des pourparlers pendant la saison, je prêterai l'oreille. Cela dit, je suis ici pour jouer au hockey et je veux me concentrer uniquement là-dessus. Mon seul objectif est d'aider l'équipe à gagner la Coupe Stanley. Je ne me dirai pas que je dois absolument bien jouer, ou faire ceci ou cela, dans le but d'avoir un contrat. »

Mais il n'y a rien qui ferait plus plaisir à Gorges que de rester chez le Tricolore.

« J'apprécie tellement de jouer ici, l'organisation, mes coéquipiers et l'enthousiasme des partisans, que je ne peux pas m'imaginer évoluer ailleurs, a-t-il déclaré. Mon début de carrière chez les Sharks de San Jose n'est qu'un souvenir lointain. »

Gorges a rappelé avoir connu des débuts laborieux avec l'équipe en 2007, après avoir été impliqué dans l'échange de Craig Rivet, en février.

« Ça été difficile. J'étais laissé de côté et je ne faisais pas très bien quand on m'utilisait. Je me rappelle même d'avoir été hué par les amateurs au Centre Bell. La situation est tellement misérable que je me disais que je ne resterais pas longtemps. »

Quelques années plus tard à peine, Gorges file le parfait bonheur. Il s'est établi comme un défenseur vaillant, efficace et fiable, un leader apprécié de tous. On évoque même son nom parmi les candidats pour le titre de capitaine de l'équipe.

Source : Ckac.com

Mon commentaire :

Pour moi, Josh Gorges est le défenseur parfait pour Montréal, il travaille fort, il n'a pas peur d'aller dans les coins et surtout il connait du succès en défensive. Ont peut se rappeler qu'en début de carrière il n'était pas très efficace et qu'il faisait beaucoup d'erreurs. Mais cela s’est vite replacé et il est devenu le guerrier de notre équipe. Avec c'est affirmations la, ont peut voir qu'il est un vrai et que pour lui l'honneur est très important et surtout l'appartenance.

En ce moment, il gagne un salaire de 1,3 million, si j’étais le Canadien je lui ferais une offre de 10 millions pour 5 ans, par la suite à l'âge de 30 ans je regarderais son évolution et surtout ses capacités. Un bon défenseur et un futur leader dans l'équipe.

mardi 21 septembre 2010

Le CH procède aux premières coupures



Le Canadien a procédé à ses premières coupures de personnel, lundi après-midi, en vue de l'ouverture de son calendrier préparatoire au Centre Bell, mercredi, contre les Bruins de Boston.

Seulement cinq joueurs ont été retranchés afin de permettre à l'entraîneur Jacques Martin de former deux groupes d'une quinzaine d'attaquants et de huit défenseurs chacun pour le début du calendrier des matchs hors-concours fort chargé.

Les attaquants Philippe Lefebvre, du Junior de Montréal, et Brendan Gallagher, des Giants de Vancouver, les défenseurs Morgan Ellis, des Screaming Eagles du Cap Breton, et Joe Stejskal, de l'Université Dartmouth, aux États-Unis, ainsi que le gardien Nicholas Champion, des MAINEiacs de Lewiston, ont été retournés à leur formation.

Cinquante-trois joueurs sont toujours au camp, soit 30 attaquants, 18 défenseurs et cinq gardiens, en incluant les quatre blessés Andrei Markov, Roman Hamrlik, Hunter Bishop et Dany Massé.

Le Tricolore va jouer ses cinq premiers matchs en l'espace de six jours, à compter de mercredi. Martin a déjà laissé savoir que plusieurs jeunes vont se voir offrir l'occasion de prendre part à au moins un match hors concours.

«Nous allons essayer de récompenser les plus méritants dans la mesure du possible», a-t-il affirmé.

Plusieurs jeunes Québécois vivaient d'espoir, avant de quitter le Complexe sportif Bell de Brossard.

«Ce serait incroyable d'avoir la chance de jouer un match», disait l'attaquant Gabriel Dumont, après avoir retenu l'attention de l'entraîneur au cours du match simulé entre les groupes B et C.

«Voilà un jeune qui m'a impressionné, a mentionné Martin de l'ancien capitaine des Voltigeurs de Drummondville. Il colle à la rondelle, complète ses mises en échec et est très combatif.»

Présent au camp à titre d'invité, le défenseur Sébastien Bisaillon espérait avoir suffisamment fait bonne impression afin de poursuivre l'aventure. Bisaillon, âgé de 23 ans, qui a évolué en Allemagne la saison dernière, a gagné son pari.

