vendredi 31 juillet 2009

Maple Leafs : L'alternance d'Allaire


François Allaire s'y connaît en gardiens de but.

À quelques semaines de son prochain défi comme entraîneur des gardiens des Maple Leafs de Toronto, Allaire commence déjà à afficher sa couleur: l'alternance.

Il ne faudra donc pas se surprendre s'il laisse sa nouvelle acquisition, le prodigieux suédois Jonas Gustavsson, partager le filet avec le numéro un théorique, Vesa Toskala.

« J'ai toujours préconisé l'alternance, d'un côté 55 ou 60 matchs et de l'autre, 25, a-t-il dit lorsque rencontré par Radio-Canada Sports à une clinique de gardiens, jeudi. Développer un numéro deux, c'est important dans le cas de blessure ou d'un problème. Le substitut peut sauter dans la mêlée, être en confiance et faire la différence. »

Allaire ne s'est d'ailleurs jamais gêné pour alterner entre Jonas Hiller et Jean-Sébastien Giguère à Anaheim. Il faut dire que plus que jamais, la LNH est envahie de bons gardiens.

Il y en avait 20 ou 30 il y a quelques décennies à peine. Aujourd'hui, les 60 meilleurs gardiens au monde sont dans la LNH, et il y a du talent latent dans la Ligue américaine ou en Europe. Dans ce contexte, le Québec peut-il encore rivaliser?

« Le métier de gardien devient international. Par contre, il y aura toujours de bons gardiens au Québec qui se démarqueront au repêchage. Il y a eu des hauts et des bas, mais j'ai confiance qu'il y aura beaucoup de talent qui va se développer au Québec dans les années à venir. »

La nouvelle mission

À Toronto, Allaire met les pieds dans un véritable guêpier: les Maple Leafs ont conclu la dernière saison avec la pire moyenne de buts contre de la ligue.

Il entreprend donc son prochain mandat avec une seule idée en tête: l'enseignement. Il ne connaît ni Toskala ni Gustavsson, et la méconnaissance est réciproque. Il devra donc poser les bases d'une nouvelle méthode de travail.

« Gustavsson n'a pas d'expérience, Toskala revient de blessure. Je m'attends à avoir beaucoup de travail dans les premiers mois, et espérons que tout fonctionne comme je le prévois. J'estime qu'après les fêtes, on pourra performer dans la LNH. »

Au menu, il devra travailler sans relâche la constance des gardiens et leur taux d'efficacité, qui s'est établi à un ronflant ,888 la saison dernière.

Également, il se réjouit de voir Francois Beauchemin et Mike Komisarek venir gonfler les rangs en défense. Avec cette brigade plus solide et le renouveau de ses gardiens, Allaire se laisse aller au rêve de voir les Leafs ressusciter comme l'ont fait les Blackhawks.

« Il faut commencer dans le filet, puis les défenseurs, puis les jeunes vont se développer et marquer des buts. Si tout le monde travaille bien, dans une année ou deux, on va être compétitifs dans la LNH. »

(Source: Yahoo)

Mon commentaire :

Avec la venu de cet excellent entraineur des gardiens a Toronto, je vois les gardiens de buts de cette équipe revenir en force cette année et ils ne finirons pas au dernier rang comme l'an passée. Le jeune Gustavsson, devrait surprendre grandement, car l'inconstance de Toskala pourra lui ouvrir le poste de gardien de but numéro un et cela va se faire cette saison. Bien sur, la venu de Komisarek et Beauchemin va venir solidifier la défensive qui sera compléter par Shcenn, Kaberle, Van Ryn et Finger. Ont peut dire ce que l'on veut sur les Leafs, mais ils seront a surveiller l'an prochain car avec une bonne défensive et des gardiens qui retrouverons leurs moyens cela apporteras plus de succès. Ont peut dire que Brian Burke a déja fait un bon boulot depuis son arrivé. La prochaine étape pour le Burke serait de dénicher un attaquant de qualité.

Je vous invite a venir discuter de ce sujet et beaucoup d'autre sur le forum de discussion CHFANS, dont je suis analyste! Heureux de pouvoir discuter avec vous! L'adresse : http://tricolore.ca/chfans/

jeudi 30 juillet 2009

Leçon apprise : Sutter ajuste son tir !


La saison passée, les Flames avaient consenti des contrats à sens unique à huit défenseurs, ayant provoqué de multiples problèmes. Mais, cet été, les mouvements apportés au club ont été faits d’une toute autre façon.

Cette semaine, le directeur des Flames, Darryl Sutter, a fait l’acquisition d’un autre défenseur en provenance de Toronto. Anton Stralman vient s’ajouter à la brigade de Calgary. Toutefois, il a dû céder le joueur de centre Wayne Primeau pour obtenir ses services.

Stralman vient compléter une formation défensive déjà bien nantie avec Jay Bouwmeester, Dion Phaneuf, Robyn Regeht, Cory Sarich, Mark Giordano, Adam Pardy et Staffan Kronwall, ayant tous des contrats à sens unique. En s’ajoutant à la brigade, il va créer une certaine compétition au cours du prochain mois avant que les Flames prennent des décisions importantes.

Contrairement à ses nouveaux coéquipiers, Stralman est toujours lié à un contrat à deux sens. Mais, avec seulement 88 matchs à son actif dans la LNH, le suédois qui a eu 23 ans samedi passé, devra passer par le ballotage si jamais Calgary décidait de le rétrograder dans leur filiale de la ligue américaine.

Au moment de la signature de son contrat, il n’avait que 21 ans et Stralman pouvait seulement jouer 80 matchs avant de perdre son droit de passage sans aller au ballotage.

Immédiatement, nous avons pu déduire qu’il y aurait une transaction dans l’air, quelqu’un comme Cory Sarich qui commande un salaire annuel de 3,6 millions par saison et qui serait un bon candidat. Car d’avoir huit défenseurs actifs dans l’équipe, c’est peu commun pour une équipe de la LNH, qui normalement compte sept défenseur dans leur formation.

Mais, les blessures de l’an passé ont complètement décimé la brigade défensive des Flames (Giordano, Sarich, Regehr, Phaneuf et Jim Vandermeer qui vient juste d’être échangé). Ainsi, conserver autant de défenseurs pourrait être une option pour eux et cela ferait une compétition entre les défenseurs.

Si Stralman ou Kronwall (ou les deux) obtiennent un poste de partant dans la brigade défensive, cela pourrait donner la chance à Sutter de pouvoir effectuer un autre échange. Cette possibilité consisterait à apporter un support offensif à l’attaque, qui dépend beaucoup présentement de Jarome Iginla, Olli Jokinen, Daymond Langkow et certains joueurs de soutien possèdant un talent offensif limité comme Rene Bourque, David Moss, Curtis Glencross et Nigel Dawes.

Avec de jeunes défenseurs comme Matt Pelech et Jonh Negrin, qui ont vu un peu d’action en fin de saison l’an passé avec les Flames et qui ont bien performé, prouve que la profondeur à cette position de l’équipe est très bonne et il pourrait venir brouiller les cartes s’ils connaissent un bon camp d’entraînement.

Seulement Bouwmeester, Phaneuf et Regehr peuvent s’assurer d’avoir beaucoup de temps de glace la saison prochaine car ils sont considérés comme les trois meilleurs du club à cette position.
De retour d’une sérieuse blessure à l’épaule qui a nécessité une intervention chirurgicale et qui lui a fait manquer une bonne partie de la saison passée, Giordano devra avoir besoin de temps avant de revenir en forme. Âgé de 26 ans, il touche un salaire de un million par saison, il mesure 6 pieds 2 pouces et pèse 200 livres. Lui et Stralman jouent le même style de hockey, donc il devra mettre les bouchées doubles.

Kronwall est un peu plus physique qu’eux. Cependant, il devra faire ses preuves assez rapidement en début septembre pour éviter une décente rapide dans les mineurs, tout en passant par le ballotage.

Après avoir connu une saison recrue très satisfaisante et obtenu un contrat à sens unique, Adam Pardy combine un jeu physique avec une très bonne vitesse d’exécution. Tout en s’améliorant dans tout le reste des aspects de son jeu, il sera à surveiller.

Il n’y a pas de place pour la complaisance maintenant, est-ce que cela aura été le plus grand coup de Sutter cet été ?

mercredi 29 juillet 2009

Palmarès des joueurs développés par leur équipe (4 de 6)


Voici la quatrième partie de l’analyse.

16) MONTRÉAL : 9 JOUEURS SONT CONSIDÉRÉS

• Maxim Lapierre (centre) : choix de 2e ronde (61e) en 2003, a disputé 3 saisons, totalisant 28 buts et 30 passes, pour un total de 58 points en 179 matchs. (Peu à peu, il démontre une augmentation de sa production. Cette saison, il a cumulé 28 points sans jouer sur l’avantage numérique. Sa plus grande force est son taux de mises au jeu gagnées et son excellente défensive. Il en est juste à sa quatrième saison et devrait connaître un certain temps de glace satisfaisant et quelques présences sur l’avantage numérique. Il commence à justifier le rang pour lequel le Canadien l’a sélectionné).

• Tomas Plekanec (centre) : choix de 3e ronde (71e) en 2001, a disputé 4 saisons, totalisant 78 buts et 106 passes, pour un total de 184 points en 311 matchs. (Il a connu une grosse saison en 2007-2008 avec une impressionnante récolte de 69 points (29 buts 40 passes). L’an passé fut une autre histoire, il n’était plus l’ombre de lui-même, mais il est quand même parvenu à obtenir 20 buts ou plus pour une troisième saison consécutive. Il peut jouer sur un deuxième trio, mais seulement en cas de blessures. Il est cependant un des meilleurs troisièmes centres dans la ligue. Il peut facilement obtenir 50 points et on peut considérer que le Canadien a fait un excellent choix cette année-là en le sélectionnant).

• Andrei Kostitsyn (ailier gauche) : choix de 1re ronde (10e) en 2003, a disputé 3 saisons, totalisant 52 buts et 56 passes, pour un total de 108 points en 186 matchs. (Il a le potentiel pour marquer 40 buts, mais souvent l’effort n’y est pas. Cependant, avec les nombreuses distractions qu’il a eues l’an passé, la prochaine saison est vitale pour lui ! Il a démontré un très grand talent sur la glace, il est encore jeune et peut toujours faire taire les mauvaises critiques à son égard. Sera-t-il justifié sa sélection ou sera-t-il un autre russe inconstant ?).

• Guillaume Latendresse (ailier gauche) : choix de 2e ronde (45e) en 2005, a disputé 3 saisons, totalisant 46 buts et 36 passes, pour un total de 82 points en 209 matchs. (Il n’a pas encore obtenu de vraies chances sur les deux premiers trios. Il a démontré une certaine constance au fil des ans tout en jouant seulement en moyenne 13 minutes par match. À seulement 22 ans, il cumule 64 points à force égale et son apport offensif devrait augmenter cette saison. Son seul petit défaut est son coup de patin, mais il le compense par un flair offensif hors du commun et un excellent jeu physique. Est-il un joueur de soutien ou un attaquant de premier trio ? Seul le temps nous le dira !).