Le premier choix de l'équipe en 2009, Louis Leblanc, a de nouveau bien fait, lundi, même si son équipe a perdu 3-2 contre celle de Scott Gomez. Il mériterait de disputer un match, avant qu'on le retourne au Junior de Montréal.

Leblanc a prouvé qu'il pouvait suivre le rythme, en réussissant un but et en s'impliquant physiquement. Son ardeur à la tâche a été remarqué par le vétéran ailier Brian Gionta.

«Il est très jeune, mais on voit qu'il possède une bonne connaissance du jeu, a noté Gionta. Il est déjà très soucieux de sa défense pour un joueur de centre. Il a une bonne tête. C'est tôt pour porter un jugement, mais on voit qu'il est très talentueux.»

Pour revenir au match intra-équipe de lundi, des buts du Russe Alexander Avtsin et du défenseur Josh Gorges, au début de la seconde moitié de la rencontre, ont permis aux Rouges de prendre les devants pour de bon.

Le défenseur Alex Henry a été l'autre marqueur des gagnants.

Outre Leblanc, Ryan White a obtenu l'autre filet des Blancs. Tous deux ont déjoué le vétéran gardien Alex Auld en première moitié de match.

Le remplaçant de Auld, Nicholas Champion, n'a rien donné dans l'autre moitié.

Curtis Sanford a été victime du but de Henry, avant que Robert Mayer n'accorde les deux derniers buts des Rouges.

Le groupe A de Mike Cammalleri remporte donc les honneurs du tournoi de début de camp, ayant gagné ses deux matchs.

Le groupe B a conservé une fiche de 1-1. Le groupe C a perdu ses deux rencontres.


Source : Yahoo.com (Sports)

lundi 20 septembre 2010

Canadien : Lapierre anime encore le débat


L'équipe C de Tomas Plekanec et Louis Leblanc a fait son entrée en scène au camp du Canadien, dimanche, à Brossard, et Jacques Martin a maintenant vu tous ses joueurs à l'oeuvre.

L'équipe C a toutefois perdu 3-2 en tirs de barrage contre l'équipe A.

Il s'agit de la deuxième victoire de l'équipe de Michael Cammalleri, qui a marqué en fusillade. C'est toutefois Andreas Engqvist qui a mis fin aux hostilités en déjouant le gardien Robert Mayer.

David Desharnais et Tom Pyatt ont marqué en temps réglementaire. Leur trio, pivoté par Maxim Lapierre, qui a récolté une passe, a animé l'attaque de l'équipe.

« On voit une amélioration dans son cas, a noté l'entraîneur Jacques Martin au sujet de Desharnais. J'ai hâte de le voir dans les matchs hors concours. »

À ses débuts au camp, Tomas Plekanec (équipe C) a retrouvé son instinct de buteur. Le Tchèque a déjoué Peter Delmas en fusillade. Il avait fait de même en temps réglementaire, tout comme le défenseur Ryan O'Byrne, qui a créé l'égalité 2-2 avec 35 secondes à jouer à la deuxième et dernière période.

Leblanc s'en tire bien

Leur coéquipier Louis Leblanc a bien fait. L'inexpérience de ses compagnons de trio, Gabriel Dumont et J.T. Wyman, ne lui a toutefois pas permis de s'illustrer devant les nombreux spectateurs - plus de 1000 - qui ont assisté au match.

« Ça s'est bien passé. J'ai été capable de suivre le rythme, a commenté le Québécois, premier choix de l'équipe en 2009. C'était particulier de voir Mike Cammalleri patiner à mes côtés et de jouer avec des vétérans comme Tomas Plekanec, Brian Gionta et Hal Gill. »

Leblanc en était à ses premiers pas chez les professionnels. Joueur universitaire l'année dernière à Harvard, le centre du Junior de Montréal de la Ligue junior majeur du Québec (LHJMQ) n'avait pas pu participer au camp du Canadien.

Il s'est impliqué physiquement, malgré sa modeste stature (1,80 m et 81 kg). « Il doit améliorer sa force physique et sa puissance. Ça viendra avec le temps, a commenté Martin. Ce que j'aime de lui, c'est qu'il est rapide et a une bonne vision du jeu. »

Ian Schultz, obtenu dans l'échange de Jaroslav Halak, s'est fait remarquer pour ses coups d'épaule, après avoir marqué samedi.

« Il doit améliorer son conditionnement physique et son coup de patin », a jugé Martin.

Source : Yahoo.com (Sports)

dimanche 19 septembre 2010

Louis Leblanc nullement intimidé




Préconisant un style pugnace, Louis Leblanc a bien paru à son premier match intra-équipe chez le Canadien, dimanche.

"Ça s'est bien passé. J'ai été capable de suivre le rythme", a commenté le premier choix de l'équipe en 2009.

"C'était particulier de voir Mike Cammalleri patiner à mes côtés et de jouer avec des vétérans comme Tomas Plekanec, Brian Gionta et Hal Gill."

Le joueur de centre n'a paru nullement intimidé à son premier contact avec les professionnels, à l'âge de 19 ans. L'an dernier, il n'avait pas pu prendre part au camp en raison de son statut de joueur universitaire aux États-Unis, à Harvard. Cette saison, il a décidé de joindre les rangs du Junior de Montréal, dans la LHJMQ.

L'entraîneur Jacques Martin a apprécié le niveau d'engagement du patineur natif de Pointe-Claire, qui a foncé vers le filet adverse dès que la situation se présentait. Une de ses incursions en fin de match a même provoqué une légère bousculade.

Click here to find out more!"C'est le style de jeu qui me permet de connaître du succès. Je ne le changerai pas", a indiqué Leblanc, qui a pivoté un trio de Québécois en compagnie de Jimmy Bonneau et de Gabriel Dumont.

"Louis démontre une belle maturité jusqu'à maintenant, a affirmé Martin. C'est un jeune homme sérieux qui veut s'améliorer. Il est continuellement sur la rondelle, en plus d'être rapide et de posséder une bonne vision du jeu."

Martin a souligné que Leblanc, qui mesure six pieds et qui pèse 178 livres, doit se renforcer physiquement. Leblanc l'a constaté de visu en côtoyant le gentil géant Gill dans le groupe C.

"Il est impressionnant à voir celui-là", a-t-il dit.

Avant de retourner poursuivre sa progression chez le Junior, il espère avoir la chance de disputer un match hors-concours.

Encore les Rouges

Pour revenir au match, les Rouges de Cammalleri ont signé un deuxième gain en autant de jours au camp du Canadien, en prenant la mesure des Blancs de Gionta 3-2 aux tirs de barrage.

Andreas Engqvist a tranché le débat au cinquième tour de la séance, en déjouant le gardien Robert Mayer d'un tir bas du côté du bâton.

Cammalleri et Plekanec avaient échangé les filets, d'entrée de jeu de la fusillade.

David Desharnais et Tom Pyatt, en plus d'une aide, ont été les autres marqueurs des Rouges. Auteur d'une passe, Maxim Lapierre a de nouveau bien fait. Samedi, il avait réussi deux buts.

"Équipe Lappy vogue vers le championnat", a lancé à la blague le gardien Carey Price, peu occupé devant le filets des Rouges.

Plekanec et le défenseur Ryan O'Byrne, qui a créé l'égalité 2-2 avec 35 secondes à écouler en temps réglementaire, ont déjoué Peter Delmas chez les Blancs.

Price a stoppé les sept tirs auxquels il a été confronté dans la première moitié de la rencontre. Son opposant Curtis Sanford a cédé deux fois en 10 lancers. Le vétéran a mal paru sur le but de Desharnais peu de temps après la mise au jeu initiale.

Les jeunes Delmas et Mayer ont bien tiré leur épingle du jeu en seconde moitié de l'affrontement, auquel ont assisté plusieurs centaines d'amateurs au Complexe sportif Bell de Brossard.

Lundi, l'équipe B de Scott Gomez se mesurera au groupe C de Gionta.

Source : RDS.CA

samedi 18 septembre 2010

Canadien : Boyd, l'heure de l'éclosion


On dit souvent que la marche est haute entre les rangs juniors et la LNH. Dustin Boyd peut en témoigner.

Boyd avait l'étiquette d'un bel espoir avant de faire ses débuts avec les Flames de Calgary en 2006-2007. Un talent certain, croyait-on.

À sa dernière saison avec les Warriors de Moose Jaw de la Ligue junior de l'Ouest, il a amassé 90 points (48 buts, 42 passes) en seulement 64 matchs.

Sur la scène mondiale, Boyd a aussi retenu l'attention en accrochant la médaille d'or du Championnat du monde à son cou. Le rapide centre avait gagné la confiance de l'entraîneur Brent Sutter en amassant 6 points (4 buts, 2 passes) en 6 rencontres.

Cette même année, Guillaume Latendresse n'avait pratiquement pas vu d'action à Vancouver. Benoît Pouliot et Tom Pyatt endossaient également les couleurs du Canada.

À Montréal, Boyd peut-il retrouver sa touche d'antan ?

« Il n'y a pas une explication logique pour expliquer ma faible production dans la LNH, mais je dirais que c'est une question de constance », a humblement dit Boyd après les examens médicaux de l'équipe à Brossard.