• Sergei Kostitsyn (ailier droit) : choix de 7e ronde (200e) en 2005, a disputé 2 saisons, totalisant 17 buts et 33 passes, pour un total de 50 points en 108 matchs. (Il a connu une saison sous les attentes, a même terminé la saison régulière dans les mineurs. Nous savons tous ce qui s’est passé avec les frères Kostitsyn, mais si nous analysons son rang de sélection versus ses performances livrées, disons que le Canadien a fait un excellent choix en lui. Si Sergei est capable de se concentrer et de jouer au hockey, il pourrait devenir un des meilleurs attaquants du CH. Reste à savoir s’il sera capable de le faire !).

• Andrei Markov (défenseur) : choix de 6e ronde (162e) en 1998, a disputé 8 saisons, totalisant 74 buts et 255 passes, pour un total de 329 points en 571 matchs. (Depuis le retour du hockey après le lock-out, Markov fait partie des défenseurs les plus constants de la ligue affichant 217 points (44 buts et 173 passes) en 304 matchs. Le Canadien a fait un vol en 1998 en le sélectionnant en 6e ronde. Il est le joueur le plus talentueux du Canadien et il lui reste encore plusieurs bonnes années devant lui. Que dire de plus, il est tout un défenseur. Bravo aux dépisteurs de l’avoir aperçu !).

• Ryan O’Byrne (défenseur) : choix de 3e ronde (79e) en 2003, a disputé 2 saisons, totalisant 1 but et 11 passes, pour un total de 12 points en 70 matchs. (Il n’est pas reconnu pour son talent offensif, l’ayant prouvé l’an passé en marquant dans son but, mais plutôt pour son jeu physique et défensif. Son plus gros défaut ce sont ses sorties de zones qui, disons-le, sont souvent hasardeuses. S’il réussit à améliorer cette facette du jeu, il pourrait surprendre beaucoup de monde. Il possède seulement deux années d’expérience dans la ligue. Il mérite encore un peu de patience dans son cas).

• Jaroslav Halak (gardien) : choix de 9e ronde (271e) en 2003, a disputé 2 saisons, totalisant 30 victoires, 21 défaites, 2 défaites prolongations, une moyenne de 2.80, taux d’efficacité de .914%, 4 blanchissages en 56 matchs (53 comme partant). (En observant ses statistiques en carrière, nous pouvons nous faire une idée des performances satisfaisantes qu’il pourrait livrées en tant que partant puisqu’il possède le talent pour être partant dans la grande ligue, mais pas en participant à 70 matchs. L’équipe peut compter sur lui lorsqu’elle requiert ses services. Pour un choix de 9e ronde, le Canadien a trouvé en lui un des meilleurs gardiens substituts de la ligue nationale).

• Carey Price (gardien) : choix de 1ère ronde (5e) en 2005, a disputé 2 saisons, totalisant 47 victoires, 28 défaites, 13 défaites prolongations, une moyenne de 2.71, taux d’efficacité de .912%, 4 blanchissages en 93 matchs (89 comme partant). (Il a connu la malchance de la deuxième saison (blessures et distractions hors glace). En début de saison, tout allait bien pour lui, avant qu’il subisse une blessure. Par la suite, le reste de la saison fut difficile pour lui, mais il possède tout un talent et nous ne pouvons que le constater. À seulement 21 ans, il a encore plusieurs saisons pour démontrer ses capacités. Cette saison, il devra obligatoirement le prouver car à Montréal où la pression est forte, la patience des partisans n’y est pas. Sera-t-il capable de le faire ou va-t-il continuer à donner des performances en dent de scie ?).

17) NASHVILLE : 6 JOUEURS CONSIDÉRÉS

• David Legwand (centre) : choix de 1ère ronde (2e) en 1998, a disputé 9 saisons, totalisant 141 buts et 228 passes, pour un total de 369 points en 622 matchs. (En ce qui le concerne, nous observons qu’il est seulement devenu un bon centre de 2e trio. Choisi très haut au repêchage, il n’a jamais répondu à l’appel. Sa meilleure saison s’est produite en 2006-2007 avec une récolte de 63 points (27 buts et 36 passes). Voilà un joueur pour lequel les Prédateurs gardent espoir ; cependant, il avance en âge (28 ans).

• Martin Erat (ailier gauche) : choix de 7e ronde (191e) en 1999, a disputé 7 saisons, totalisant 102 buts et 201 passes, pour un total de 303 points en 478 matchs. (Au fil des ans, il a maintenu une bonne constance en produisant en moyenne 50 points par année. En considérant son rang de sélection au repêchage, les Prédateurs ont trouvé un très bon ailier de second ordre constant et polyvalent).

• Jordin Tootoo (ailier droit) : choix de 4eronde (98e) en 2001, a disputé 5 saisons, totalisant 26 buts et 35 passes, pour un total de 61 points en 304 matchs. (Il n’est pas le joueur qui va apporter beaucoup de points à son équipe ; il est plutôt du style agitateur et il est capable de répondre de ses actes malgré son petit gabarit (5 pieds 9, 195 livres). Il est le joueur de quatrième trio idéal car il possède tout de même des talents offensifs limités).

• Dan Hamhuis (défenseur) : choix de 1ère ronde (12e) en 2001, a disputé 5 saisons, totalisant 27 buts et 110 passes, pour un total de 137 points en 405 matchs. (En début de carrière, il démontrait un certain potentiel offensif en obtenant 38 points à sa deuxième saison. Mais, avec le temps, il est devenu un très bon troisième défenseur, capable de tuer des punitions, très rarement blessé et capable de faire une bonne première passe. À seulement 26 ans, il peut toujours aspirer à devenir un défenseur offensif, cependant va-t-il pouvoir avoir cette chance?).

• Shea Weber (défenseur) : choix de 2e ronde (49e) en 2003, a disputé 4 saisons, totalisant 48 buts et 75 passes, pour un total de 123 points en 242 matchs. (Depuis maintenant trois saisons, il est devenu le joueur général à la ligne bleue de cette équipe. Il démontre un talent de marqueur et de passeur et il est voué à un avenir assez prometteur. Bravo aux dirigeants de Nashville pour l’avoir sélectionné en deuxième ronde. Il est un défenseur à surveiller au cours des prochaines années).

• Ryan Suter (défenseur) : choix de 1ère ronde (7e) en 2003, a disputé 4 saisons, totalisant 23 buts et 93 passes, pour un total de 116 points en 311 matchs. (En 2003, le repêchage fut exceptionnel pour les Prédateurs, Weber et Suter sont les deux meilleurs défenseurs du club et ajoutons le très constant Dan Hamhuis. Pour Suter, nul doute qu’il est le complément idéal à Shea Weber sur l’avantage numérique. Il possède tout un talent de passeur et est capable de relancer l’attaque à partir de sa zone avec ce talent. Jusqu'à maintenant, il répond très bien a l’appel).

18) NEW JERSEY : 7 JOUEURS SONT CONSIDÉRÉS

• Travis Zajac (centre) : choix de 1ère ronde (20e) en 2004, a disputé 3 saisons, totalisant 51 buts et 87 passes, pour un total de 138 points en 244 matchs. (Cette saison, il a réussi à obtenir le poste de centre numéro un de l’équipe et a très bien répondu à l’appel en obtenant pas moins de 62 points (20 buts et 42 passes). Il commence à démontrer tout son talent et devrait pouvoir obtenir davantage de points s’il évolue plus souvent sur l’avantage numérique de pointe. Il possède tout un avenir et devrait livrer la marchandise).

• Patrick Elias (ailier gauche) : choix de 2e ronde (51e) en 1994, a disputé 11 saisons, totalisant 295 buts et 411 passes, pour un total de 706 points en 822 matchs. (Avant l’arrivée de Parise, il a été longtemps le seul joueur productif constant de cette équipe. Il lui reste encore trois à quatre bonnes saisons. Disons qu’’il a rendu de très bons services à l’équipe et nul doute que ce joueur s’est avéré un très bon investissement).

• Jay Pandolfo (ailier gauche) : choix de 2e ronde (32e) en 1993, a disputé 12 saisons, totalisant 95 buts et 119 passes, pour un total de 214 points en 767 matchs. (Il n’est pas le plus talentueux offensivement, mais il est très important pour les Devils car il est le spécialiste en désavantage numérique. Il a été très rarement blessé au cours de sa carrière actuelle et il est capable de produire en moyenne une dizaine de buts et une dizaine de passes. Nous pouvons dire qu’il a été un bon choix de deuxième ronde, en considérant son apport côté défensif).

• Zach Parise (ailier gauche) : choix de 1ère ronde (17e) en 2003, a disputé 4 saisons, totalisant 122 buts et 131 passes, pour un total de 253 points en 326 matchs. (Il est l’ailier gauche de rêve, car il peut autant marquer des buts qu’effectuer une très bonne passe. Dans une équipe avec une mentalité plutôt défensive, il a réussi à obtenir 45 buts et 49 passes l’an dernier. Il a tout un avenir devant lui, excellent choix de la part des Devils).

• Paul Martin (défenseur) : choix de 2e ronde (62e) en 2000, a disputé 5 saisons, totalisant 24 buts et 128 passes, pour un total de 152 points en 378 matchs. (Il est le seul défenseur de l’équipe à posséder le talent pour jouer sur l’avantage numérique. Il fait le boulot de façon satisfaisante mais sans plus. Dès que les Devils pourront compter sur un vrai quart arrière, il sera remplacé. Bon défenseur avec de bonnes aptitudes défensives et offensives).

• Colin White (défenseur) : choix de 2e ronde (49e) en 1996, a disputé 9 saisons, totalisant 18 buts et 89 passes, pour un total de 107 points en 593 matchs. (Il n’a jamais été un défenseur avec un talent offensif, mais du côté défensif, il en est autrement. Avec un gros gabarit ( 6 pieds 4 pouces et 215 livres), il est capable de donner de bonnes mises en échec, de faire respecter l’autorité lorsque le temps est venu et d’exceller dans sa zone. Il est sans contredit un bon défenseur pour son équipe).

• Martin Brodeur (gardien) : choix de 1ere ronde (20e) en 1990, a disputé 15 saisons, totalisant 557 victoires, 299 défaites, 105 nulles, 23 défaites prolongations, une moyenne de 2.21, taux d’efficacité de .914%, 101 blanchissages en 999 matchs (987 comme partant). (Il n’a pas besoin de présentation, il est considéré comme le plus grand gardien de tous les temps. Aussitôt qu’il a commencé à jouer régulièrement pour les Devils, il a complètement transformé cette équipe. Il demeure toujours un gardien de haut niveau même à 37 ans. Il a été tout un choix de la part des Devils et dire qu’il a été sélectionné seulement au 20e rang en 1990 !).