« Je veux toujours devenir un bon marqueur dans la LNH. La meilleure solution pour y parvenir est de penser une étape à la fois. C'est un nouveau départ avec le Canadien et je veux en profiter. »

Libéré par les Predators de Nashville à la fin de la dernière saison, Boyd a signé un contrat d'une saison et 650 000 $ avec le CH, le 1er juillet.

Quelques jours plus tôt, Pierre Gauthier avait obtenu la permission de négocier avec Boyd et le gardien Dan Ellis en échangeant le controversé Sergei Kostitsyn à Nashville.

Contrairement à Ellis, Boyd a dit oui à la proposition du Tricolore.

« La plus grosse influence, c'est Montréal, a expliqué Boyd. Tu ne peux pas trouver un meilleur marché. Quand tu es plus jeune, tu rêves de porter les couleurs d'une organisation comme le Canadien. Pour moi, c'était un choix évident. »

Les bons mots de Dumont

À Nashville, Jean-Pierre Dumont a côtoyé le nouvel attaquant du CH.

« Vous allez l'aimer à Montréal, Dustin Boyd, a lancé Dumont au téléphone. C'est un très rapide patineur, il a un bon sens du jeu et il est bon en désavantage numérique. Il a le talent et le potentiel pour réussir. C'est peut-être un gars qui va exploser sur le tard. »

Boyd n'a joué que 18 matchs l'an dernier avec les Predators, obtenant cinq points (3 buts, 2 passes). Avec les Flames, il avait récolté 19 points (8 buts, 11 passes) en 60 rencontres.

À Montréal, il luttera pour décrocher le poste de troisième centre avec Lars Eller et Jeff Halpern. Il peut aussi jouer à l'aile gauche.


Source : Yahoo.com (Sports)

vendredi 17 septembre 2010

Price sait ce qui l'attend



À l’image de ses coéquipiers, Carey Price a rencontré les médias dans le cadre du tournoi de golf du Canadien et il n’a pas hésité à dire qu’il sait exactement ce qui l’attend cette année.

Depuis le départ de Jaroslav Halak, Price a obtenu le mandat de mener le Canadien devant le filet et il considère que l’expérience acquise au cours des dernières années sera très utile.

«Je sais définitivement à quoi m’attendre. J’ai appris au cours des années que tu ne peux pas devenir trop confortable et qu’il faut y mettre le travail», a avoué Price.

Toutefois, Price ne semble pas étouffé par la pression qui repose maintenant sur ses épaules.

«Je ne ressens pas plus de pression cette année. En fait, la seule pression que je ressens est celle que je m’impose», a souligné Price qui était très souriant devant les journalistes.

De l’avis des dirigeants et de ses coéquipiers, Price a acquis beaucoup de maturité la saison dernière et le jeune gardien du Canadien admet que le contexte unique de Montréal a favorisé ce développement.

«C’est une ville difficile pour grandir dans la LNH, mais ça aide à progresser très rapidement», note Price.

D’ailleurs, le cinquième choix du repêchage de 2005 considère qu’il n’est plus le même homme.

«Je pense que je suis un peu plus humble. J’ai appris que les choses ne te sont pas données et que tu dois les obtenir. Je dois encore mériter mon temps de glace», a-t-il déclaré.

Ses coéquipiers démontrent une belle confiance envers lui.

«Je pense qu’il possède un talent exceptionnel et il nous a prouvé de grandes choses l’an dernier par la façon dont il s’est comporté», a soutenu Michael Cammalleri.

«Il a vécu tellement de choses dont être notre gardien numéro un à un jeune âge en plus de participer au match des étoiles. Il est ensuite passé à se faire huer par ses partisans au Centre Bell et il ne s’est jamais plaint», a ajouté Josh Gorges.

Même s’il ne s’est pas fixé des objectifs précis pour cette saison, l’athlète de 23 ans veut éviter certains pièges.

«Chaque athlète vit des bas à chaque saison et même LeBron James vit des périodes creuses. Il faut simplement négocier avec cela et s’assurer que ça ne dure pas longtemps», explique Price qui a travaillé sur quelques aspects techniques avec l’entraîneur des gardiens Pierre Groulx cet été.

Ayant passé la plupart de son été dans l’ouest canadien, Price n’a pas eu la chance de discuter avec Halak qui se trouvait en Slovaquie. «Je ne lui ai pas encore parlé depuis la transaction, mais je suis certain que nous aurons la chance d’échanger quelques mots», a dévoilé le numéro 31.

Source : Rds.ca

jeudi 16 septembre 2010

Les 10 joueurs qui pourrait surprendre!