19) NEW YORK ISLANDERS : 6 JOUEURS SONT CONSIDÉRÉS

• Frank Nielsen (centre) : choix de 3e ronde (87e) en 2002, a disputé 3 saisons, totalisant 12 buts et 26 passes, pour un total de 38 points en 90 matchs. (Il a obtenu sa chance la saison passée et a réussi à donner de bonnes performances en obtenant 33 points (9 buts 24 passes) en 59 matchs. Avec l’arrivée de Tavares, il sera relégué sur le 3e trio, mais peut toujours apporter son appui en cas de blessure).

• Sean Bergenheim (ailier gauche) : choix de 1ère ronde (22e) en 2002, a disputé 4 saisons, totalisant 30 buts et 27 passes, pour un total de 57 points en 183 matchs. (Il était supposé devenir un attaquant produisant considérablement de points par saison, mais ce n’est pas le cas depuis les quatre dernières saisons. Son talent n’est toujours pas apparu, il en est à ses dernières chances avec le club, avant que ces derniers lui donnent un rôle plus défensif qu’offensif. Sera-t-il capable de renverser la vapeur ?).

• Blake Comeau (ailier droit) : choix de 2e ronde (47e) en 2004, a disputé 2 saisons, totalisant 15 buts et 25 passes, pour un total de 40 points en 107 matchs. (Il n’a rien prouvé encore au sein de la LNH, mais il semble destiné à une carrière de joueur de soutien. Joueur honnête mais sans plus, il devra donner davantage s’il espère obtenir une place sur un des deux premiers trios.)

• Bruno Gervais (défenseur) : choix de 6e ronde (182e) en 2003, a disputé 4 saisons, totalisant 6 buts et 39 passes, pour un total de 45 points en 207 matchs. (Il est un bon défenseur fiable et possède une bonne première passe, mais il ne deviendra jamais un défenseur de premier plan. Toutefois, en prenant en considération son rang de sélection (6e ronde), disons que les Islanders ont fait une bonne acquisition dans son cas).

• Radek Martinek (défenseur) : choix de 8e ronde (228e) en 1999, a disputé 7 saisons, totalisant 16 buts et 68 passes, pour un total de 84 points en 373 matchs. (Choisi en 8e ronde, il est devenu le quatrième défenseur par excellence des Islanders. Il est capable de bien faire dans sa zone et de donner en moyenne une quinzaine de points par saison. Pour un choix aussi bas, les dirigeants du club ont tout de même fait une très bonne sélection le concernant).

• Rick DiPietro (gardien) : choix de 1ère ronde (1er) en 2000, a disputé 7 saisons, 117 victoires, 112 défaites, 8 nulles, 21 défaites prolongations, une moyenne de 2.79, taux d’efficacité de .905%, 14 blanchissages en 273 matchs (267 comme partant). (Les Islanders ont consenti un contrat de 15 ans à ce gardien, ils ont même sacrifié Roberto Luongo en croyant qu’il était supérieur à ce dernier. Avec une meilleure équipe, Rick pourrait avoir de meilleures statistiques en carrière. Il est le gardien d’avenir de l’équipe, mais il a besoin de renfort et doit absolument essayer d’éviter les blessures. Présentement, il ne vaut pas son rang de sélection).

20) NEW YORK RANGERS : 4 JOUEURS SONT CONSIDÉRÉS

• Brandon Dubinsky (centre) : choix de 2e ronde (60e) en 2004, a disputé 2 saisons, totalisant 27 buts et 54 passes, pour un total de 81 points en 170 matchs. (Il s’est très bien débrouillé en tant que troisième centre de l’équipe derrière Scott Gomez et Chris Drury. Il devrait avoir sa chance cette saison grâce au départ de Gomez et il sera capable de livrer la marchandise. Pour un choix de deuxième ronde, on peut le considérer comme un bon joueur de centre et il a un bel avenir devant lui).

• Ryan Callahan : choix de 4e ronde (127e) en 2004, a disputé 3 saisons, totalisant 34 buts et 18 passes, pour un total de 59 points en 147 matchs. (La saison dernière, personne ne s’attendait à ce qu’il produise 22 buts et 18 passes et cela sans évoluer sur l’avantage numérique. Est-ce une saison de rêve ou une nouvelle trouvaille pour les Rangers ? Seule la saison prochaine pourra répondre à cette question).

• Marc Staal : choix de 1ère ronde (12e) en 2005, a disputé 2 saisons, totalisant 5 buts et 20 passes, pour un total de 25 points en 162 matchs. (Il n’a pas été sélectionné pour son talent offensif, mais plutôt pour ses aptitudes à exceller en défensive. Il est capable de contribuer un peu à l’attaque en produisant en moyenne une dizaine de points. Sa force est plutôt les mises en échec et la fiabilité dans sa zone. Il n’a que 22 ans et pourrait obtenir des chances sur l’avantage numérique. Si cela se produit, il pourrait révéler un autre côté de son visage).

• Henrik Lundqvist (gardien) : choix de 7e ronde (205e) en 2000, a disputé 4 saisons, totalisant 142 victoires, 83 défaites, 34 défaites prolongations, une moyenne de 2.31, taux d’efficacité de .917%, 20 blanchissages en 265 matchs (261 comme partant). (Il a commencé sa carrière à l’âge de 23 ans et de façon magistrale. Depuis maintenant quatre saisons, il a ramené les Rangers parmi les équipes compétitives de la ligue avec de solides performances certains soirs. Il est très rarement nonchalant et inconstant, il est la preuve même qu’un choix de 7e ronde peut surprendre beaucoup de gens. Bravo aux Rangers de l’avoir aperçu et sélectionné aussi bas au repêchage de l’an 2000).

Dans mon prochain article, il sera question des équipes suivantes : Ottawa, Philadelphie, Phoenix, Pittsburgh et San Jose.

mardi 28 juillet 2009

Après le hockey, la NASCAR


Patrice Brisebois prépare son après-carrière.

Après le hockey, le défenseur d'expérience songe à se tourner vers la course automobile. Pour concrétiser son rêve, Brisebois a acquis une voiture pour participer à deux épreuves de la série NASCAR Canada.

« On se concentre là-dessus pour cette année, mais si ça va bien, j'aimerais que ça continue, a-t-il expliqué vendredi à Radio-Canada Sports. Si le hockey est terminé, on va se concentrer de plus en plus vers la course automobile. On va essayer de devenir un bon pilote. »

Brisebois a déjà confirmé qu'il serait dans l'habitacle pour les épreuves de Trois-Rivières, le 16 août, et de Montréal, deux semaines plus tard.

Côté hockey, l'ancien numéro 71 affirme qu'il se laisse jusqu'au début du mois de septembre pour statuer sur son avenir. Son agent est en ce moment en pourparlers avec quelques équipes.

Il a toutefois fait une croix définitive sur le Canadien de Montréal.

« Je n'ai pas pris de décision sur la retraite. Je continue à m'entraîner super-fort. On va voir fin août, début septembre, et je vais décider par la suite. Rendu à mon âge, je peux attendre la bonne occasion. Si je fais une autre saison, on va essayer de gagner le Coupe Stanley. »

À Trois-Rivières, Brisebois, un ancien de la série Ferrari Challenge, partagera la piste avec les pilotes québécois Andrew Ranger et Jacques Villeneuve.

« La différence entre Ferrari et NASCAR, c'est le jour et la nuit. Je dois m'habituer à ce style de pilotage. Je suis une recrue, j'ai beaucoup à apprendre, mais avec le temps je vais y arriver. J'aime le son et la puissance des bolides NASCAR. »

Surpris par le Canadien

Comme plusieurs observateurs, Brisebois a admis qu'il a été surpris par l'ampleur des changements au sein du Canadien.

« Il y a deux ans, on parlait d'une relève extraordinaire avec Higgins (échangé) et Komisarek (parti à Toronto), que l'on voyait comme prochain capitaine. Et Kovalev adorait jouer ici. Tous ces changements, je ne m'y attendais pas. On va regarder ce que ça va donner. »

(Source : Yahoo)

Mon commentaire :

Je trouve que Brisebois fait bien de se donner une autre voie dans la vie et que cela ce fait avec la course automobile! Il possède un bon talent de ce coté et a déjà réussi a obtenir de bon résultats. D'après moi, il prendra sa retraite qui selon moi est très bien mérité. Il peut cependant apporté encore un peu pour une équipe comme 7e défenseur avec son expérience et son bon rendement sur l'avantage numérique. Alors, il serait quasiment impossible que le Canadien lui donne une offre de contrat et les autres club aussi. La retraite est immanente et sa nouvelle carrière devrait commencer assez rapidement! Merci Patrice pour ces années de services et bonne chance! :)

Voila un lien ou vous pouvez lire d'autre commentaires sur le sujet! CHFANS.Com

vendredi 24 juillet 2009

La récession frappe fort dans la KHL



Plusieurs joueurs ont quitté la Ligue nationale pour la KHL au cours de l'été, vantant les nombreux avantages de la Ligue continentale russe par rapport au circuit Bettman. Mais en réalité, le scénario est loin d'être plus rose de l'autre côté de l'Atlantique.

L'ancien du Canadien Éric Landry soutient même que la récession frappe très fortement dans la KHL.

Après avoir passé les deux dernières saisons avec le Dynamo de Moscou, Landry vient de déménager avec l'Atlant de Mytishchi -en banlieue de la capitale-, l'équipe qui a accueilli Ray Emery en 2008-2009. La formation est peut-être moins connue des Nord-Américains, mais elle offrait une plus grande stabilité pour Landry.

Il faut dire que les temps sont durs dans la Ligue continentale.

Preuve que la récession n'ébranle pas que la LNH, on a imposé d'importantes concessions salariales dans les derniers mois. Tous les joueurs ont subi une diminution salariale de 20%.

«C'était incontesté. Tous ceux qui avaient un contrat, et même ceux qui négociaient pour un contrat, étaient obligatoirement soumis à une diminution de 20% de leur salaire», admet Landry.

En Finlande et en Suisse, en dehors de la KHL, les équipes ont réduit au strict minimum leur personnel de joueurs. Certaines équipes de première division ont même dû mettre la clé sous la porte.

Et le mythe voulant que les clubs de la Ligue continentale russe offrent des conditions de vie de rêve à leurs joueurs est totalement faux, selon Landry. Pas d'exemption de taxes, pas de voiture payée, pas de logement payé, pas de repas payé.

«Les équipes à Moscou, tu as une place pendant le camp, mais après tu payes tout toi-même. C'est le même principe que dans la LNH.»

Malgré tout, l'option de la KHL demeure intéressante pour les jeunes hockeyeurs russes. Pas besoin d'apprendre l'anglais et de quitter son environnement natal. En plus, les salaires sont plus gros, à court terme.

«La majorité des joueurs sont bien payés. Les jeunes font peut-être un petit peu plus que dans la Ligue américaine. Et les joueurs russes sont beaucoup mieux, ils n'ont pas besoin d'apprendre l'anglais.»

«Dans la Ligue américaine, avec les nouvelles lois, c'est difficile de vivre là. S'ils ont le choix, ils vont rester en Russie.»

(Source : Corussports)

Mon commentaire :

Je crois, que les Russes vont se mettre le doigt dans l'œil avec cette ligue et je pense qu'avec cette affirmation d'Eric Landry, cela est entrain de prouver que le hockey la-bas ne fonctionnera jamais comme la LNH. Pour moi, la seule solution serait de mettre moins de club actifs que présentement et de payer moins cher leurs joueurs car s'ils continuent a ce rythme, cette ligue ne sera plus active dans un avenir rapproché. Est-ce qu'une division européen dans la LNH serait une autre alternative? Je crois que oui, car il y a beaucoup d'argent a faire en Europe avec le hockey. La LNH a déjà commencé en envoyer des équipes en début de saison, cela est surement pour sonder le terrain et cela semble assez concluant.

Je vous invite a venir discuter de ce sujet et beaucoup d'autre sur le forum de discussion CHFANS, dont je suis analyste! Heureux de pouvoir discuter avec vous! L'adresse : http://tricolore.ca/chfans/

jeudi 23 juillet 2009

Sans contrat, Tanguay ne panique pas


Ça fait maintenant 23 jours qu’Alex Tanguay se retrouve joueur autonome et il est étonnant de constater qu’il n’a toujours pas signé un nouveau contrat.

«Il n’y a pas de raison de paniquer, a commenté son agent, Robert Sauvé, lorsqu’on l’a joint au téléphone lundi midi. Quatre ou cinq équipes se sont montrées intéressées à ses services jusqu’à maintenant et Alex veut s’assurer de prendre la bonne décision. Il n’y a rien de pressant, même s’il est certain qu’on aurait bien aimé régler ce dossier il y a deux semaines.»

Rappelons que le Canadien n’a jamais soumis d’offre de contrat à Tanguay, qui est donc devenu libre comme l’air le 1er juillet.

Bob Gainey avait pourtant sacrifié un premier choix au repêchage en juin 2008 pour faire l’acquisition de cet ailier talentueux et francophone, une denrée rare chez le Canadien.

Une blessure qui a semé des craintes…

Tanguay a connu un bon début de saison avant de se blesser sérieusement à l’épaule gauche lors d’une rencontre présentée le 30 décembre à Tampa. Il avait été frappé très solidement contre la rampe par le géant du Lightning, Evgeny Artyukhin.

L’athlète de 29 ans, originaire de Sainte-Justine, ne s’est jamais remis complètement de cette blessure, qui l’a limité à 50 matchs la saison dernière, en plus d’avoir participé à deux rencontres dans les séries.

Tanguay a néanmoins eu le temps d’amasser 16 buts et 25 mentions d’aide, pour 41 points, tout en présentant un différentiel de plus 13.

Tanguay, qui avait disputé 78 et 81 matchs à ses deux saisons passées avec les Flames de Calgary, n’a pas été opéré à cette épaule au début de l’été, mais bien à l’épaule droite, question de corriger un malaise qui l’ennuyait depuis quelques années.

Il est permis de croire que ses blessures aux épaules ont incité un bon nombre de directeurs généraux à se montrer prudents à son endroit.

«Je ne sais pas si cela a pu peser dans la balance, mais ses blessures aux épaules sont guéries, a affirmé Sauvé. On a des offres de contrat sur la table et on analyse tout cela présentement. Je ne sais pas à quel moment ce dossier sera finalisé. Il y a encore des gens à qui on veut parler avant de signer un contrat…»

Les Panthers dans le coup

Fidèle à sa politique, Sauvé n’a pas voulu nommer les équipes qui ont déposé ces offres, mais les Panthers de la Floride sont dans le coup. On parle aussi d’un retour avec l’Avalanche du Colorado.

Il est toutefois évident que Tanguay devra accepter une bonne diminution de salaire, lui qui a touché 5,3 millions de dollars la saison dernière avec le Canadien.

Robert Lang, Mathieu Schneider, Francis Bouillon, Patrice Brisebois et Mathieu Dandenault sont d’autres anciens membres du Canadien qui sont toujours sans contrat en date du 23 juillet.

(Source : RueFrontenac)

Mon commentaire :

D'après moi, Tanguay a seulement des offres qui considère décevante et il croit qu'en attendant le plus longtemps possible il pourrait recevoir une bonne offre comme il le désire. Comme indiqué plus haut dans l'article, le fait qu'il est subi une blessure a l'épaule gauche pendant la dernière saison et qu'il se soit fait opéré dans l'épaule droite cette été. Cela diminue l'intérêt des équipes a son endroit. Par contre, je suis toujours en rogne après Bob d'avoir sacrifier un choix de première ronde pour lui et de ne pas lui avoir fait d'offre de contrat du tout. Une autre échange manqué de la part de Bob. D'après moi, il aboutira en Floride, ou le talent est très rare.

mercredi 22 juillet 2009

Que reste-t-il sur le marché des joueurs autonomes ?



Un certain nombre d’équipes restreintes ont encore de la place dans leur formation pour la prochaine saison. Cependant, il reste encore un grand nombre de joueurs libres intéressants pour ces équipes en cette fin de mois de juillet. Normalement en ce temps-ci de l’année, les agents libres ne sont que des joueurs de soutien ou de vieux routiers.

La grande cause de cette situation est dû au fait que le cap salarial a seulement haussé de 100 000 $ pour la prochaine saison. Alors, la plupart des équipes sont près du cap ou ont assez de joueurs au sein de leur formation.

Parmi les joueurs disponibles sur le marché, il y a l’attaquant québécois Alex Tanguay, ainsi que les défenseurs Sergei Zubov et Mathieu Schneider qui, dans le passé, étaient considérés parmi les meilleurs défenseurs à la pointe sur l’avantage numérique.

Avec les équipes qui n’ont aucune manœuvre avec leur cap salarial, la seule solution leur étant possible, c’est d’effectuer des transactions qui pourraient donner des chances aux joueurs autonomes restants de signer un contrat.

Les Sénateurs se retrouvent dans cette situation et ils essaient tant bien que mal d’échanger leur joueur vedette Dany Heatley, lui qui a demandé au club de l’envoyer ailleurs. Aussi, les Maple Leafs ont beaucoup de millions de dépenser sur leur masse salariale à cause de leurs défenseurs. Ils ont pour un total de 25.482 millions uniquement pour eux, ce montant équivalant à presque la moitié du cap salarial autorisé.

Voici la liste des joueurs qui sont les plus alléchants pour les équipes :

- Jason Willams : Il a obtenu 19 buts et 47 points la saison passée. Il pourrait très bien cadrer dans une équipe qui est axée sur l’offensive et avec une certaine vitesse. Il a eu sa meilleure saison dans l’uniforme des Red Wings de Détroit en 2005-06 avec une récolte de 58 points (21 buts 37 passes).

- Todd Bertuzzi : Il n’est plus le marqueur de 46 buts qu’il a déjà été, mais avec son imposant gabarit (6 pieds 3 pouces et 245 livres), il est considéré comme un attaquant de puissance et il est encore capable de tirer son épingle du jeu comme en témoignent ses 44 points (15 buts et 29 passes) en 66 matchs avec les Flames de Calgary.

- Derek Morris : Le défenseur qui valait 3,9 millions l’an passé peut tout de même venir appuyer une équipe à l’offensive et venir stabiliser une défensive grâce à son expérience.

- Rob Niedermayer : Même à 34 ans, il a encore un bon coup de patin et il possède un bon gabarit. Il est considéré comme un joueur de soutien mais il peut toujours apporter une bonne contribution au niveau des buts, comme en témoigne sa fiche de l’an passé avec une récolte de 14 buts : son deuxième plus haut total depuis ses dix dernières saisons.

- Manny Malhotra : Il est considéré comme un des joueurs de soutien le plus intense et il est capable de marquer entre 10 et 15 buts par saison.

- Mike Grier : Son aventure avec les Sharks est bien finie. Malgré ses 34 ans, il peut apporter une bonne contribution à une équipe avec son expérience et son bon jeu défensif.

- Dominic Moore : Les Leafs ont tenté de le résigner avant la date limite des échanges, mais cela ne s’est pas produit, ayant été échangé aux Sabres. Il demandait trop cher aux Leafs pour que ces derniers puissent lui consentir un contrat. Avec considérablement de joueurs libres sur le marché, de même type que lui, il aura beaucoup de difficulté à obtenir un contrat considérable comme il le désire.

Pour terminer, mentionnons qu’il reste de gros noms de joueurs sur le marché qui sont encore disponibles. Vont-ils accepter de signer un contrat moins lucratif ou iront-ils évoluer en Russie (KHL), advenant qu’ils ne reçoivent aucune offre ? Seul le temps nous le dira !

mardi 21 juillet 2009

Chicago : seront-ils plus performants ?


Pour le meilleur ou pour le pire, les Blackhawks de Chicago seront à surveiller de près la saison prochaine.

Avec l’ajout de Marian Hossa dans l’alignement, qui, disons-le, possède une très bonne vitesse et de bonnes mains, il se joint à une équipe qui est fait sur mesure pour lui. Cela devrait grandement aider Chicago à mieux performer et ils pourraient devenir l’équipe à battre la saison prochaine.

Si tout irait bien dans la prochaine saison, le jeune capitaine des Hawks, Jonathan Toews, pourrait lever la Coupe Stanley au centre dans la glace au mois de juin prochain.

Mais il ne faut pas regarder loin pour trouver des problèmes dans cette équipe.
Pour commencer, la plupart des équipes qui connaissent un succès instantané, comme Chicago l’an passé, subissent un certain recul au niveau de la performance et cela pourrait bien se produire dans ce cas.

De plus, les Hawks ont un gros point d’interrogation avec la position la plus importante au hockey, en l’occurrence, les gardiens de but. Pour le moment, le gardien numéro un est Cristobal Huet, qui, disons-le, n’a pas connu une superbe fin de saison. Il devra démontrer une certaine constance, car il ne possède pas l’entière confiance de ses dirigeants. Sera-t-il capable ?

Alors que le cap salarial risque de chuter en début de saison 2010-2011, le noyau de l’équipe est composé de joueurs très talentueux avec Jonathan Toews, Patrick Kane et Duncan Keith. Les trois devront négocier de nouveau leur contrat l’été prochain, cela devrait engendrer beaucoup de mouvement de personnel dû au fait que les Hawks sont déjà dans une situation très précaire à cause de leurs nouvelles signatures qu’ils ont fait cet été.