Voici ma troisième vidéo! :)

Voici votre capitaine



Plusieurs noms ont circulé cet été à savoir qui sera le prochain capitaine du Canadien. L'organisation aurait finalement arrêté son choix sur Brian Gionta selon ce que rapporte La Presse.

Gionta sera promu à titre de capitaine de l'équipe au cours du camp d'entraînement de l'équipe qui s'amorce jeudi.

Il deviendra ainsi le 28e capitaine de la formation mais seulement le deuxième joueur américain à porter le « C » chez le Canadien après Chris Chelios.

Le numéro 21 succède ainsi à Saku Koivu dont le poste de capitaine avait été laissé vacant pour la saison 2009-10, une première dans l'histoire du Tricolore.

En plus de Gionta, les noms de Michael Cammalleri, Scott Gomez, Andrei Markov, Hal Gill et Josh Gorges ont tour à tour été évoqués cet été comme possible candidat au titre de capitaine.

Gionta s'est joint au Canadien l'été dernier en tant que joueur autonome après avoir signé un contrat de cinq ans évalué à 25 millions de dollars.

À sa première saison chez le Tricolore, Gionta a mené l'équipe avec 28 buts. Il a aussi amassé 18 aides pour un total de 46 points. Il a ajouté 15 points en 19 matchs lors des séries, n'étant devancé que par Cammalleri à ce chapitre chez le CH.

Il auparavant passé sept saisons avec les Devils du New Jersey, avec lesquels il a remporté la coupe Stanley en 2003.

Source : Rds.ca

Voici ma video que j'ai fait dimanche dernier ! Ont dirait que nos amis les dirigeants mon écoutés ! :P

mercredi 15 septembre 2010

Canadien : Tinordi savoure chaque moment qu'il passe au Complexe sportif Bell



Jarred Tinordi pensait à son avenir, cet été, quand il a décidé de se joindre aux Knights de London. Il aborde toutefois le camp des recrues du Canadien en se concentrant sur l'instant présent.

Le premier choix du Tricolore au dernier repêchage savoure chaque moment qu'il passe au Complexe sportif Bell à Brossard, cette semaine. Sans se projeter trop loin dans le temps. Il n'ose même pas penser à l'ouverture du camp du grand club, ce week-end, et encore moins à la possibilité de disputer un premier match préparatoire de la LNH.

«Je n'ai pas vraiment d'attentes, a déclaré Tinordi, mardi, à l'occasion de la deuxième journée du camp des recrues. Je vais simplement essayer de faire de mon mieux, en espérant que je m'intègre bien et que je fasse bonne impression afin de rester un peu plus longtemps encore.

J'essaie aussi de profiter de l'expérience. C'est mon premier camp des recrues, alors je dois encore apprivoiser la réalité de la chose.»

C'est néanmoins en songeant à son avenir que Tinordi a décidé, le mois dernier, de faire le saut dans la Ligue junior de l'Ontario, plutôt que de disputer une première saison dans la NCAA.

Tinordi n'a pas cherché à imiter à Louis Leblanc, qui a disputé une saison avec l'université Harvard afin de garder la porte ouverte à un éventuel retour aux études là-bas. L'arrière de six pieds six pouces et 204 livres a décidé de faire une croix définitive sur l'université Notre Dame.

«J'étais prêt à (passer au junior) dès maintenant, compte tenu du stade où en est le développement de mon corps, de mon niveau de jeu aussi. C'est ce dont j'avais besoin dès maintenant.»

Tinordi a reconnu qu'il aurait réfléchi plus longtemps s'il avait été repêché par une organisation moins crédible que les Knights. Ceux-ci sont la propriété des anciens joueurs Mark et Dale Hunter. Le premier a joué pour le Canadien et le deuxième, pour les Nordiques de Québec.

«Ils ont instauré un environnement très professionnel là-bas», a dit Tinordi en parlant du travail des frères Hunter, qu'il décrit comme des propriétaires impliqués de très près dans la gestion quotidienne du club.

«Notre Dame aurait été un bon endroit pour moi tout autant que London, a-t-il ajouté. Mais je crois que je pourrai plus facilement atteindre mes objectifs en jouant à London.»

Son but étant d'atteindre la LNH le plus rapidement possible. Et d'ajouter des éléments à son jeu qui lui permettront d'y exceller.

«Je me suis assis avec (les Hunter) quand j'ai pris ma décision, ils m'ont fait part de leurs attentes à mon endroit. Ils s'attendent à ce que j'aie un impact important au sein de l'équipe, que je sois un joueur qui passera beaucoup de temps sur la glace et qui jouera dans toutes les situations de jeu.»