Tout cela est présentement dans les mains d’un nouveau directeur général qui est considéré comme une recrue dans son domaine. Stan Bowman, devra prendre en charge ce qui semble être un des dossiers les plus compliqué à régler au cours des prochains mois. Donc, il pourrait commettre de graves erreurs découlant de son inexpérience.

D’autres dangers possibles sont à prévoir pour cette équipe. Chicago commence la saison prochaine en Finlande et le décalage horaire, combiné à plusieurs voyages sur la route, pourraient donner un mauvais ton pendant le reste de la saison. La fatigue pourrait affecter un mauvais départ et sans compter que cette année, il y a les Olympiques, donc les équipes se retrouvent avec des matchs moins distancés en nombre de jours.

Cependant, les Hawks seront tout de même à surveiller l’an prochain. Ils seront parmi les favoris pour remporter la Coupe Stanley. Cependant, le tout dépend de ce que le nouveau directeur général va accomplir comme transaction pour abaisser la masse salariale de l’équipe. Il y a encore pas mal de temps avant le début de la saison prochaine avant de voir l’alignement partant officiel de l’équipe. Est-ce que les Blackhawks auront perdu beaucoup de plumes ? Seul le temps nous le dira !

lundi 20 juillet 2009

Péladeau croit à Québec



En entrevue au Journal de Québec, Pierre-Karl Péladeau a admis vouloir s'impliquer dans la construction d'un nouvel amphithéâtre pouvant accueillir une équipe de la LNH à Québec.
Le patron de Quebecor a dit vouloir s'impliquer «sérieusement» dans le projet.

Malgré ses idées de grandeurs, M. Péladeau reconnait toutefois que les Québécois devront faire preuve de patience.

«Québec est une ville de hockey… bien plus que certaines villes américaines où logent des équipes de la LNH. La ville de Québec a le potentiel pour construire un nouvel amphithéâtre et accueillir une équipe de hockey, mais ce n’est pas pour demain; faudra être patient», a-t-il lancé au Journal de Québec.

Par ailleurs, Pierre Karl Péladeau a répété sa déception quant à son échec d'acquérir le Canadien de Montréal lors des derniers mois. Il s'est dit triste que George Gillet ait reposé sa décision sur des raisons financières, alors que son groupe aurait pu procurer au Canadien une identité fondamentalement québécoise.

(Source : Corussports)

dimanche 19 juillet 2009

«Je suis complètement rétabli» -Derick Brassard




Le joueur de centre des Blue Jackets de Columbus Derick Brassard n'a que deux objectifs : arriver au camp dans une forme resplendissante et ne pas se blesser par la suite.

Brassard a cru bien faire, la saison dernière, lorsqu'il s'est porté à la défense d'un coéquipier devant le costaud James Neal, des Stars de Dallas. Mais son adversaire lui a plutôt infligé une blessure à l'épaule qui l'a forcé de mettre fin à une saison qui s'annonçait exceptionnelle pour le Gatinois, qui avait amassé 25 points en 31 rencontres.

«Partout où je vais, les gens m'en parlent, a confié le natif de Hull. Pourtant, après l'incident, l'équipe a mieux joué et les joueurs ont commencé à plus se tenir ensemble.»

Or, si Brassard reconnaît que l'équipe semblait plus unie après qu'il soit tombé au combat, il souhaite maintenant disputer une saison complète de 82 matches avec les Jackets.

«J'ai juste joué 31 matches, la saison dernière. J'essaie de jouer le plus souvent possible pour arriver au camp dans la meilleure forme possible.

«Si j'avais joué 50 matchs, j'aurais traversé la 'zone de pression' et la saison prochaine, je devrai encore me prouver.»

Mais sa dislocation de l'épaule est-elle entièrement guérie?

«Je suis complètement rétabli. Ça fait deux mois. Habituellement, je prends deux semaines de repos après ma saison, mais j'ai immédiatement débuté mon entraînement cette année.»

C'est sans Brassard, considéré comme le joueur de centre numéro un de l'équipe, que les Blue Jackets ont été balayés face aux Red Wings de Détroit. Ironiquement, l'organisation et entourage lui avait dit de prendre son temps avant de se faire opérer parce que l'équipe n'accèderait pas aux séries.

«Avant de me faire opérer, mon entourage m'avait dit 'ça ne presse pas, on ne fera surement pas les séries'. J'ai attendu un mois plutôt que de me faire opérer sur-le-champ.

«Si je m'étais fait opérer une semaine plus tôt, j'aurais pu jouer en séries.»

Par ailleurs, Brassard a hâte de retrouver l'ailier explosif qu'est Rick Nash, le joueur de concession des Jackets. Par contre, ce n'est pas seulement parce qu'il aura l'occasion de jouer avec lui.

«C'est notre leader. C'est un joueur que tout le monde veut dans la chambre et tous les joueurs de l'équipe voulaient qu'il reste. De l'avoir pendant huit ans, ça veut dire qu'on aura une bonne équipe.

«C'est un très bon signe pour l'occasion.»

Il se hâte aussi de côtoyer l'autre joueur de centre québécois, Antoine Vermette, qui s'est amené à Columbus en retour du gardien Pascal Leclaire.

«Je pourrai apprendre de lui. Il est très bon sur les mises en jeu et dans les deux sens de la patinoire. Ce sera agréable d'apprendre d'un joueur québécois.»

«Lorsque j'étais plus jeune, je le regardais jouer avec les Sénateurs. Je le voyais comme un modèle.»

(Source: CorusSports)

samedi 18 juillet 2009

«Jamais je ne serais venu à Montréal» - Selanne




C'est en grande partie grâce à Teemu Selanne que Saku Koivu poursuivra sa carrière sous le chaud soleil californien. Dire qu'il y a deux ans à peine, c'était Koivu qui tentait de convaincre Selanne de venir s'installer au paradis des bancs de neige.
On doit se rapporter à l'été 2007. Teemu Selanne venait tout juste de remporter la coupe Stanley avec les Ducks d'Anaheim et songeait sérieusement à la retraite. Koivu lui avait alors proposé de venir le rejoindre à Montréal.

Selanne n'avait pas réfléchi très longtemps.

«Aucun doute pour moi. Jamais je ne serais allé à Montréal», s'est souvenu Selanne, en discussion avec un journaliste du Orange County Register.

Avec la réaction de Selanne, l'ex-capitaine du Canadien avait rapidement compris qu'il ne servait à rien de poursuivre ses arguments.

«Nous en avons blagué à quelques reprises et en avons parlé, parce que nous avons apprécié notre séjour ensemble avec l'équipe nationale finlandaise. Mais pour être honnête, Teemu et sa famille aimaient tellement la Californie pour le convaincre de venir à Montréal», a commenté Koivu la semaine dernière en conférence téléphonique.

Selanne, lui, a convaincu Koivu

De son côté, Selanne a réussi là où Koivu a échoué. En plus, il a même convaincu les Ducks de l'utilité de son bon ami au sein de l'organisation.

«Nous avons parlé et blagué à l'idée de jouer ensemble dans la LNH à plusieurs reprises dans les dernières années. Saku et moi sommes alors devenus joueurs autonomes sans compensation et avons commencé à en parler davantage avant que quelqu'un lui propose une offre.»

«J'ai simplement essayé de lui dire qu'Anaheim était un bel endroit pour jouer. Je l'ai ensuite laissé réfléchir. Je ne voulais pas lui mettre de la pression parce que je ne sais pas combien de temps encore je vais jouer.»

Puis, Koivu a également courtisé par le Wild du Minnesota, les Sénateurs d'Ottawa et les Rangers de New York, selon Selanne.

Si plusieurs le voyaient avec son frère au Minnesota, pour Koivu, il semble que l'option était loin de l'intéresser.

«Mikko et Saku sont deux centres #1 et il ne sentait pas confortable d'aller là-bas (et compétitionner avec son frère pour du temps de glace). Et quand Saku m'a dit que l'argent n'était pas un problème, j'ai cru que nous avions une bonne chance de l'embaucher», a analysé Selanne.

Les Ducks d'Anaheim ne seront pas de passage au Centre Bell cette saison...

(Source : CorusSports)

vendredi 17 juillet 2009

Analyse des nouveaux arrivants chez le Tricolore





Scott Gomez (Pour Saku Koivu) : Malgré sa petite taille, il pourra remplacer Koivu avec efficacité. Il possède tout un talent de passeur, comme en témoigne sa fiche en carrière avec 578 points (148 buts et 430 passes) en 706 matchs. Le fait qu’il retrouve son ami Brian Gionta, cela pourrait l’aider à revenir parmi les bons centres de la ligue. L’an passé, il a connu une saison en dents de scie (58 points), en obtenant seulement 17 points en avantage numérique (3 buts et 14 passes), cela devrait augmenter cette saison. Il possède un bon leadership, car il a souvent été le meilleur joueur dans les séries au cours des quatre dernières années au New Jersey (23 points en 20 matchs) et New York (16 points en 17 matchs). Donc, sa venue fait de lui le centre numéro un de l’équipe et il devrait livrer la marchandise. Le seul petit hic avec lui, c’est qu’il commande un salaire de 8 millions cette saison. Avantage Gomez sur Koivu.



Mike Cammalleri (pour Alex Tanguay) : Un autre joueur avec un petit gabarit, mais qui va vite faire oublier les déboires de l’attaque de l’an passé, car il possède tout un talent offensif et une vitesse incroyable. Depuis le retour du lock-out, il a cumulé 264 points (118 buts et 146 passes) en 305 matchs. On peut dire qu’il a démontré une bonne constance et une bonne contribution au niveau des buts marqués. En prenant en considération qu’il n’a pas toujours évolué avec Iginla sur l’avantage numérique à Calgary l’an passé où il a obtenu 33 points (19 buts et 15 passes), cela pourrait s’avérer très prometteur. Combiné aux talents de Gionta, Cammalleri, Markov et Spacek, sur la première vague de l’attaque à cinq, il devrait pouvoir répéter les mêmes statistiques que l’an passé. Mais, est-ce qu’il a connu une très bonne saison dû au fait qu’il est devenu agent libre sans restrictions ? Avantage Cammalleri sur Tanguay.



Brian Gionta (pour Alex Kovalev) : Il est le petit joueur acquis par le Canadien par la voie des agents libres (5 pieds 7 pouces). Mais, selon les propos de Martin Brodeur, il n’a pas peur d’aller dans les coins pour aller chercher la rondelle. Cependant, son plus grand talent est qu’il est capable de marquer des buts et surtout sur l’avantage numérique. Comme en démontre sa saison de 2005-2006 avec une récolte de 48 buts et 41 passes, il avait obtenu pas moins de 34 points sur l’avantage numérique dont 24 buts et 10 passes. Depuis les deux dernières saisons, il n’a pas joué à la hauteur de son talent, avec un changement d’air et en retrouvant son ancien coéquipier, Scott Gomez, avec qui il a eu du succès. Il devrait retrouver sa touche de marqueur et obtenir au moins 30 buts, car sinon les partisans du Canadien ne seront pas tendre à son égard. Égalité entre Gionta et Kovalev.



Travis Moen (pour Tom Kostopoulos) : Il est un joueur de troisième trio, capable d’obtenir une vingtaine de points, de jouer robuste, de déranger l’adversaire et de défendre les siens. Il pourra apporter un soutien à George Laraque, au niveau du respect sur la patinoire. Il a prouvé dans le passé qu’il pouvait aider l’équipe en séries comme en 2007 où il avait obtenu 12 points (7 buts et 5 passes) en 21 matchs avec les Ducks. Il apportera une certaine stabilité sur le troisième trio et il pourra défendre avec efficacité tous les petits joueurs du CH. Avantage Moen sur Kostopoulos.




Jaroslav Spacek(pour Mathieu Schneider) : Depuis le retour du lock-out, il performe bien et donne sa part de points sur l’avantage numérique comme en témoigne sa fiche de 141 points (34 buts et 107 passes) en 281 matchs et a obtenu 74 points (16 buts et 58 passes) sur l’attaque à cinq. Donc, on peut dire qu’il peut obtenir facilement 40 points la saison prochaine et une vingtaine de points sur l’avantage numérique. Il est aussi efficace en défensive avec une fiche de +40 au cours des quatre dernières saisons. Ainsi, son acquisition fera vite oublier Schneider, mais le seul problème depuis le début de sa carrière ce sont les blessures. Sera t-il capable de jouer une saison complète ? Avantage Spacek sur Schneider.



Paul Mara (pour Mike Komisarek) : Il est une copie conforme de Komisarek, mais avec un talent offensif supérieur à ce dernier. Il a déjà eu deux saisons de plus de 40 points (42 points en 2003-04 et 47 points en 2005-06) avec Phoenix où il était le quart sur l’avantage numérique. Donc, si Spacek se blesse, il peut devenir une très bonne alternative sur l'avantage numérique. En plus, il est capable de jouer physique, de défendre ses coéquipiers et d’être efficace dans sa zone. Nul doute qu’il est une très bonne police d’assurance en cas de blessures et vient compléter très bien la défensive du Canadien. Avantage Mara sur Komisarek.



Hal Gill (Pour Francis Bouillon) : il devrait apporter une grande sécurité pour les gardiens de but du Canadien. Les adversaires vont y penser deux fois avant d'aller se jeter sur eux. Il pourra apporter un support pour les petits joueurs qui sont nombreux dans l’équipe. Son défaut est sa vitesse, mais il a tout de même réussi à gagner la Coupe Stanley avec les Penguins. Égalité avec Francis Bouillon.

Vraisemblablement, Bob Gainey a réussi à améliorer son équipe, en rajoutant des joueurs plus rapides, plus jeunes, de la robustesse et une défensive beaucoup plus intimidante. L’avantage numérique sera beaucoup plus productif, bien entendu si la chimie se présente. Comme la plupart des partisans voulaient, Bob a fait le grand ménage et de façon assez satisfaisante avec des joueurs qui désiraient venir à Montréal. Bravo Bob !

jeudi 16 juillet 2009

La course aux joueurs autonomes : Les gagnants et les perdants !



Le directeur général de Toronto, Brian Burke, estime que la plupart des équipes sont satisfaites de leur sélection au repêchage amateur. Les agents libres et les échanges qui sont effectués pendant ce temps pourraient avoir un impact immédiat.

Lorsque la saison 2009-10 débutera, les équipes vont rapidement se rendre compte si les joueurs avec lesquels il ont consenti des millions vont répondre à l’appel.

Est-ce que Ryan Smyth va apporter assez d’expérience pour aider les jeunes des Kings de Los Angeles à se faufiler en séries? Est-ce que Marian Hossa sera le marqueur de buts qui a manqué aux Blackhawks de Chicago pour leur participation en finale de la Coupe Stanley ? Et l’organisation du Canadien a-t-elle fait les bons choix ?

Toutes ces équipes ont effectués des mouvements importants dont certains d’entre eux se retrouveront dans la catégorie des perdants et d’autres des gagnants. Certaines dépenses soulèvent des questionnements.

Gagnants :

Kings de Los Angeles

Comme Chicago l’an dernier, les Kings ont utilisé la saison morte pour ajouter de l’expérience dans leur alignement et ainsi venir en aide à leurs jeunes talents n’ayant pas réussi encore à faire les séries depuis maintenant six saisons, à savoir : Smyth, qui a été acquis du Colorado en échange de Tom Preising, Kyle Quincy et un choix de 5e ronde qui est sûrement surpayé avec un salaire annuel de 6,25 millions de dollars. Mais à 33 ans, il peut encore apporter une contribution convenable au niveau des buts marqués, lui qui a réussi à quatre reprises une saison de plus de 30 buts. L’ajout de Rob Scuderi, défenseur gagnant de la Coupe Stanley, qui a signé avec les Kings comme agent libre, devrait apporter plus de caractère sur la glace et pour ses coéquipiers en défense.

Ligthning de Tampa Bay

Avec Vincent Lecavalier, Martin St-Louis et Steven Stamkos, le Ligthning possède une bonne profondeur au niveau des attaquants. Au dernier repêchage, ils ont décidé de bâtir l’avenir avec une recrue en défense de 6 pieds et 7 pouces qui se nomme Victor Hedman. L’équipe a décidé d’entourer ce noyau de joueurs avec l’ajout d’un défenseur d’expérience et constant en Mathias Ohlund et un défenseur capable de bien performer en défense en Matt Walker. Ils pourront prendre la pression sur leurs épaules et ainsi les jeunes recrues pourront mieux se développer. Tampa Bay a fait l’acquisition dans les filets d’une bonne police d’assurance en Antero Niitymaki pour seconder Mike Smith.

Perdants :

Sharks de San Jose

Après avoir gagné le Trophée du Président (trophée remis à l'équipe ayant accumulé le plus de points au classement général), les Sharks ont estimé qu’ils n’avaient pas besoin de faire de changements. Mais le statu quo n’aidera pas du tout San Jose, car l’équipe n’a jamais réussi à passer plus de deux rondes en séries éliminatoires depuis maintenant trois ans. Le seul mouvement qu’ils ont effectué, c’est qu’ils ont résigné Rob Blake pour 4 millions par saison, ce dernier qui aura 40 ans au mois de décembre.

Blackhawks de Chicago

C’est pendant la finale de la conférence de l’ouest que l’entraîneur des Red Wings, Mike Babcock, a fait remarquer qu’il attendait avec impatience le moment où le plafond salarial des Blackhawks serait très haut. Il n’aura pas eu besoin d’attendre longtemps. Après avoir signé Marian Hossa avec un contrat de 68,2 millions pour 12 ans et, par la suite, dépensé beaucoup d’argent sur leurs joueurs autonomes restrictions, Chicago se retrouve à 4,5 millions au-dessus du plafond salarial.

Rangers de New York

Le directeur général, Glen Sather, a fait un geste dans la bonne direction en se débarrassant du salaire de Scott Gomez qui est de 8 millions par saison et ce, en l’échangeant à Montréal. Mais cette transaction a été vite effacée lorsque les Rangers ont consenti un contrat surpayé à un joueur souvent blessé en Marian Garborik (37,5 millions pour 5 ans) et à un marqueur de vingt buts en Ales Kotalik (9 millions pour 3 ans). Pour rendre les choses encore plus compliquées, les Rangers doivent résigner Nikolei Zherdev (agent libre avec restrictions), lui qui a été le meilleur marqueur de l’équipe l’an passé.

Peu concluant :

Sénateurs d’Ottawa

La signature d’Alex Kovalev ont placé les Sénateurs à 2 millions au- dessus du cap salarial. Mais l’équipe croit bien sûr pouvoir remédier à cela vite fait, en échangeant le talentueux attaquant Dany Heatley, qui commande un salaire de 7,5 millions par année. Le problème avec Heatley, c’est qu’il possède une clause de non-échange et, par le fait même, il peut contrôler sa destination future. Dernièrement, il a refusé d’aller jouer à Edmonton en exerçant son droit de veto, à moins que le directeur général, Bryan Murray, trouve d’autres équipes intéressées aux services de Heatley. Cette situation nous rappelle le cas d’Alexei Yashin en 1999-2000 ; saison où il a été complètement inactif.

Ducks d’Anaheim

En échangeant Chris Pronger aux Flyers de Philadelphie et échange de deux choix de première ronde et deux joueurs (Joffrey Lupul (25 ans) et Luca Sbisa(19 ans), le directeur général, Bob Murray, va pouvoir rebâtir son alignement vieillissant sans sacrifier les prochaines saisons. Les Ducks, qui ont perdu les services de François Beauchemin et l’attaquant Rob Niedermayer, via les joueurs autonomes, ont réussi à résigner Scoot Niermayer pour 6 millions, ajouter Nick Boynton à la défensive pour 1,5 million et attirer l’ancien capitaine du canadien, Saku Koivu, en lui versant un salaire de 3,25 millions pour un an.

mercredi 15 juillet 2009

Notes sur 10 des nouvelles acquistion du CH



Bonjour, j'ai décidé de vous faire part de mes notes concernant les nouvelles acquisitions faites par Bob Gainey. Ma note est sur 10 et je vous donne mon commentaire sur le joueur. Voici mon classement. Un lien est ajouté au nom du joueur pour voir sa carrière.



Scott Gomez, 8 sur 10, il est supérieur à Koivu et non de loin, mais sa petite taille pourrait faire de lui un joueur moins utile en série.


Mike Cammalleri, 8.5 sur 10, il va apporter une constance sur l'attaque à cinq et le premier trio. Son seul défaut est la même chose que Gomez ; sa taille.


Brian Gionta, 7.5 sur 10, le seul point d'interrogation que j'ai en son endroit : va-t-il être capable de revenir un joueur dominant ou va t-il simplement être un joueur de 25 buts ?

Travis Moen, 6.5 sur 10, il va apporter au Canadien une robustesse et une constance au niveau de la défense. Il a été engagé pour protéger les petits joueurs et devrait bien faire le boulot, accompagné de Laraque si ce dernier n'est pas blessé.


Jaroslav Spacek, 8 sur 10, il va compléter Markov sur l'avantage numérique et cela de façon assez satisfaisante. Le seul petit hic, il est souvent blessé, va-t-il réussir à éviter les blessures ? J'en doute !

Paul Mara, 7 sur 10, il est une copie conforme de Komisarek, mais avec un talent offensif supérieur à ce dernier. Si Spacek se blesse, il peut être une très bonne alternative sur l'avantage numérique.


Hal Gill, 6 sur 10, il devrait apporter une grande sécurité pour les gardiens de but du Canadien, les adversaires vont y penser deux fois avant d'aller se jeter sur eux. Son défaut est sa vitesse, mais il a tout de même réussi à gagner la Coupe Stanley avec les Penguins.