Tinordi a par ailleurs souligné que les Knights l'aideront à aiguiser son sens de l'attaque.

«Je dois apprendre à quel moment appuyer les attaquants, améliorer mon tir et mon contrôle de la rondelle à la pointe», a-t-il énuméré.

Selon Tinordi, les nombreux matchs et entraînements qui sont le lot du joueur de hockey junior lui permettront de s'améliorer plus rapidement.

On est souvent sur la glace et souvent en voyage, alors c'est davantage un environnement semblable à celui de la LNH', a-t-il noté.

L'équipe américaine

Tinordi n'a pas nécessairement choisi les Knights dans le but d'améliorer ses chances d'être retenu par l'équipe américaine en vue du prochain championnat du monde junior.

Ça ne l'empêchera pas de chercher à impressionner les dirigeants de cette équipe, cet automne. Ceux-ci l'ont retranché à l'issue du camp d'évaluation, cet été, si bien qu'il n'a pu disputer les matchs hors-concours auxquels ont eu droit ses compatriotes.

«Ç'a été difficile à vivre, mais ça m'a doublement motivé à bien commencer la saison, à vraiment travailler fort pour qu'on m'invite au camp en décembre, a affirmé le hockeyeur originaire de Millersville, au Maryland. J'ai vécu un été un peu fou, alors je n'étais pas aussi bien préparé que j'aurais dû l'être quand le camp (estival) a commencé. Mais ce n'est pas une excuse.»

Tinordi dit avoir vécu un véritable tourbillon' depuis la fin de la saison dernière. Phénomène qui s'est accentué depuis qu'il est devenu la propriété du Canadien. Il reconnaît qu'être associé à la marque du CH donne une valeur ajoutée à un espoir qui lorgne la LNH.

«Être un premier choix représente quelque chose de spécial, mais j'ai remarqué, en me comparant avec les joueurs repêchés par d'autres équipes, que... Ce n'est pas la même chose quand c'est le Canadien. Je suis fier d'être associé à ça», a dit Tinordi.


Source : Ckac.com

mardi 14 septembre 2010

Canadien : Des appelés, peu d'élus



Le rêve ou la réalité. Des 31 espoirs au camp des recrues du Canadien, seuls P.K. Subban et Lars Eller n'ont plus besoin de rêver.

À moins d'un revirement inattendu, Subban et Eller revêtiront l'uniforme du CH pour le premier match de l'année le 7 octobre contre les Maple Leafs, à Toronto.

Max Pacioretty, lui, devra se battre pour regagner sa place à l'attaque.

Pour les 28 autres recrues présentes au complexe sportif de Brossard, la réalité se définit par Hamilton (Ligue américaine), Wheeling (East Coast Ligue) ou une ville de la Ligue de hockey junior au Canada.

Malgré son parcours impressionnant en séries, Subban joue la carte de la prudence.

« Il y a 20 millions de joueurs de cette organisation qui cognent à la porte, je ne suis pas le seul », a expliqué le rapide défenseur.

Jacques Martin misera certainement sur Subban en début de saison, encore plus avec l'absence probable pour quelques semaines de son meilleur défenseur, Andrei Markov.

« Il y a plusieurs défenseurs à caractère offensif dans l'organisation et c'est vrai qu'il y a un poste pour ce type de joueur, a affirmé Subban. Je ne peux pas dire que j'ai un poste assuré. La décision reviendra aux entraîneurs. »

Subban, qui a obtenu 8 points (1 but, 7 passes) en 14 matchs en séries, s'est présenté au camp des recrues dans une forme resplendissante.

« J'ai pris sept livres en suivant un entraînement intensif et je me retrouve maintenant à 215 livres. Je me sens encore plus rapide et plus fort sur la patinoire. J'ai ajouté du muscle à ma charpente et ça devrait m'aider. »

Aux dires de plusieurs revues spécialisées, l'ancien des Bulls de Belleville fera la lutte aux Taylor Hall (Oilers), Tyler Seguin (Bruins) ou Jordan Eberle (Oilers) pour l'obtention du trophée Calder, décerné à la meilleure recrue dans la LNH.

Calme de nature, Subban ne croit pas qu'une telle prédiction lui ajoutera de la pression.

« À la fin de saison, je ne pouvais pas jouer sous une plus grande pression. Tu ne peux pas avoir plus de pression que de jouer en séries contre des gars comme Ovechkin et Crosby. Je veux juste jouer et ne pas me poser de questions. J'ai la chance de jouer dans une ville passionnée de hockey. »

Eller croit en ses chances

Acquis des Blues de St. Louis dans l'échange de Jaroslav Halak, le Danois Lars Eller a également rencontré les médias en ce premier jour du camp des recrues.

« Oui, j'aime mes chances de faire l'équipe, a précisé Eller. Je suis confiant et je crois en mon potentiel. J'aimerais jouer au centre, mais si l'équipe me demande de jouer à l'aile, je ne dirai pas un mot. »

L'an dernier, Eller a porté l'uniforme des Blues à sept reprises, récoltant deux buts.

Le CH a également mis la main sur l'ailier Ian Schultz dans cette transaction avec les Blues.

Leblanc vise gros

Louis Leblanc se veut un autre point de mire à ce camp. Le nouveau centre du Junior de Montréal s'est fixé un objectif simple... mais très compliqué.

« Il n'y a pas un seul joueur ici qui ne veut pas faire partie de l'organisation du Canadien. J'arrive au camp avec cette mentalité, je veux faire l'équipe. »

« J'ai comme objectif de m'affirmer au sein de l'équipe, je vais me défoncer pour montrer à l'organisation ce que je peux faire, a ajouté l'ancien de l'Université Harvard sur un ton plus terre à terre. Si ce n'est pas pour cette année, ce sera pour l'an prochain. »

En deux matchs cette saison avec le Junior de Montréal, Leblanc a déjà inscrit cinq points (1 but, 4 passes) à sa fiche.

Un petit poste

Le Canadien compte déjà 20 joueurs (12 attaquants, 6 défenseurs et 2 gardiens) avec des contrats garantis de la LNH. À ce nombre, il faut ajouter les noms de Subban et Eller.

Il reste donc une petite place disponible au prochain camp. À priori, le défenseur Alexandre Picard est celui qui possède une longueur d'avance.

Même si le nombre limite de joueurs est fixé à 23, le directeur général Pierre Gauthier est confiant de voir des luttes intéressantes au camp.

« Il ne s'agit pas d'une formation de 23 joueurs qui est permanente, a-t-il dit. Les jeunes auront l'occasion de se faire valoir, mais devant une compétition aussi féroce, on a besoin de profondeur.

« En ce sens, les entraîneurs regardent souvent leur équipe comme une formation de 28 ou 29 joueurs. »

À noter:

  • Blessé au bas du corps, Lars Eller a raté le premier entraînement au camp des recrues. Il sera évalué sur une base quotidienne.
  • Dans un match intraéquipe, les Rouges ont gagné 2-1 sur les Blancs. Ben Maxwell et Alexander Avtsin ont marqué pour les vainqueurs. Brendan Gallagher a réussi l'autre but. P.K. Subban, qui jouait pour les blancs, a sonné Hunter Bishop avec une violente mise en échec.
Source : Yahoo.com (Sports)

lundi 13 septembre 2010

Palmarès des meilleurs espoirs du CH



C'est sans surprise que Carey Price arrive au sommet de ce palmarès, tout juste devant son coéquipier, le défenseur P.K. Subban.

Depuis quelques semaines, le site Internet Habs Eyes On The Prize a classé dans l'ordre les 25 plus beaux espois du Canadiens de Montréal, âgés de moins de 25 ans.

Bien que plusieurs critiques ont été lancées depuis quelques années contre le directeur du recrutement du Canadien, Trevor Timmins, cela n'empêche pas le club montréalais de compter sur un groupe de jeunes joueurs bourrés de potentiel.

Les deux seuls critères de ce classement: le joueur doit être âgé de moins de 25 ans en date du 15 septembre 2010, et être la propriété du Tricolore.

Price, devant Subban, Eller, Pouliot et Leblanc

#1: Carey Price
Désormais le gardien d'avenir et numéro un de l'équipe, Carey Price figure au sommet de la liste. Qualifié de ''joyau'' avant même son arrivée avec le club lors de la saison 2006, le gardien jouit d'une réputation incroyable. Il possède une très bonne technique et un physique (6'3'' / 220 lbs) à rendre jaloux plusieurs gardiens. On espère toujours, au sein de l'organisation, qu'il se révèlera le ''sauveur'' que l'on attendait depuis le départ de ''St-Patrick Roy''.

#2: P.K. Subban
Flamboyant, dynamique et sympathique, Subban s'est illustré lors des dernières séries la saison dernière, alors que la pression était très élevée. Défenseur au flair offensif incomparable, son style rappelle un peu celui du jeune Drew Doughty, des Kings de Los Angeles. Partout où il est passé, il a su se faire remarquer, et pour les bonnes raisons.