Et voilà pour mes notes. Et vous quelles sont vos notes sur 10 de chacun des nouveaux joueurs du CH ? Laissez-moi vos commentaires ! :)

Canadien : « On oubliera rapidement Kovalev » - Latendresse


« Les partisans aimaient Kovalev, mais ils vont rapidement l'oublier avec les joueurs de talent que nous sommes allés chercher. »

Guillaume Latendresse n'a pas caché son enthousiasme face au nouveau visage du Canadien, mardi, de passage au tournoi de golf de Jason Pominville, à Blainville.

« Un vent nouveau ne peut être que bénéfique pour l'équipe, a-t-il ajouté. Les nouveaux joueurs sont travaillants et combatifs et apporteront une nouvelle énergie à l'équipe. »

« Pour ma part, j'espère tirer profit de la situation, a ajouté Latendresse. Des postes sont toujours ouverts sur les deux premiers trios et, avec l'ajout de joueurs de plus petite taille, un joueur de mon gabarit peut faire sa marque davantage. »

Même s'il fait partie du camp ennemi, Pominville vante aussi le travail de reconstruction amorcé par Bob Gainey. L'attaquant des Sabres des Buffalo est d'avis que le Tricolore représente l'une des équipes les plus améliorées à l'aube de la prochaine campagne.

« Jaroslav Spacek est un ajout considérable en défense et les trois nouveaux attaquants (Scott Gomez, Brian Gionta et Mike Cammalleri) apporteront une touche offensive, de la vitesse et de la fraîcheur. Hal Gill peut quant à lui succéder à Mike Komisarek au chapitre physique. Beaucoup de gens l'ont critiqué pour sa lenteur, mais il n'est jamais facile de jouer contre lui. »

Le 6, le 21, le 22, le 32, le 75...

Le numéro 21 ne sera pas resté longtemps orphelin chez le Tricolore.

L'équipe a annoncé que Brian Gionta portera l'ancien dossard de Chris Higgins.

Au New Jersey, Gionta portait le 14, propriété de Tomas Plekanec à Montréal.

Le 22, libre depuis le départ de Steve Bégin pour Dallas, se retrouvera sur le dos de Paul Mara. Le défenseur a porté ce numéro pour un seul match dans la Ligue nationale, son tout premier, avec le Lightning de Tampa Bay.

Un autre nouveau venu à la ligne bleue, Hal Gill, s'est résigné à abandonner son numéro 2, hissé aux hauteurs du Centre Bell en l'honneur de Doug Harvey. Le géant portera l'inusité 75, un chiffre correspondant à son année de naissance.

Travis Moen redonnera vie au numéro 32, vacant depuis le départ de Mark Streit à l'été 2008.

Enfin, le défenseur Jaroslav Spacek marchera dans les traces de Tom Kostopoulos et de Janne Niinimaa et conservera son numéro 6 qu'il portait avec les Sabres de Buffalo.

Rappelons que les deux autres nouveaux venus, Scott Gomez et Mike Cammalleri, ont opté respectivement pour le 91 et le 13.

(Source : Yahoo)

mardi 14 juillet 2009

« Un nouveau départ » pour Mario Tremblay


Mario Tremblay a déclaré à CKAC Sports qu'il était bien heureux de suivre Jacques Lemaire chez les Devils du New Jersey la saison prochaine.

« C'est une bonne nouvelle pour ma famille et moi. On s'en va dans une très bonne organisation. »

Pour Mario Tremblay, le travail commencera dès la semaine prochaine : « J'ai beaucoup parlé à Lou Lamoriello dans la dernière semaine et j'irai au camp des recrues la semaine prochaine. On pourra discuter plus longuement alors. »

À savoir pourquoi la nomination du nouvel entraîneur des Devils a tardé, Tremblay a justifié de la façon suivante : « Lou (Lamoriello) avait beaucoup de chats à fouetter avec le repêchage et le marché des joueurs autonomes. Il a commencé les rapprochements avec Jacques Lemaire il y a deux semaines. Lemaire a signé son entente et j'ai parlé avec Lou vendredi dernier. Nous avons discuté pendant une heure, puis nous nous sommes reparlés dimanche matin pour régler l'histoire du contrat. »

Ce sera un nouveau départ pour Tremblay au New Jersey : « J'ai passé neuf ans au Minnesota. Neuf belles années. Ce n'était pas facile de bâtir un club d'expansion. Notre principale fierté a été de participer aux séries pendant trois saisons. Si l'on inclut toutes les équipes d'expansion de l'histoire, je crois que ça représente le meilleur taux de participation aux séries de l'histoire. »

Il dit savoir à quoi s'attendre chez les Devils : « Au New Jersey, la pression sera forte car les attentes sont élevées. Ça ne fait rien car nous sommes habitués. Nous aurons une bonne équipe entre les mains. On a un bon noyau avec Zac Parise qui a ramassé 94 points l'an dernier. Nous avons une bonne défensive. J'ai bien hâte de travailler avec Martin Brodeur. C'est un bon athlète, un bon gardien de buts et une bonne personne. En plus, il n'y a rien qui dit qu'il n'y aura pas de transactions d'ici la prochaine saison. Il y a beaucoup plus de positif que de négatif. »

Il ne cache pas qu'il avait des aspirations à devenir entraîneur-chef avec le Wild : « Au Minnesota, ça a ‘floppé' un peu. Quand Doug Risebrough a été remercié de ses services, l'équipe a changé de direction. Doug regarde maintenant pour du travail ailleurs. J'étais convaincu que j'allais remplacer Jacques Lemaire au Minnesota. Parfois, dans le sport, certaines choses hors de notre contrôle se produisent. On doit s'ajuster avec les moyens du bord. Pour moi, l'important est de demeurer dans la LNH. Jacques commencera sa 15e saison derrière le banc et pour moi, ce sera ma 12e saison comme adjoint. (deux saisons à Montréal et neuf au Minnesota) »

Mario Tremblay a dit que son entraîneur-chef avait toujours le feu dans les yeux : « Je connais Jacques Lemaire depuis longtemps. Il n'avait jamais dit qu'il voulait prendre sa retraite. Il avait mentionné que ce serait sa dernière saison au Minnesota. Il a 63 ans et c'est un passionné, il veut gagner et prend les moyens pour le faire. C'est un bon professeur et il est très vigilant derrière le banc. Il m'a dit : ‘Tant que je vais pouvoir le faire, je vais le faire.' On a une entente de deux ans et après, il prendra peut-être un peu de recul. J'ose espérer qu'il ne sera pas entraîneur jusqu'a 75 ans! »

(Source: CorusSports)

lundi 13 juillet 2009

Gionta et Cammalleri: Mauvais choix, selon The Hockey News



Le chroniqueur John Grigg de The Hockey News considère que les acquisitions de Brian Gionta et de Mike Cammalleri par le Canadien font partie des 10 pires contrats de l'été.

Le chroniqueur a publié plus tôt cette semaine son top 10 des pires contrats accordés à des joueurs autonomes sans compensation depuis le 1er juillet et le Canadien y apparaît deux fois.

Il place même la signature de Brian Gionta au 2e rang. « À 30 ans, il est plus petit que Cammalleri et il est sur une pente descendante. Son total de buts a diminué chaque année depuis qu'il en a marqué 48 au retour du lock-out. Il est peut-être rapide et courageux, mais à 34 ans, lorsqu'il ne marquera que 15 buts, est-ce qu'il méritera ses 5 millions $? », note Grigg.

Quant à Cammalleri, qu'il place au 5e rang, il juge qu'il ne pourra répéter ses exploits des dernières saisons, puisque lorsqu'il jouait avec les Flames, il pouvait compter sur le talent de Jarome Iginla.

Dans sa liste, John Grigg place également l'ancien défenseur du Canadien Mike Komisarek au 9e rang. « Il a régressé la saison dernière et a paru intimidé à quelques occasions. Il est aussi devenu un souffre-douleur à Montréal. »

Voici son top 10 des pires signatures:

1- Marian Gaborik, Rangers de New York (37,5 millions pour cinq ans)

2- Brian Gionta, Canadien de Montréal (25 millions $ pour 5 ans)

3- Martin Havlat, Wild du Minnesota (30 millions $ pour 6 ans)

4- Nikolai Khabibulin, Oilers d'Edmonton (15 millions $ pour 4 ans)

5- Mike Cammalleri, Canadien de Montréal (30 millions $ pour 5 ans)

6- Marian Hossa, Blackhawks de Chicago (62,8 millions $ pour 12 ans)

7- Nik Antropov, Thrashers d'Atlanta (16 millions $ pour 4 ans)

8- Colton Orr, Maple Leafs de Toronto (4 millions $ pour 4 ans)

9- Mike Komisarek, Maple Leafs de Toronto (22,5 millions $ pour 5 ans)

10- Chris Neil, Sénateurs d'Ottawa (8 millions $ pour 4 ans)

(Source : CorusSports)

samedi 11 juillet 2009

Tanguay : des offres insuffisantes



Pendant que le Canadien poursuit ses embauches de personnel, l'attaquant Alex Tanguay demeure sans contrat. Pourtant, ce ne sont pas les offres qui manquent.
Bob Sauvé, l'agent qui représente Alex Tanguay, a confié à ESPN qu'il discute avec plusieurs formations actuellement.

«Nous discutons avec plusieurs équipes intéressées, a indiqué Sauvé. Nous avons reçu des offres, mais rien que nous souhaitons conclure présentement.»

Auteur de 41 points en 50 matches avec le Canadien, la saison dernière, Tanguay prendra son temps avant de choisir sa destination.

«Nous prendrons notre temps, a prévenu Sauvé. Nous attendrons. Ce n'est pas seulement pour une question d'argent, mais bien de rôle.»

Sauvé a aussi confirmé que le Canadien était bel et bien exclu de l'équation, puisque Bob Gainey ne lui a jamais téléphoné.

«Nous n'avons pas eu de nouvelles. Bob nous a dit que si nous ouvrions les discussions, ce serait après le 1er juillet. Il ne nous a pas contacté, donc nous sommes passés à autre chose.»

Après la signature de Kovalev à Ottawa, il serait tragique pour les amateurs Montréalais de voir Tanguay s'amener dans la capitale nationale à son tour. Le d.g. des Sénateurs Bryan Murray oserait-il faire le coup, afin de réunir le trio Tanguay-Kovalev?

«C'est sûr que nous l'aimons, a déclaré Murray. Mais nous ne sommes pas dans la course, étant donné notre situation salariale», a-t-il ajouté en référant à la situation avec Dany Heatley, qui avait demandé d'être échangé d'ici la prochaine saison.

(Source :CorusSports)

vendredi 10 juillet 2009

Mathieu Carle: «Je pense avoir autant de chances que n’importe qui»



Mathieu Carle s’inscrit en faux quand on lui dit qu’il s’est repositionné parmi les jeunes défenseurs aspirant à un poste avec le Canadien.