#3: Lars Eller
Acquis dans la controversé transaction qui a envoyé Jaroslav Halak à St.Louis, Eller est un joueur de centre danois qui possède un bon physique et beaucoup de talent. Pas pour rien qu'il a été repêché en première ronde en 2007 par les Blues.

#4: Benoît Pouliot
#5: Louis Leblanc
#6: Danny Kristo
#7: Max Pacioretty
#8: Alexander Avtsin (lisez ici un texte élogieux sur Avtsin)
#9: Tom Pyatt
#10: Dustin Boyd
#11: Jarred Tinordi
#12: Yannick Weber
#13: Ryan White
#14: Ben Maxwell
#15: Mathieu Carle
#16: Aaron Palushaj (lisez ici un texte sur le joueur obtenu en retour de Matt D'Agostini)
#17: Joonas Nattinen
#18: Gabriel Dumont
#19: David Desharnais
#20: Ian Schultz
#21: Mac Bennett
#22: Alexei Emelin
#23: Andreas Engqvist
#24: Brendan Gallagher
#25: Maxim Trunev

Pour voir une description plus détaillée de tous les joueurs de cette liste, cliquez ici.

source : ckac.com

dimanche 12 septembre 2010

Canadien : Qui sera le capitaine du Canadien ?



Quelques semaines après avoir essuyé une défaite en finale de la Coupe Stanley contre les Blackhawks de Chicago, Simon Gagné doit s'adapter à un tout nouvel environnement.

Non pas parce que les Flyers sont en reconstruction, mais plutôt parce que ces derniers ont dû laisser partir le vétéran de 30 ans afin d'alléger leur masse salariale.

Tout comme son coéquipier Vincent Lecavalier, Gagné se dit impatient de renouer avec l'action, mais nerveux de faire la connaissance de tout ce nouveau groupe. «J'étais le premier arrivé ce matin, a-t-il confié d'emblé hier. J'ai rencontré tout le personnel, ainsi que quelques joueurs».

Un vent de changement rassembleur

Questionné sur les raisons qui l'ont poussé à choisir le Lightning, l'ailier gauche affirme que le vent de changement au sein de la direction a été un facteur très important. «C'est certain que l'arrivée d'un homme comme Steve Yzerman, ainsi que l'équipe d'entraîneurs avec Guy Boucher en tête, a aidé grandement. Mais l'équipe compte sur un groupe de jeunes joueurs très talentueux» a-t-il ajouté.

Gagné n'a pas caché non plus que la présence de Vincent Lecavalier et de Martin St-Louis a pesé dans la balance. «Je connais bien Vinny et Martin pour avoir déjà joué avec eux lors de compétitions internationales et j'espère pouvoir évoluer à nouveau à leurs côtés.»

Un numéro bien spécial

Respecté à travers la Ligue nationale, l'ancien des Flyers peut dire merci à son nouveau coéquipier, Ryan Malone. «C'est un numéro (12) que j'affectionne depuis longtemps et lors de mon arrivée ici, j'étais incertain lorsque l'organisation m'a demandé de choisir un numéro. Heureusement pour moi, Ryan a accepté de changer et il portera désormais le 6, alors que je pourrai reprendre mon numéro 12», a-t-il mentionné avec une touche d'humour. Selon ces dires, Gagné porte ce numéro depuis qu'il est agé de 5 ans.

Les pieds au chaud

Habitué à un hiver beaucoup plus froid, Gagné explique qu'il trouve ses premiers jours en Floride assez torrides. Il n'est cependant pas nerveux de s'y adapter assez rapidement. «C'est très humide présentement, mais je vais m'y habituer», a-t-il conclut.

French connectionversion 2010

Gagné, originaire de Ste-Foy, se retrouve donc sous de nouveaux cieux, mais entouré d'une multitude de Québécois. Le choix de première ronde des Flyers en 1998 fera maintenant équipe avec Lecavalier et Martin St-Louis, sous la tutelle de l'ancien entraîneur des Bulldogs d'Hamilton, Guy Boucher. Cette ''connexion québécoise'', comme on pourrait l'appeler, compte aussi un autre ancien de l'organisation du Canadien, le gardien Cédrik Desjardins.

On pourrait également voir le retour du bon ami de Martin St-Louis, Eric Perrin, qui serait sur le point d'obtenir un essai avec le club floridien. Perrin a fait deux séjours avec le Lightning; un en 2003-2004 et l'autre durant la saison 2007-2008. Comme si ce n'était pas suffisant, le Lightning pourrait compter dans ses rangs les jeunes Marc-Antoine Pouliot et Marc-André Roy, tous deux d'anciens produits des Oilers d'Edmonton.

Source : Ckac.com