«Si j’ai perdu des places, ce n’est pas moi qui l’ai dit, enchaîne-t-il.

«J’ai toujours travaillé fort.»

Par contre, il n’a vraiment pas été chanceux à ses deux derniers camps avec le grand club. Il y a deux ans, il avait subi une blessure à un genou dans un match préparatoire contre les Penguins de Pittsburgh, lors d’une collision avec Jarkko Ruutu.

L’an dernier, une solide mise en échec de Tomas Kopecky lui avait causé une commotion cérébrale lors d’une autre rencontre préparatoire contre les Red Wings de Detroit.

On a beau dire que les blessures font partie du jeu et que ce n’est pas une excuse, le fait demeure que ça n’aide en rien.

«C’est dur de rattraper les autres quand on a un mois de retard», corrobore Carle.

«On doit faire de la physiothérapie, selon le type de blessure, puis on a besoin de temps pour retrouver notre cohésion. Or, tout le monde sait que c’est au camp d’entraînement qu’un jeune joueur a l’occasion de faire ses preuves.»

Évaluation positive

Carle a disputé 59 matchs avec les Bulldogs de Hamilton la saison dernière, marquant sept buts et totalisant 29 points.

«J’étais content à la fin de la saison quand on m’a dit que j’avais amélioré surtout mon jeu défensif», raconte-t-il.

«Mes habiletés offensives ont toujours été reconnues, mais un défenseur veut toujours faire les bons jeux en défense. Je jouais entre 22 et 23 minutes en dernier à Hamilton. On m’envoyait sur la glace dans les fins de match.»

Il faudra l’avoir à l’œil au prochain camp d’entraînement du Canadien.

Yannick Weber, qu’on a vu à Montréal la saison dernière, et lui pourraient batailler pour des postes sur le flanc droit. P.K. Subban pourrait surprendre.

«Je pense avoir autant de chances que n’importe qui, affirme Carle d’un ton sûr.

«Si je peux éviter les blessures, ajoute-t-il.

«Je possède les capacités pour aider le Canadien.»

Par ailleurs, on remarque qu’il a pris de la masse musculaire.

«J’habite dans le Vieux-Port et je m’entraîne à Brossard tous les jours avec Maxim Lapierre et Guillaume Latendresse», indique-t-il.

C’est un bon moyen d’améliorer ses chances.

(Source: RueFontenac)

jeudi 9 juillet 2009

Guy Boucher aimerait s’adjoindre les services de Martin Raymond


Martin Raymond, entraîneur en chef des Redmen de McGill depuis 13 ans, a été approché par Guy Boucher pour occuper un des deux postes d’entraîneurs adjoints avec les Bulldogs de Hamilton. Pour tout dire, Raymond est le candidat numéro un du nouvel entraîneur en chef de l’équipe école du Canadien.

Boucher a rencontré aussi ces derniers jours Sergio Momesso, qui a travaillé sous les ordres de Don Lever et de Ron Wilson avec les Bulldogs au cours de la dernière saison.

De la façon dont il a parlé le jour de sa nomination, Boucher aimerait s’adjoindre les services d’un enseignant du hockey et d’un ancien joueur afin de profiter du plus grand éventail de connaissances possible.

Discussions avancées

Les pourparlers avec Raymond sont avancés. Ce dernier pourrait obtenir un congé sans solde d’un an renouvelable de l’Université McGill. Il doit rencontrer Julien BriseBois, vice-président des opérations hockey du Canadien et directeur général des Bulldogs prochainement afin de discuter de salaire.

Momesso et lui ont d’ailleurs été vus au camp de développement des espoirs de l’organisation du Canadien, qui se tient au complexe d’entraînement de l’équipe à Brossard.

De vieilles connaissances

Boucher et Raymond sont des connaissances de longue date. Boucher secondait Raymond lors des débuts de celui-ci derrière le banc des Redmen.

On retrouvait parmi leurs joueurs Mathieu Darche, qui a signé un contrat d’un an avec l’organisation du Canadien la semaine dernière.

Les deux ont toujours maintenu le contact depuis leur association à McGill. Raymond y est d’ailleurs pour quelque chose dans la fameuse attaque à cinq concoctée par Boucher, stratégie qui a valu à ce dernier
les éloges de Sidney Crosby, qu’il a côtoyé avec l’Océanic de Rimouski comme entraîneur adjoint, et de Pat Quinn, sous qui il a servi lors des derniers championnats mondiaux juniors.

Raymond avait rapporté le concept de Russie, où il avait dirigé le Canada aux championnats du monde des moins de 17 ans. Boucher l’a ensuite peaufiné pour connaître les succès qui ont contribué à faire sa renommée dans les rangs juniors.

Boucher a souvent mentionné à Raymond qu’ils devraient travailler de nouveau ensemble. Il semble ce que ce jour ne soit plus loin.

(Source : Ruefrontenac)

mercredi 8 juillet 2009

Bouillon impatient de connaître son sort



Francis Bouillon a bien hâte d'être fixé sur son avenir. On a croisé le sympathique défenseur lundi midi alors qu'il mangeait un sandwich avec ses enfants dans un resto localisé près du centre d'entraînement de son ancienne équipe, le Canadien, à Brossard.

«Je suis impatient de savoir où je vais jouer la saison prochaine, a confié Bouillon. Mon agent Don Meehan discute avec trois ou quatre équipes.

«J'ai l'impression que la blessure à la paroi abdominale qui m'a fait rater les 23 derniers matchs de la saison inquiètent les dirigeants d'équipes. Pourtant, j'ai recommencé à m'entraîner et tout se passe très bien.»

Le cœur brisé

Bouillon a eu le coeur brisé lorsque Bob Gainey lui a annoncé qu'il n'allait pas lui offrir de contrat. Pourtant, le Canadien avait besoin de l'aspect robustesse qu'il apportait.

«J'ai fait partie de l'organisation du Canadien durant dix ans et j'aurais aimé pouvoir terminer ma carrière à Montréal, a raconté le joueur de 33 ans. Je ne voudrais toutefois pas occuper le rôle de septième défenseur.

«J'estime que je peux jouer encore en moyenne 20 minutes par match dans la LNH.»

(Source: RueFrontenac)

mardi 7 juillet 2009

Cammalleri pourrait se retrouver à l’aile droite !




Même s’il a marqué 39 buts et récolté 82 points à titre d’ailier gauche la saison dernière avec les Flames de Calgary, Mike Cammalleri pourrait bien déménager sur le flanc droit avec le Canadien, afin de permettre à Jacques Martin de mieux équilibrer ses lignes d’attaque.

«On ne sait pas encore si on va utiliser les services de Cammalleri comme ailier gauche ou encore à l’aile droite», a fait savoir Martin lors d’un point de presse à Brossard.

«La situation idéale serait de miser sur un ailier gauche avec un plus gros gabarit afin de jouer aux côtés de Scott Gomez et de Brian Gionta, a-t-il précisé. On veut un ailier gauche qui foncera au filet pour capter leurs passes. Les postes sont donc complètement ouverts du côté gauche.»

Logiquement, le poste reviendra à Andrei Kostitsyn. Martin aimerait cependant assister à une bataille entre les jeunes Kostitsyn, Max Pacioretty et Guillaume Latendresse au camp d’entraînement.

«Ce sera à eux de déterminer au sein de quel trio ils vont se retrouver», a-t-il lancé.

Le nouvel entraîneur du Canadien Jacques Martin a rencontré les membres de la presse lundi à Brossard afin d'expliquer ses choix d'adjoints et de commenter l'arrivée des nouveaux joueurs au sein de l'organisation. Photo Rogerio Barbosa

Pacioretty trépigne…

Pacioretty, qui participe au camp de perfectionnement du Canadien qui se tient à Brossard, est enthousiaste à l’idée de voir qu’il se verra offrir la chance de mériter un poste au sein des deux premiers trios la saison prochaine.

«C’est à regret que j’ai vu partir un joueur comme Alex Kovalev, a-t-il dit. L’équipe a mis sous contrat des joueurs rapides, mais plus petits de taille.

«Il y aura donc des trous à combler et on voudra miser sur des joueurs plus costauds pour les remplir. Ce sera à moi de saisir ma chance pour obtenir un poste régulier dans l’un des trios offensifs», a ajouté l’Américain de six pieds deux pouces et 202 livres.

Plus à l’aise sur ses patins

Pacioretty, qui n’a que 20 ans, a été opéré pour corriger une blessure à l’aine au mois de mai. «Je me sens super bien maintenant, a-t-il affirmé. J’ai perdu 10 livres grâce au programme d’entraînement que je suis à la lettre. J’estime même être en avance dans mon programme de remise en forme.

«J’ai commis l’erreur de cacher cette blessure à l’aine l’hiver dernier et ça m’a nui, a avoué Pacioretty. Il y avait trois petites déchirures dans les muscles. Je me sens beaucoup mieux sur mes patins maintenant.»

Une équipe plus jeune et plus rapide

Martin aime bien les récentes acquisitions de Bob Gainey, «parce qu’elles font du Canadien une équipe plus rapide et plus jeune. De plus, nous sommes allés chercher des joueurs qui ont remporté la coupe Stanley récemment», dit-il. Gomez et Gionta l’ont gagnée avec les Devils tandis que Hal Gill vient d’aider les Penguins à gagner le précieux trophée.

«Gill possède un physique imposant et c’est le genre de défenseur avec une longue portée, comme celle d’un Zdeno Chara, a commenté Martin. Il a très bien fait avec les Penguins. C’était le genre de défenseur qui était envoyé sur la glace dans la dernière minute de jeu.

«Spacek représente lui aussi une excellente acquisition en vertu de sa vaste expérience et de la qualité de son tir lors des situations de supériorité numérique.»

L’importance de Gomez

Martin tentera donc plusieurs expériences lors du camp d’entraînement, en septembre, afin de dénicher les meilleures combinaisons et les meilleurs paires possible.

«Gomez représente toute une acquisition car il est toujours difficile de mettre la main sur un centre de premier plan. Je le sais fort bien pour avoir travaillé comme directeur général des Panthers…», a-t-il rappelé.

En terminant, voici à quoi pourraient ressembler les trios et les paires de défenseurs du Canadien la saison prochaine:

Trio numéro 1 : Andrei Kostitsyn-Scott Gomez-Brian Gionta
Trio numéro 2 : Max Pacioretty-Tomas Plekanec-Mike Cammalleri
Trio numéro 3 : Guillaume Latendresse-Maxim Lapierre-Sergei Kostitsyn
Trio numéro 4 : Gregory Stewart(ou Matt D’Agostini)-Glen Metropolit-Georges Laraque
Première paire de défenseurs : Andrei Markov-Jaroslav Spacek
Deuxième paire de défenseurs : Roman Hamrlik-Josh Gorges
Troisième paire de défenseurs : Hal Gill-Yannick Weber
Septième défenseur : Ryan O’Byrne ou Mathieu Carle

(Source RueFrontenac)